Voilà ce diable de MICMAK [...]

Voilà ce diable de MICMAK [...]

Date représentée :

H. : 40,7

L. : 26,8

Gravure sur bois imprimée en couleurs. Titre complet : Voilà ce diable de MICMAK en train de nettoyer la Confédération Asthmatique... et allez donc !... Vlin, Vlan !! Edité par Charles Pinot et Sagaire à Epinal.

© Photo RMN - Grand Palais - F. Raux

http://www.photo.rmn.fr

07-517320

Bismarck, le chancelier de fer

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Emmanuelle GAILLARD

Chauvinisme

« Sous le Second Empire, le Kladderadatsch[1] voyait partout Napoléon III ; à tort ou à raison, nous sommes atteints de la même maladie à l’égard de Bismarck. » (John Grand-Carteret)
En 1862, Otto von Bismarck est ambassadeur à Paris lorsqu’on lui prédit une piètre carrière parce qu’il danse mal. Dès sa nomination à l’automne au poste de ministre-président de Guillaume Ier, la Prusse devient le sujet de prédilection des satiristes parisiens. Le portrait-charge est alors très à la mode. Après la défaite de Sedan, la caricature n’est plus seulement divertissante. L’heure est désormais à la dénonciation et à l’engagement politique, dans des dessins parfois très noirs. L’Allemagne représente plus que jamais l’ennemi, le « barbare ». Bismarck et l’empereur Guillaume en sont les symboles. Et, jusqu’à sa mort en 1898, la figure du vieux chancelier avec ses moustaches tombantes et son casque à pointe n’évoluera pas.

Le chancelier de fer

Dès son entrée sur la scène politique, les caricaturistes se plaisent à décrire le chancelier prussien sous les traits d’un dogue, tandis que Daumier le présente comme un « Barbe bleue prussien » s’évertuant à « occire » les Chambres du Parlement.
À Épinal, Charles Pinot, fondateur de la Nouvelle Imagerie d’Épinal et habile dessinateur, consacre quelques planches à Bismarck – dont certaines seront détruites lors de l’occupation allemande – et crée une véritable imagerie germanophobe, bien éloignée des imagiers naïfs ou religieux qui constituent le fonds de commerce des productions spinaliennes. La caricature de Pinot exploite, en les hypertrophiant, tous les attributs de la nation prussienne et de son féroce représentant : le casque à pointe, énorme, symbole de l’ennemi ; les moustaches tombantes, signe distinctif du personnage ; le sabre, qui rappelle le leitmotiv du chancelier, résolu à asseoir la grandeur de la Prusse « par le fer et par le sang ». Dans son uniforme impeccable et ses bottes cirées rutilantes, Bismarck ressemble à une figurine de plomb. Comble du ridicule et de l’ironie, pour éliminer les indésirables de la Confédération germanique, il est « armé » d’un immense balai et d’une pelle géante.

L’image de la Prusse


Devenu chancelier, Otto von Bismarck veut assurer l’hégémonie de la Prusse sur une Allemagne unifiée. Il pousse donc habilement l’Autriche à la guerre pour l’exclure de la Confédération germanique. Vienne écartée, Bismarck institue en 1867 la Confédération d’Allemagne du Nord qui rassemble les États allemands septentrionaux sous l’autorité d’un gouvernement fédéral dominé par la Prusse. En France, l’expansionnisme de la Prusse, considéré comme une menace de guerre, occupe déjà largement la presse. Mais après la guerre franco-prussienne (1870-1871) qui opposa « l’ennemi héréditaire » (la France) aux « Barbares » (les États allemands fédérés), les journaux français se font l’écho des mentalités patriotes et revanchardes envers la Prusse. L’annexion par Bismarck de l’Alsace et de la Lorraine, sans consultation de ses habitants, et les cinq milliards de francs-or versés par la France comme contribution de guerre, alimentent cette rancune. Après la fondation du Reich allemand et le couronnement de Guillaume Ier, la crainte de l’ennemi prussien s’inscrit durablement dans les mentalités françaises. Dans Le Charivari du 6 avril 1871, Daumier représente l’empereur allemand assis sur le trône de Charlemagne, coiffé d’une « couronne à pointe » et brandissant un os en guise de sceptre.

Lothar GALL, Bismarck, le révolutionnaire blanc, Paris, Fayard, 1984.Henri GEORGES, La belle histoire des images d’Épinal, Paris, Le Cherche-Midi, 1996.John GRAND-CARTERET, Bismarck en caricatures, Paris, Perrin, 1890. 

1. Kladderadatsch : journal humoristique et conservateur (« patatras » en français) fondé par Albert Hofman et David Kalisch

Emmanuelle GAILLARD, « Bismarck, le chancelier de fer », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/bismarck-chancelier-fer

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Caricature et propagande

Le siècle de la presse

En France, en 1848, à la suite de la révolution de Février et grâce à l’abolition de la censure, Le Charivari connaît une…

Les Quatre nations vaincues

La place des Victoires a une genèse singulière puisqu’elle est voulue par François, vicomte d’Aubusson, duc de la Feuillade (1625-1691), afin de…

Les Quatre nations vaincues
Les Quatre nations vaincues
Les Quatre nations vaincues

Hygiénisme et urbanisme : le nouveau centre de Villeurbanne

Au cours du XIXe siècle, les conditions de vie misérables réservées aux ouvriers dans les viilles et les préoccupations des hygiénistes ont…

Halte avant Paris - Anton van Werner

Anton von Werner entre objectivité et patriotisme

Le témoignage d’un peintre allemand sur la France pendant la guerre de 1870

La guerre franco-prussienne de 1870-1871 a donné lieu à de très…

L'entrée de Napoléon à Berlin

La campagne de Prusse - 1806

Alors que la quatrième coalition, rassemblant l’Angleterre, la Russie et la Prusse, s’est organisée durant l’année…

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Depuis la signature de l’armistice, le 22 juin 1940, la France vaincue est en partie occupée, mais le régime de l’Occupation varie d’un territoire…

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande
Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Le traité de Versailles

La signature du traité de paix de Versailles intervient quelques mois après l’armistice du 11 novembre 1918. Mais l’armistice ne signifie pas la…

Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Le traité de Versailles

Le dessous des cartes

La guerre pour de rire, ou l’optimisme illusoire de 1914

Au cours de l’été 1914, la mécanique des alliances croisées s’emballe et conduit en…

Le dessous des cartes
Le dessous des cartes
Le dessous des cartes
Accords de Munich

Les accords de Munich

Les ambitions militaires du IIIe Reich

Parallèlement à la mise en place d’un régime autoritaire en Allemagne lors de son arrivée au pouvoir le 30…

Bismarck, le chancelier de fer

Chauvinisme

« Sous le Second Empire, le Kladderadatsch[1] voyait partout Napoléon III ; à tort ou à raison, nous sommes atteints de la même…