Aller au contenu principal
Cadavre dans les barbelés

Cadavre dans les barbelés

Morts devant la position de Tahure

Morts devant la position de Tahure

Danse des morts

Danse des morts

Cadavre dans les barbelés

Cadavre dans les barbelés

Date de création : 1924

Date représentée :

H. : 24 cm

L. : 29,3 cm

Appartient au cycle "La Guerre".

Eau-forte

Domaine : Estampes-Gravures

© ADAGP © Collection Historial de la Grande Guerre - Péronne (Somme) - Photo Yazid Medmoun

http://www.historial.org/fr/renseign/doc.htm

Le corps des morts

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Sophie DELAPORTE

Les eaux-fortes présentées ici appartiennent à un cycle de gravures intitulé « La Guerre » et réalisé par Otto Dix en 1924. Il s’agit de cinq albums comprenant chacun dix gravures. Ces derniers s’inscrivent dans la continuité de dessins réalisés sur le front de 1915 à 1918 par le peintre, engagé volontaire dès l’entrée en guerre de l’Allemagne en août 1914. L’essentiel de ce cycle a trait à la représentation des morts, corps atrocement mutilés, en phase de décomposition.

En quoi l’acte pictural sur le corps des morts contribue-t-il à révéler un traumatisme ?

Avec un souci inouï du détail qu’accentue l’intensité du clair-obscur, le peintre s’attache ici à représenter la déshumanisation des corps et la bestialité de la mort : « La guerre, c’est le retour à l’animalité : la faim, les poux, la boue, ce bruit infernal… En regardant les tableaux d’autrefois, j’ai eu l’impression qu’on avait oublié un aspect de la réalité : la laideur », indiquait Dix. Il insiste tout particulièrement sur les visages et sur les mains des morts qui révèlent au mieux, l’expression de la souffrance des corps devant la mort.

La technique de la gravure à l’eau-forte, à laquelle Dix travailla dès 1920, autorise une grande variété d’effets graphiques, depuis les fines hachures, la simple esquisse des contours jusqu’aux traits plus espacés. Elle contribue ainsi à renforcer l’idée de réel donnée aux compositions : « Purifier les acides, les recouvrir d’aquatinte, bref, la technique merveilleuse grâce à laquelle on peut travailler par étapes, tout à son gré. Du coup, le travail devient suprêmement intéressant. Lorsque l’on grave à l’eau-forte, on devient un véritable alchimiste. » La gravure à l’eau-forte permet à l’artiste de se remettre à l’ouvrage dès que la planche a été recouverte en partie d’une nouvelle couche de vernis à l’asphalte.

Dix peut ainsi reconstituer les étapes de la destruction, suggérées par les degrés de mutilation des corps, en gravant de plus en plus profondément dans la matière organique du vernis comme en témoignent Cadavre dans les barbelés et Morts devant la position de Tahure. Le visage et la main du Cadavre dans les barbelés sont mutilés par des blessures d’acide noires, aux bords rongés, aussi grandes que le poing. La Danse des morts montre un amoncellement de corps et de membres de soldats tués, avec une perspective plongeante. Ils sont éclairés par une lumière vacillante qui fait ressortir de l’obscurité les corps à l’abandon. La représentation des membres disloqués acquiert une valeur esthétique propre, qui résulte de l’étrangeté des corps rendus méconnaissables par leur déformation.

La représentation des corps par Dix trahit l’expression du trauma. En effet, la description particulièrement détaillée qu’il en fait révèle la récurrence de sa confrontation, dans l’après-guerre, à l’événement traumatique, et témoigne ainsi d’un travail de remémorisation. Le recours à l’acte pictural autorise le peintre à une mise à distance de l’expérience traumatique, comme il l’affirmait d’ailleurs dans un entretien accordé au milieu des années 1960 : « Je me faufilais dans mes rêves à travers des ruines dans les tranchées et boyaux. Il fallait que je me débarrasse de tout cela. En fait on ne s’aperçoit pas, quand on est jeune, que dans son for intérieur on souffrait malgré tout. Car pendant de longues années, pendant au moins dix ans, j’ai rêvé sans cesse que j’étais obligé de ramper pour traverser des maisons détruites et des couloirs où je pouvais à peine avancer. Les ruines étaient toujours présentes dans mes rêves. »

Otto Dix tente de rendre compte ici de l’indicible : l’expérience visuelle des corps des morts sur le champ de bataille. Elle apparaît essentielle dans le « témoignage » du peintre, représentant l’élément constitutif de l’événement traumatique : celui du rapport récurrent avec la mort, individuelle dans Cadavre dans les barbelés, en couple avec Morts devant la position de Tahure ou collective dans la Danse des morts.

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

Eva KARCHER, Otto Dix, Paris, Flammarion, 1989.

Eva KARCHER, Eros und Tod im Werk von Otto Dix, Studien zur Geschichte des Körpers in den zwanziger Jahren, thèse de doctorat, Munich, 1982.

Diether SCHMIDT, Otto Dix im Selbstbildnis, Berlin, Henschelverlag, 1978.

Sophie DELAPORTE, « Le corps des morts », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 17/06/2024. URL : histoire-image.org/etudes/corps-morts

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Mobilisation pécuniaire de l’arrière

Durant la Première Guerre mondiale, l’épargne française est mise à contribution par le biais d’emprunts…

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918
Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918
Rosa Luxemburg, la pasionaria allemande

Rosa Luxemburg, la pasionaria allemande

Une révolutionnaire née

À peine douze années séparent le cliché montrant la socialiste allemande d’origine polonaise Rosa Luxemburg (1871-1919)…

Rosa Luxemburg, la pasionaria allemande
Rosa Luxemburg, la pasionaria allemande
Duel architectural à l’Exposition universelle de Paris de 1937

Duel architectural à l’Exposition universelle de Paris de 1937

Guerre ou paix ?

Le photographe Fernand Baldet (1885-1964) a réalisé au moins 41 prises lors de ses quatre visites (du 19 septembre au 31 octobre…

Le visage de la peur

Le visage de la peur

Le fait divers comme source d’inspiration

En 1931, le célèbre cinéaste allemand (d’origine autrichienne) Fritz Lang réalise M le Maudit, son…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

L’imagerie populaire et l’imaginaire patriotique

Quand éclate la guerre, au début du mois d’août 1914, l’imagerie populaire a déjà amplement gagné…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Le Printemps des peuples en Allemagne

Le Printemps des peuples en Allemagne

La France, foyer de la révolution européenne

En mars 1848, le continent européen s’embrase à nouveau, de Vienne à Venise en passant par Prague et…

L'occupation de la Ruhr

L'occupation de la Ruhr

France et Allemagne irréconciliables

Entre la France et l’Allemagne, les différends issus du traité de Versailles (28 juin 1919) restent…

L'occupation de la Ruhr
L'occupation de la Ruhr
Wernher von Braun et la conquête spatiale

Wernher von Braun et la conquête spatiale

Dr Space

Lorsque le photographe officiel l’immortalise dans son bureau du centre de vol spatial Marshall de la NASA (National…

Naissance d'une star

Naissance d'une star

Désir et déchéance

En 1929, le producteur allemand Erich Pommer, de la UFA, demande à Josef von Sternberg, cinéaste d’origine autrichienne, de…

Un titre de baron sous l'Empire

Un titre de baron sous l'Empire

La récompense d’un « brave »

Napoléon devenu empereur réintroduit progressivement les titres et les codifie par deux statuts du 1er

Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire