Campagne de France, 1814

Campagne de France, 1814

Date de création : 1864

Date représentée : 1814

H. : 51,5 cm

L. : 76,5 cm

huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - H. Lewandowski

Lien vers l'image

RF1862 - 94-058708

La campagne de France, 1814

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Jérémie BENOÎT

Après la désastreuse campagne de Russie, l’armée française, exsangue, connut encore de beaux succès lors de la campagne de Saxe du printemps 1813 (victoires de Lützen et Bautzen), mais les troupes coalisées, supérieures en nombre, infligèrent à Napoléon une grave défaite à Leipzig en octobre, et il dut se replier sur le Rhin. En décembre 1813, les alliés passaient le Rhin, et plusieurs colonnes marchant sur Paris, l’Empereur dut mener une campagne d’hiver qui, pour être très glorieuse et jalonnée de victoires (Brienne, Montereau, Château-Thierry, Champaubert, Montmirail), n’empêcha pas l’avance alliée, la prise de Paris et la chute de l’Empire.

Premier d’un cycle napoléonien qui ne fut pas achevé, ce tableau fut exposé au Salon de 1864. L’artiste avait commencé par l’avant-dernier sujet, et l’idée de ce cycle ne semble lui être apparue que très lentement. Seules trois peintures furent réalisées : celle-ci, 1807. Friedland (New York, Metropolitan Museum) et Le Matin de Castiglione (musée de Moulins, inachevé en raison de la mort du peintre). Meissonier aurait ainsi exclu d’autres œuvres comme 1805. Les cuirassiers avant la charge (Chantilly, musée Condé) et 1806. Iéna (non localisé), ce qui s’explique davantage par l’imprécision de son programme que par des raisons objectives. Son ambition aurait été de montrer comment Napoléon s’était peu à peu coupé de son armée et de son peuple, ce qui aurait précipité sa chute.
Napoléon marche à la tête de ses troupes, suivi des maréchaux Ney et Berthier, et des généraux Drouot, Gourgaud et Flahaut. Une deuxième colonne est formée de grognards. La composition respire l’inquiétude, l’angoisse même. Tous avancent en silence dans une neige boueuse, tendus vers le combat qui s’annonce. Ce n’est plus la victoire que représente cette peinture, c’est la fatigue de la guerre, et Napoléon lui-même se détache à peine de ses soldats. La silhouette est celle que rendit célèbre la légende napoléonienne : l’Empereur est vêtu de sa redingote grise et coiffé du célèbre « petit chapeau ».

Le style très minutieux, presque hyper-réaliste de Meissonier, permet de faire passer la vérité du sujet. Les attitudes sont réelles, individualisées, mais tous les hommes sont soumis au même destin. On ressent vraiment le silence obsédant de ces colonnes en marche vers une victoire devenue hypothétique.

Considérée comme le chef-d’œuvre de Meissonier, cette œuvre célèbre apparaît un peu comme le symbole de toute la légende napoléonienne telle que l’ont développée les bonapartistes au XIXe siècle, en particulier les graveurs Raffet et Charlet. Elle est partout reproduite, en raison de sa vraisemblance. A la détermination de Napoléon fait écho le fatalisme mêlé de confiance des militaires qui le suivent. Ils marchent comme dans son ombre, s’en remettant entièrement à lui, semblant ne pas douter un instant de la victoire. C’est l’aura de l’Empereur, ce qu’il appelait son « étoile », qui est peinte ici. Napoléon se présente ainsi comme un véritable dieu de la guerre, homme d’exception qui peut tout. Nous sommes ici dans la plus pure illustration de cette idée née avec la notion de progrès, selon laquelle l’homme influe sur les événements. Ce n’est plus la religion napoléonienne qui est peinte, mais seulement l’homme supérieur maîtrisant le destin.

Jérémie BENOIT « Le cycle napoléonien de Meissonier. Un tableau du musée de Moulins »in La Revue du Louvre , 1987, n° 1, p. 43-52.CollectifCatal. expo. Ernest Meissonier , Lyon, musée des Beaux-ArtsParis, RMN, 1993.Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1999.

Jérémie BENOÎT, « La campagne de France, 1814 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 12/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/campagne-france-1814

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les correspondants de guerre

La fabrique de l’information

Après une courte période d’existence (1918-1919) à la fin de la Première Guerre mondiale, le Ministère de l’…

Henri IV, le premier roi « médiatique » de l’histoire de France

Dans sa (re)conquête du pouvoir après l’assassinat d’Henri III le 2 août 1589 sous le couteau de Jacques Clément, Henri IV a su accompagner…

Henri IV, le premier roi « médiatique » de l’histoire de France
Henri IV, le premier roi « médiatique » de l’histoire de France

Devenir le maréchal

Une figure militaire majeure

À la fin du premier conflit mondial, Philippe Pétain (1856-1951) n’est plus seulement l’un des plus hauts gradés de l…

Devenir <em>le</em> maréchal
Devenir <em>le</em> maréchal

"La Force Noire"

La colonisation française en Afrique à son apogée

La France achève, dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, la conquête de…

La bataille d'Isly

Malgré le traité de la Tafna signé en 1837, qui reconnaissait l’autorité d’Abd el-Kader sur l’Algérie, celui-ci n’avait de cesse de vouloir en…

Création de la Légion d'honneur

Les distinctions avaient été supprimées en 1791. Une fois au pouvoir, Bonaparte décida de créer un ordre national pour récompenser le mérite civil…

Les Bretons dans la guerre de 1914-1918

Les Bretons dans la guerre

Le nombre des Bretons tués au cours de la Grande Guerre est estimé à 130 000, ce qui représente un pourcentage de…

" J'accuse... ! " de Zola

L’affaire Dreyfus : une erreur judiciaire

En mars 1896, Picquart, le nouveau chef des Services de renseignements de l’état-major, découvrit l’…

Scène de dragonnade (Fin XVIIe siècle)

Le protestantisme dans la clandestinité

Dans un genre très répandu au XVIIe siècle, notamment depuis l’épisode de la Fronde, cette gravure de…

Napoléon et sa légitimité de guerrier

Emblème déjà des armées romaines, des empereurs allemands, puis de la Prusse, de la Sicile et des Etats-Unis, l’aigle est adoptée en juin 1804…