Ecole de jeunes filles en Algérie.

Ecole de jeunes filles en Algérie.

Date représentée :

H. : 16,2

L. : 22

Vers 1856-1857.

© Photo RMN - Grand Palais - H. Lewandowski

http://www.photo.rmn.fr

01-002364 / Pho1985-191

École de jeunes filles en Algérie

Date de publication : Février 2009

Auteur : Alban SUMPF

Un intérêt croissant pour l'Algérie

Après la prise d’Alger par les Français le 5 juillet 1830, la monarchie de Juillet, un temps hésitante, confie à Bugeaud, nommé gouverneur général en 1840, la véritable conquête militaire du pays. Celle-ci est achevée en décembre 1847 avec la reddition d’Abd el-Kader. Et en 1848, l’Algérie est officiellement déclarée « territoire français ». Cependant, ce n’est qu’avec la IIe République (1848-1852) et surtout avec le second Empire (1852-1870) que l’administration de la nouvelle possession, concernant à la fois les colons et les indigènes, se met réellement en œuvre.
La photographie École de jeunes filles en Algérie prise en 1856-1857 date de cette période pendant laquelle naît une véritable politique concernant l’Algérie : prenant peu à peu conscience du caractère spécifique et essentiel d’une telle entreprise, Napoléon III crée un ministère de l’Algérie et des Colonies en 1858. L’intérêt croissant pour l’Algérie est autant culturel que politique : « l’orientalisme », en peinture (Delacroix et son célèbre Femmes d’Alger dans leur intérieur en 1849) comme en littérature, contribue aussi à faire de cette colonie un lieu de voyages « exotiques », une terre de grand intérêt, un sujet de débats et de passions de plus en plus ancrés dans l’imaginaire des Français de métropole.

Une scène de classe presque improvisée

La photographie École de jeunes filles en Algérie est l’œuvre de Félix Moulin (1802-1875), photographe spécialisé dans le nu féminin. En 1856, il fait partie d’une mission d’exploration envoyée en Algérie par le gouvernement. Il fait de nombreux clichés, des villes (Alger, Oran et Constantine) et de leurs habitants, qui sont réunies dans l’album Souvenirs d’Alger ou l’Algérie photographiée. Il s’agit donc d’un travail presque documentaire, qui vise à présenter la réalité objective à ceux qui ont commandé cette mission, mais aussi à un public français de plus en plus curieux de l’Algérie.

La photographie montre une salle de classe qui semble presque improvisée, délimitée à gauche et au second plan par un ou deux draps tirés sur des murs de pierre décrépis. Au fond de cette « salle de classe » apparaît une vaste carte, qui semble représenter la côte nord de l’Afrique. Sur les draps sont accrochés deux petits panneaux indéchiffrables (celui de gauche pourrait comporter des inscriptions en arabe). Assises en rond sur des tapis orientaux, des jeunes filles indigènes d’âge varié, vêtues à l’algérienne (certaines portent le foulard), s’exercent apparemment à la lecture et à l’écriture sur de petits cahiers ou des ardoises. Deux d’entre d’elles regardent l’objectif, un instant distraites de la leçon. L’institutrice, debout, les aide et les dirige dans leur travail. Une assistante en costume traditionnel, elle aussi debout, tient un tableau sur lequel figurent un texte en arabe et un texte en français. À l’écart de ce cercle d’étude, adossées au mur, trois jeunes filles font face au photographe. Deux personnages se distinguent à la fois par leur toilette à l’occidentale et par le fait qu’ils occupent des sièges : un homme à l’air sérieux, assis très droit, qui surveille la scène, et une femme à l’expression mécontente qui pointe du doigt le travail de l’une des élèves.

Premiers pas du développement de l'instruction en Algérie ?

