Corset Le Furet.

Corset Le Furet.

Le Corset chic.

Le Corset chic.

Mannequin dans la vitrine.

Mannequin dans la vitrine.

Corset Le Furet.

Corset Le Furet.

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1901

Date représentée :

H. : 145

L. : 96

Pastel. Maquette de l'affiche

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

RF 37366 - 05-534073

La fin du corset et la libération du corps de la femme

Date de publication : Septembre 2007

Auteur : Julien NEUTRES

Le port du corset s’est généralisé au cours du XIXe siècle. Impossible alors de penser la silhouette de la femme hors de la contrainte de cet accessoire qui entrave ses mouvements. Huit mille ouvrières vivent ainsi de son commerce en France au milieu du siècle. Si les critiques (médicales surtout) s’intensifient, son usage, en revanche, ne cède pas, et cette pratique persistante montre combien demeure encore acceptable une esthétique qui fige l’apparence de la femme en décor et condamne ses chairs à la contention : « L’opulence, la laxité, la pesanteur des formes requièrent le port du corset, dans une idée de maintien. ». L’objet provoque de véritables passions, mais seules ses lignes changent : soixante-quatre brevets sont déposés, censés améliorer son confort, entre 1828 et 1848, alors qu’il n’en existait que deux en 1828. Au début du XXe siècle, les créateurs en déposeront encore de trois à cinq par mois. La production ne cesse elle aussi de croître : un million et demi de corsets vendus en 1870, six millions en 1900.

Le premier document est une épreuve de l’affiche publicitaire pour le corset Le Furet (1901) de Cappiello Leonetto. On remarque qu’elle a été corrigée. Sa version définitive comporte un bandeau supérieur où est inscrit « hygiène, élégance, souplesse » et un bandeau inférieur avec « Donne la souplesse de l’Orientale avec la grâce Française ». La promesse n’est pas très différente de celle des concurrents : le corset est une machine amincissante. Mais sa forme change quand les robes deviennent « collantes » autour de 1900. Il enveloppe les hanches, s’assouplit. L’intérêt de cette affiche est dans la dynamique qui anime sa composition et dans l’idée que l’artiste a retenue pour la concrétiser : le « délaçage » du corset. La femme de Cappiello est en mouvement, mouvement traduit par la ligne, souple et puissante, qui donne à l’affiche son impulsion et la rend vivante. Ainsi l’élégance et la souplesse que vante l’affiche sont-elles rendues sensibles par le travail de l’illustrateur.

Le dessin de Raphaël Kirchner met à nu l’objectif esthétique du « Corset chic » : infléchir la taille en « S » en signe de féminité, « rentrer tout sauf le cul et les seins » comme le résumera crûment Neil Kimbell, célèbre mondaine de San Francisco, révélant l’internationalisation de la ligne à la fin du siècle. Lors de son exposition au Salon des artistes humoristes de 1911, ce dessin raffiné, de style Art nouveau, était accompagné de ce commentaire : « Je vous apprends le truc, Mesdames ! Rien qu’un corset chic et vous faites sensation dans les meilleurs salons. » Le dispositif conduit à une image précise du corps, imposant une cambrure plus accusée que jamais, comme pour mieux imiter l’ancienne « tournure », laquelle consistait en un rembourrage porté sous la robe au bas du dos. Ce dessin reprend ce que reproduisent toutes les revues de mode au tournant du siècle : une posture« cassée » qui fait ressortir les formes, des reins creusés en une interminable extension, une poitrine rejetée en avant.

La photographie de Brassaï « Mannequin dans la vitrine » a été prise dans les années 1930. Baigné par l’atmosphère surréaliste parisienne, « l’œil de Paris », comme le surnommait son ami Henry Miller, fixe une vitrine de boutique qu’habite un inquiétant mannequin de cire. La machine amincissante prend maintenant la forme d’une gaine qui comprime le ventre mais libère la poitrine. Dans cette photo qui ressemble à une scène d’autopsie, l’accessoire de mode devient instrument de torture. La transformation du corset est loin de libérer le corps de la femme. Les sous-vêtements effacent maintenant toutes les courbes du corps féminin qui ont enchanté les siècles précédents.

