Installation du Conseil d'Etat au Palais du Petit-Luxembourg le 25 décembre 1799.

Installation du Conseil d'Etat au Palais du Petit-Luxembourg le 25 décembre 1799.

Date de création : 1856

Date représentée : 25 décembre 1799

H. : 421 cm

L. : 421 cm

huile sur toile. Les trois consuls Bonaparte, Cambacérès et Lebrun reçoivent les serments des présidents

© RMN - Grand Palais (Château de Versailles) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

MV 1953 - 98-021219

Le Conseil d'Etat, sommet de l'appareil administratif

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Robert FOHR et Pascal TORRÈS

Sans rompre ouvertement avec l’œuvre de la Révolution, Bonaparte, devenu Premier consul, voulut rétablir l’ordre en restaurant l’Etat, ce en quoi il répondait aux aspirations de l’opinion. La Constitution du 22 frimaire an VIII (13 décembre 1799), inspirée par Sieyès, marque donc un retour en arrière : si son vocabulaire est emprunté à la Rome antique (consuls, sénat, tribunat, etc.), elle emprunte à la tradition monarchique la conception d’un exécutif fort. Elle lui reprend aussi l’institution du Conseil d’Etat, avec ses conseillers et maîtres des requêtes, organe juridictionnel qui, héritier du Conseil du Roi, sera à la fois le grand conseil du gouvernement, placé à côté de l’exécutif et même du législatif pour éclairer et préparer les décisions, et le tribunal administratif suprême de la France.

Aux côtés de Bonaparte, on reconnaît Cambacérès et Lebrun. Locré, secrétaire général du Conseil d’Etat, est assis, rédigeant le procès-verbal devant les présidents de section : Boulay de Meurthe (législation), Brune (guerre), de Sermon (finances), Gentaume (marine), Rœderer (intérieur). Ces derniers prêtent serment au Premier consul. La salle du Conseil est rendue avec une vérité topographique insistante. On discerne les façades du palais du Luxembourg par la fenêtre de gauche – le Conseil d’Etat siège d’abord au Petit-Luxembourg – et la vue du faubourg Saint-Germain par celle de droite.

Commandée sous le règne de Napoléon III pour les Galeries historiques de Versailles, cette composition de Couder s’inscrit dans la continuité à la fois thématique et esthétique des commandes de Louis-Philippe pour le musée de l’Histoire de France. Alors que la IIe République vit un bref repli de la peinture d’histoire, le Second Empire la remit au goût du jour à des fins de propagande évidentes : le nouvel empereur raviva la légende napoléonienne, source de sa légitimité. Le comte Emilien de Nieuwerkerke, établi par la faveur de la princesse Mathilde à la direction des musées impériaux, entendit mener à bien le parachèvement de ce programme. Commandée en 1852, la toile de Couder fut livrée à Versailles en 1856. Elle est déposée au Conseil d’Etat, qui siège au Palais-Royal, à Paris, depuis 1874.

Louis BERGERON L’Episode napoléonien.Aspects intérieurs Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.Thierry LENTZ Le Grand Consulat Paris, Fayard, 1999.Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1987.Jean TULARD (dir.) L’Histoire de Napoléon par la peinture Paris, Belfond, 1991.Collectif « Le coup d’Etat de Bonaparte »Dossier de L’Histoire n° 237 Louis BERGERON L’Episode napoléonien.Aspects intérieurs Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.Thierry LENTZ Le Grand Consulat Paris, Fayard, 1999.Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1987.Jean TULARD (dir.) L’Histoire de Napoléon par la peinture Paris, Belfond, 1991.Collectif « Le coup d’Etat de Bonaparte »Dossier de L’Histoire n° 237

Robert FOHR et Pascal TORRÈS, « Le Conseil d'Etat, sommet de l'appareil administratif », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/conseil-etat-sommet-appareil-administratif

Anonyme (non vérifié)

Je connais le comte Alfred-Emilien de Nieuwerkerke, directeur des musées impériaux puis surintendant des Beaux-Arts de Napoléon III, en revanche, je ne connais pas de "Maximilien de Nieuwerkerke".
Cordialement

mar 21/06/2011 - 00:57 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Frontispice des plans routiers de la généralité d'Alençon

L’atlas de Trudaine

Restaurer le réseau routier

La réalisation de l’atlas dit de Trudaine s’inscrit dans le cadre de la réforme routière entreprise par la monarchie…

L’atlas de Trudaine
L’atlas de Trudaine
L’atlas de Trudaine

La division de la province de Bretagne en cinq départements

Un accord unanime

La carte d’origine, gravée dans son cadre gradué, était dédiée en 1771 au duc de Duras (1715-1789), noble et militaire de haute…

La carte de France de 1789

Une organisation administrative désuète

Evénement oublié depuis 1614, la réunion des états généraux (organisée pour trouver de l’argent) est…

Le Conseil d'Etat, sommet de l'appareil administratif

Sans rompre ouvertement avec l’œuvre de la Révolution, Bonaparte, devenu Premier consul, voulut rétablir l’ordre en restaurant l’Etat, ce en quoi…

La formation des départements

Les bases du nouveau découpage administratif

A différentes reprises au XVIIIe siècle, il avait été question de remédier à la…

La formation des départements
La formation des départements
La formation des départements

La France après les conquêtes révolutionnaires

Les limites de la France en 1798

La date de cette carte, contenue dans un cartouche entouré de feuilles de chêne (symbolisant la force) et d’…

Philibert Orry - Atelier d'Hyacinthe Rigaud

Hyacinthe Rigaud et le portrait des serviteurs de l’État

L’homme fort du gouvernement

Si Hyacinthe Rigaud (1659-1743) réalise le portrait de nombreux acteurs des autorités locales, les grands commis de…

Consulat de la République cisalpine réunie en comices à Lyon

Au terme de la deuxième campagne d’Italie marquée par la victoire de Marengo le 14 juin 1800, les troupes française occupent en grande partie l’…