Projet de décoration pour l'Hôtel de ville de Paris : Fluctuat nec mergitur.

Projet de décoration pour l'Hôtel de ville de Paris : Fluctuat nec mergitur.

Auteur : LAMEIRE Charles

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1884

Date représentée :

H. : 40

L. : 32

Crayon et gouache.

© Photo RMN - Grand Palais - H. Lewandowski

http://www.photo.rmn.fr

98-014534 / ARO1987-25-153

La décoration picturale de l'Hôtel de ville de Paris

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Danielle TARTAKOWSKY

La reconstruction de l’hôtel de ville de Paris après la Commune

Au terme de la semaine sanglante, les communards qui se repliaient devant l’armée de Versailles incendient l’hôtel de ville de Paris. Dès août 1871, le nouveau conseil municipal affirme sa volonté de rebâtir le « palais municipal » sur son emplacement. Après un long débat opposant les tenants d’une restauration à ceux d’une reconstruction, le projet soumis à concours spécifie que le nouvel édifice sera élevé autant que possible sur les substructions de l’ancien, que sa façade restera dans l’axe de l’avenue Victoria et que les locaux seront rénovés. Bien que l’inauguration officielle du nouvel hôtel de ville ait eu lieu le 13 juillet 1882, le programme de la décoration picturale des nombreuses salles d’apparat n’est arrêté qu’en 1888, et son exécution se poursuit jusqu’en 1906. La diversité des artistes qui y concourent lui vaut de faire place à une très grande variété de courants artistiques, au risque d’un éclectisme assumé.

Représenter Paris

Le peintre Charles Lameire, à qui l’on doit la décoration de nombreux édifices religieux, participe à cette entreprise. Sur cette esquisse, il propose une représentation de Paris destinée à figurer dans le salon d’honneur aux côtés des allégories des provinces. Au centre apparaissent les armoiries et la devise de Paris, « fluctuat nec mergitur », telles que les a consacrées la décision prise le 24 novembre 1853 par le baron Haussmann, alors préfet de la Seine. On y reconnaît la nef aux trois mâts sous un ciel étoilé de fleurs de lis, surmontée d’une couronne murale de cinq tours d’or. Ainsi signifiés, le rôle éminent de la corporation des marchands d’eau dans le développement de Paris et la tutelle royale renvoient à une histoire certes révolue, mais dont ces armoiries ont précisément pour fonction de perpétuer la mémoire. Sous cette représentation convenue figure un lion qui présente de fortes similitudes avec ceux de Bartoldi ou des frères Morice, place Denfert-Rochereau ou de la République, peu ou prou contemporains. Cet emblème de la résistance et de la fermeté, inattendu s’agissant de Paris, peut s’interpréter comme l’expression d’un conformisme ambiant. Il peut également vouloir signifier la puissance d’une capitale dans laquelle les élus radicaux voient alors le meilleur garant d’une république dont elle adopterait ici un des symboles. À gauche et à droite, un marinier ou haleur et une porteuse d’eau soulignent sur un autre mode l’importance de la Seine.

Réalisme ou allégories ?

Les conseillers municipaux ont manifesté le souhait que la décoration picturale fasse la part belle à l’histoire de Paris et à sa vie contemporaine et qu’elle évite les allégories. Les deux figures populaires de Charles Lameire, propres à dire le travail, paraissent répondre à cette consigne. Du moins la construction classique fait-elle aisément basculer ce groupe du côté de l’allégorie.

Marc DECLERCK, Les Armoiries de Paris, Paris, L’Harmattan, 2007.

Danielle TARTAKOWSKY, « La décoration picturale de l'Hôtel de ville de Paris », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/decoration-picturale-hotel-ville-paris

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L’Alsace, province perdue

Une peinture patriotique – Le thème des provinces perdues

L’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine par l’Allemagne en 1871 provoqua…

La Seine et la Marne

Avec l’accession au trône de Louis XIV, une nouvelle politique artistique est mise en place en France. A partir des années 1660, l’un des grands…

La Seine et la Marne
La Seine et la Marne
La Seine et la Marne
La Seine et la Marne

L’apothéose d’Henri IV et la proclamation de la régence de Marie de Médicis

La pièce centrale de la galerie Rubens

Dans le programme préparatoire aux travaux de la galerie de Médicis, négocié en 1622 entre le célèbre…

La fuite de Blois et la réconciliation

Le retour sur les années 1619-1621

Lorsque Rubens reçoit en 1622 commande d’un cycle de peintures pour orner la galerie occidentale du tout nouveau…

La fuite de Blois et la réconciliation
La fuite de Blois et la réconciliation

Thomas Couture et la décadence

L’allégorie, une grande tradition picturale

Formé dans l’atelier d’Antoine Gros et de Paul Delaroche, Thomas Couture se révèle rapidement un…

Le traité de Nimègue

Célébrer la paix

Le tableau anonyme et allégorique de la paix de Nimègue est représentatif de la manière dont le roi et son entourage voulaient…

Un manifeste du romantisme

En juin 1816, La Méduse amirale, frégate de quarante-quatre canons, quitte l’île d’Aix sous les ordres du comte de Chaumareix, un émigré qui ne…

Conseil économique du travail

Pour une démocratie économique

Lors du premier conflit mondial, la CGT se révèle un partenaire efficace de l'Union sacrée. Forte de cette…

L'Année terrible

A l’issue des terribles années 1870 et 1871 qui ont vu se succéder la guerre, l’occupation prussienne et la Commune, Paris est exsangue, et la France…
Triomphe de la Liberté - Colinart

La Liberté

Au lendemain de la prise de la Bastille, étendards, affiches et gravures commencent à diffuser des emblèmes du triomphe de la Révolution sur le…

La Liberté
La Liberté
La Liberté