À la fin du XIXe siècle, l’argument de la souplesse devient central, laissant rêver à mille dispositifs possibles dont les annonceurs multiplient les modèles dans les revues de mode ; ceux prétendus plus fluides parce que « sans gousset » ou « sans couture », ceux jugés plus « maniables » parce que munis de lacets « sans bout » ou de dispositifs « à la paresseuse » faits pour faciliter le laçage d’une dame « par elle-même en un instant ». La réalité est plus prosaïque, le moule est devenu une courte armure dont les trames s’entrecroisent en se renforçant. La lutte contre le corset se fait plus ouverte au début du XXe siècle. On en invente donc de nouvelles formes qui, sans comprimer l’abdomen, projettent la poitrine en avant tout en accentuant la chute des reins – ce qui donne à nouveau aux femmes cette silhouette en « S » que révèle particulièrement bien le dessin de Kirchner. La silhouette féminine subit ensuite une radicale transformation. Les femmes se mettent à mener une vie plus active et le corset finit par se démoder. Plus de poitrine projetée en avant, ni de croupe rejetée en arrière. Les corsages cintrés, affinant la taille et soulignant les hanches, passent de mode, et les femmes portent désormais des robes en tissu léger qui aplatissent les lignes. Mais la photo de Brassaï montre que si la mode change, elle impose toujours une forme de contrôle du corps féminin à travers de nouvelles machines amincissantes.

Geneviève FRAISSE et Michelle PERROT (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome IV, « Le XIXe siècle », Paris, Plon, 1991.James LAVER, Histoire de la mode et du costume, Paris, Thames & Hudson, 2003.Philippe PERROT, Les Dessus et les dessous de la bourgeoisie, Paris, Fayard, 1981.Georges VIGARELLO, Histoire de la beauté, Paris, Le Seuil, 2004.

Julien NEUTRES, « La fin du corset et la libération du corps de la femme », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/fin-corset-liberation-corps-femme

Anonyme (non vérifié)

Je m'interroge sur le titre de cet intéressant exposé. Mais en
quoi les images présentées illustrent-elles "la fin du corset" et "la libération du corps de la femme" ? Elles sont plutôt simplement et positivement l'illustration de la mode de cet instrument de contention du corps féminin.

lun 14/03/2016 - 21:04 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Femme en prise

Une société enfumée

Une peinture transformée en photographie répond peut-être à une opération de vulgarisation de l’œuvre d’art : la toile sort…

La salle de bain gothique

La toilette, un moment d’intimité féminine

La « salle de bain » et sa représentation au XIXe siècle

Au cours du XIXe siècle, l’hygiène devient peu à peu un réel objet…

La toilette, un moment d’intimité féminine
La toilette, un moment d’intimité féminine
file d'attente devant un bureau de vote, lors des premières élections auxquelles les femmes sont invitées à participer. Paris, avril 1945.

Le premier vote des femmes en France.

La femme française peut voter

À l’approche de la Libération, la question du vote des femmes n’apparaît pas comme une priorité absolue. Ainsi, elle…

Le premier vote des femmes en France.
Le premier vote des femmes en France.
Le premier vote des femmes en France.
Frankfurter Strasse

Dans les ruines de Berlin

Berlin après la bataille.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Berlin est dévastée. Cible de raids aériens anglais depuis 1940,…

Dans les ruines de Berlin
Dans les ruines de Berlin
Dans les ruines de Berlin

Greuze et la peinture morale

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les excès de la société aristocratique et libertine incitent le gouvernement ainsi que…

Liane de Pougy - Atelier Nadar

Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque

La métamorphose d’une mère de famille en « grande horizontale »

Depuis le Second Empire, le portrait photographique connaît un véritable essor,…

Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque

La Dame aux camélias

Marie Duplessis, muse de Dumas

Le dessin à l’aquarelle de Camille Roqueplan représente Marie Duplessis, qui fut probablement la toute première…

La Dame aux camélias
La Dame aux camélias
Centre de propagande pour le vote des femmes, dirigé par Louise Weiss, leader des associations féministes françaises. De gauche à droite : Maryse Demour, Hélène Roger-Viollet, Jeanine Nemo, Louise Weiss et Clara Simon. Paris, février 1936

Louise Weiss, féministe des années 1930

La cause du droit de vote des femmes en 1936.

Durant la première guerre mondiale, la grande majorité des associations féministes françaises mettent…

Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra

« Peintre des danseuses » : ainsi Manet définit-il Degas dans une lettre adressée à Fantin-Latour en 1868, anticipant d’une dizaine d’années le…

Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra
Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra

La femme exotique-objet

À la découverte des sociétés primitives

Au sein des vastes collections de clichés ethnographiques réalisés en Europe dans le dernier tiers du XIXe…

La femme exotique-objet
La femme exotique-objet
La femme exotique-objet