La IIe République avait tenté de développer un enseignement primaire en français pour les indigènes. Napoléon III, soucieux de développer l’instruction (en métropole comme en Algérie) promeut les « écoles arabes-françaises » où les cours sont dispensés dans les deux langues. On tente aussi de multiplier, pour les indigènes, des écoles où ils peuvent apprendre l’arabe seul. Elles représentent la majorité des établissements d’enseignement élémentaire en 1856. Le cliché montrerait les premiers résultats d’une telle politique : une nouvelle « école », d’autant plus remarquable qu’elle accueille des jeunes filles, ce qui reste plus rare à l’époque. Le photographe se serait alors déplacé exprès, dans un but documentaire. Mais il révèle aussi ses limites et donc les efforts matériels et humains que ceux-là mêmes qui ont commandé cette mission d’exploration devront consentir pour poursuivre cette politique. Cette « salle de classe » semble en effet avoir été aménagée depuis peu, avec les moyens du bord, de façon peut-être provisoire : le drap accroché de manière incertaine à un piquet pourrait bientôt s’affaisser et emporter avec lui les symboles de l’apprentissage (carte et panneaux). Le tableau tenu à bout de bras, les installations et le matériel rudimentaires confirment cette impression. Les deux personnes assises seraient alors des « notables » chargés de surveiller la mise en place de la nouvelle institution, fiers aussi d’assister aux débuts des progrès de la civilisation. L’enseignement se fait en arabe : le temps de « l’assimilation » n’est pas encore venu, Napoléon III préférant à partir de 1860 la « politique du Royaume arabe » selon laquelle les indigènes peuvent garder, s’ils le souhaitent, leur culture et leur religion.

Pierre GUILLAUME, Le monde colonial XIXe-XXe siècle, 2e édition, Armand Colin, 1994.

Antoine LEON, Colonisation, enseignement, et éducation : étude historique et comparative, éd. L’Harmattan, Paris, 1991.

Benjamin STORA, Histoire de l’Algérie coloniale 1830-1954, La Découverte, Paris, 1991.

Alban SUMPF, « École de jeunes filles en Algérie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 06/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/ecole-jeunes-filles-algerie

Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

J'ai pris connaissance avec intérêt de votre travail sur l'enseignement en Algérie. Je souhaite compléter ce travail en vous signalant l'ouvrage posthume "Du bon usage de la pédagogie", recueil des travaux et écrits du grand pionnier kabyle de l'Education nouvelle en Algérie : feu Mohand Said Lechani (1893-1985). Il contient de nombreux éléments intéressants.
Le volume paru aux éditions Les chemins qui montent, Paris (www.editionslcqm.com) est préfacé par Anne-Marie Chartier.
Cordialement

Annie Radna

lun 31/08/2020 - 12:36 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Vision d'un orientaliste

Dans son livre Une année dans le Sahel, publié en 1858, Eugène Fromentin, écrivain tout autant que peintre, relate l'épisode qu'il reproduit dans ce…

La bataille de Poitiers

Au secours de la patrie en danger

Si l’histoire de Charles Martel (688-741) est relativement mal connue des Français encore aujourd’hui, il n’en…

Principales productions d'origine végétale -détail

Le Vin et les colonies

La viticulture dans les colonies d’Afrique du Nord de la fin du XIXe siècle aux années 1930

Les exploitations agricoles du Maghreb…

La prise d'Alger

Les débuts de la conquête de l’Algérie

Depuis longtemps la France, comme les autres puissances européennes, avait eu à souffrir du gouvernement…

Femmes d’Alger dans leur appartement de Delacroix

En 1832, Eugène Delacroix fait un unique voyage au Maroc et en Algérie. Il y accompagne le comte de Mornay, envoyé spécial de Louis-Philippe…

Juives d'Alger au balcon de Chassériau

Élève de Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867), mais plus tard fortement influencé par Paul Delaroche (1797-1856) et Eugène Delacroix (1798-1863…

L'achèvement de la conquête d'Algérie

La reddition d’Abd el-Kader en décembre 1847 ne marqua pas la fin de la résistance à l’occupation française en Algérie. Pour achever la conquête,…

L'orientalisme

Objet de curiosités et de fantasmes au XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle, l’Orient devient « une préoccupation générale »(Victor Hugo dans…

L'orientalisme
L'orientalisme
L'orientalisme
L'orientalisme

La conquête de Constantine (1836/1837)

Les difficultés de la France pour conquérir le Constantinois

Si la conquête de l’Algérie décidée par Charles X en 1830 et poursuivie par son…

La conquête de Constantine (1836/1837)
La conquête de Constantine (1836/1837)
La conquête de Constantine (1836/1837)
Prise-smalah-Abd-El-Kader-VERNET

La conquête de l’Algérie

La conquête de l'Algérie

En juin 1830, la prise d'Alger décidée par Charles X est une opération de prestige conduite à des fins de politique…

La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie