Carte géométrique de Bretagne dédiée à Monseigneur le duc de Duras

Carte géométrique de Bretagne dédiée à Monseigneur le duc de Duras

Date de création : 1771

Date représentée : 26 février 1790

H. : 79,5 cm

L. : 57, 5 cm

Éch. 1/467.000; Fond de carte utilisé pour diviser la province en 5 départements et 45 districts. Signé à Paris le 20 février 1790 par les députés et commissaires

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

Lien vers la notice de l'oeuvre

NN/182/54

La division de la province de Bretagne en cinq départements

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Cécile SOUCHON

Un accord unanime

La carte d’origine, gravée dans son cadre gradué, était dédiée en 1771 au duc de Duras (1715-1789), noble et militaire de haute lignée alors chargé de l’ordre en Bretagne. Elle a été réutilisée par les députés bretons pour porter en couleur le tracé des nouvelles divisions administratives décrétées par l’Assemblée constituante entre décembre 1789 et février 1790 : cinq départements aux noms géographiques (Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure) et quarante-cinq districts[1], définis autour des bourgades de quelque importance, se superposent aux évêchés de l’ancienne province. Seul un léger litige[2] à l’extrémité sud-est a fait l’objet d’une brève négociation : « Il faudra se conformer au tracé indiqué par la ligne noire. » Dès le 26 février 1790, avec rapidité et enthousiasme, les députés entérinent depuis Paris le nouveau visage de la Bretagne, qu’ils valident par leur signature – « approuvé la présente carte avec le double d’icelle pour servir de minute de la division de la province de Bretagne en 5 départements et 45 districts, à Paris, le 26 février 1790 ».

Cinq départements délimités en Bretagne

Cette belle carte a été dressée vingt ans plus tôt par l’ingénieur et géographe Jean Ogée (1728-1789), spécialiste des représentations de la Bretagne. On en retrouvera plusieurs exemplaires sur des émigrés en 1795, lors de la tentative manquée de débarquement des royalistes émigrés à Quiberon. Elle est précise dans ses détails topographiques (côte sablonneuse ou rocheuse, ports, îles, cours et embouchures des rivières, forêts, routes principales, localités et abbayes, limites des diocèses) et soignée dans son cartouche ou son écriture. Mais son double intérêt est ailleurs : dans la disparition de la province et la première apparition des départements, ainsi que dans l’ensemble unanime et précoce avec lequel les fondateurs de cette nouvelle partition la signent.

Les députés, artisans d’une organisation nouvelle

Le découpage de la Bretagne en départements, sections de l’Etat toutes gérées de la même façon, ne fut pas la partie la plus difficile du travail des Constituants, qui ont été davantage contestés dans des régions aux contours moins nets. L’accord des députés bretons est donné le jour même du décret d’application de la loi sur les nouvelles circonscriptions administratives. Tous adhèrent à la nouvelle conception de l’organisation administrative : « L’Etat est un, les départements ne sont que des sections du même tout ; une administration uniforme doit donc les embrasser tous dans un régime commun. » (instruction du 8 janvier 1790).

Plusieurs des députés signataires, magistrats issus de la bourgeoisie de robe, négociants ou hommes d’Eglise, représentants d’une province assez contestataire vis-à-vis du pouvoir royal, sont des membres éminents et connus de la société bretonne[3], unis sans réserve dans les premières manifestations égalitaires des débuts de la Révolution, qu’ils ont approuvée et soutenue, tels Jean-Denis Lanjuinais (1753-1827), l’un des fondateurs du club Breton, futur club des Jacobins, Guy Leguen de Kerangal (1746-1817), fervent partisan de l’abolition des privilèges, ou l’abbé Louis Alexandre Expilly (1742-1794) élu en 1790 premier évêque constitutionnel du Finistère.

Ultérieurement, le durcissement des idées révolutionnaires, la déchristianisation autoritaire, la levée en masse au profit des armées de la République, en conduiront plusieurs à la révolte ou à la mort ; d’autres passeront les divers régimes politiques, et seront investis de fonctions administratives ou judiciaires. L’un d’eux, Jean-Pierre Boullé (1753-1816), sera le premier préfet des Côtes-du-Nord.

Au XXe siècle, de nouvelles modifications d’organisation administrative apparaissent. La Loire-Inférieure devenue Loire-Atlantique est rattachée aux Pays de Loire lors de l’élaboration des régions, à partir de 1972. Cette rupture avec l’unité historique de la province de Bretagne se trouve contestée depuis trois décennies. En raison de l’histoire ou de l’attraction économique, deux siècles après le découpage en départements, des voix s’élèvent pour réunir en une seule et même région les cinq départements nés de la province de Bretagne.

Marcel RONCAYOLO « Le département », in Pierre NORA (sous la direction de) Les Lieux de mémoire , tome II « La Nation » Paris, Gallimard, 1988, rééd.coll. « Quarto », 1997.

Jacques REVEL « La Région »Paris, Gallimard, 1988, rééd.coll. « Quarto », 1997.

Collectif Le Département, hier, aujourd’hui, demain. De la centralisation à la décentralisation , colloque des 24-26 septembre 1991Grenoble, PUG, 1994, 575 p.

1. Créés par la loi du 26 janvier 1790, les 544 districts de France seront ensuite supprimés par la Constitution de l’an III.

2. Pour le Sud du district de Clisson.

3. Plusieurs accompagnent leur signature des trois petits points qui montrent sans doute leur appartenance à une loge maçonnique : Perret de Tregadonc, Binot, Poulain de Corbion…

Cécile SOUCHON, « La division de la province de Bretagne en cinq départements », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/division-province-bretagne-cinq-departements

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La carte de France de 1789

Une organisation administrative désuète

Evénement oublié depuis 1614, la réunion des états généraux (organisée pour trouver de l’argent) est…

Frontispice des plans routiers de la généralité d'Alençon

L’atlas de Trudaine

Restaurer le réseau routier

La réalisation de l’atlas dit de Trudaine s’inscrit dans le cadre de la réforme routière entreprise par la monarchie…

L’atlas de Trudaine
L’atlas de Trudaine
L’atlas de Trudaine

Le Conseil d'Etat, sommet de l'appareil administratif

Sans rompre ouvertement avec l’œuvre de la Révolution, Bonaparte, devenu Premier consul, voulut rétablir l’ordre en restaurant l’Etat, ce en quoi…

La formation des départements

Les bases du nouveau découpage administratif

A différentes reprises au XVIIIe siècle, il avait été question de remédier à la…

La formation des départements
La formation des départements
La formation des départements

La division de la province de Bretagne en cinq départements

Un accord unanime

La carte d’origine, gravée dans son cadre gradué, était dédiée en 1771 au duc de Duras (1715-1789), noble et militaire de haute…

Philibert Orry - Atelier d'Hyacinthe Rigaud

Hyacinthe Rigaud et le portrait des serviteurs de l’État

L’homme fort du gouvernement

Si Hyacinthe Rigaud (1659-1743) réalise le portrait de nombreux acteurs des autorités locales, les grands commis de…

La France après les conquêtes révolutionnaires

Les limites de la France en 1798

La date de cette carte, contenue dans un cartouche entouré de feuilles de chêne (symbolisant la force) et d’…

Consulat de la République cisalpine réunie en comices à Lyon

Au terme de la deuxième campagne d’Italie marquée par la victoire de Marengo le 14 juin 1800, les troupes française occupent en grande partie l’…