La compagnie de tirailleurs sénégalais du capitaine Mangin en manœuvre, vers 1896-1899

La compagnie de tirailleurs sénégalais du capitaine Mangin en manœuvre, vers 1896-1899

"La Force noire" de Charles Mangin, lieutenant-colonel

La compagnie de tirailleurs sénégalais du capitaine Mangin en manœuvre, vers 1896-1899

La compagnie de tirailleurs sénégalais du capitaine Mangin en manœuvre, vers 1896-1899

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : musée de l’Armée (Paris)
site web

Date de création : 1899

Date représentée : juin 1899

H. : 9,9 cm

L. : 17 cm

épreuve argentique

© Paris - musée de l'Armée, dist. RMN - Grand Palais / Pascal Segrette

lien vers l'image

06-506163 / 994.312.17

"La Force Noire"

Date de publication : Février 2022

Auteur : Guillaume BOUREL

La colonisation française en Afrique à son apogée

La France achève, dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, la conquête de son Empire en Afrique. Alors que le « partage » du continent est presque achevé sur le terrain, le gouvernement français décide de lancer en 1896 la mission Congo-Nil, qui doit permettre de relier l’A.O.F. (Afrique occidentale française) à Djibouti et prendre position au Soudan face aux Anglais. Le commandant Marchand confie au capitaine Charles Mangin le recrutement de cent cinquante tirailleurs pour cette traversée de l’Afrique. Si la France doit reculer à Fachoda (1) face à l’intransigeance anglaise, Jean-Baptiste Marchand et ses quinze officiers et sous-officiers sont célébrés en France comme des héros, ce dont témoigne la photographie. Les progrès techniques dans ce domaine (appareils plus légers, vitesse d’obturation améliorée pour saisir l’instantané…) accompagnent l’expansion coloniale à partir des années 1890 : les différentes campagnes sont dorénavant illustrées avec plus de réalisme par ce médium.

Charles Mangin retient de la mission Congo-Nil l’atout que représentent les troupes africaines. Cet officier d’infanterie de marine a réalisé tout le début de sa carrière en Afrique, où lui fut confié son premier commandement en 1889. Il appartient à cette catégorie des officiers « africains » qui connaissent la qualité des tirailleurs sénégalais. Soutenu par Gallieni (2), il défend dans La Force noire, ouvrage paru en 1910, la contribution militaire des Africains en cas de conflit européen. S’alarmant, comme toute une partie de la droite et de l’État-major de l’époque, du déclin démographique de la France et de l’affaiblissement de la « race française », il en appelle à une « régénération » morale. Mais, en attendant, pour épargner le sang français, il promeut la mobilisation des Africains dont il dépeint le respect du chef, l’âme guerrière et la résistance, autant de stéréotypes que véhicule d’ailleurs la culture populaire française.

La visibilité des troupes africaines en France

La photographie, dont l’auteur nous est inconnu, saisit un moment du retour de la mission Marchand en France. Débarqué à Toulon en juin 1899, le capitaine Mangin passe en revue la colonne de cent cinquante tirailleurs sous son commandement, le Mont-Faron, qui domine la ville, s’élevant en arrière-plan. La légende manuscrite précise que les tirailleurs revêtent leur « effets d’habillement », c’est-à-dire les uniformes et équipements qu’ils portaient en Abyssinie, qu’ils ont rejointe après Fachoda et avant leur embarquement pour la France. Sabre au clair, le capitaine fait la démonstration de la discipline de tirailleurs au pas parfaitement cadencé et qui avancent au son d’un clairon qu’on distingue à l’avant. Le photographe saisit un moment furtif ; des spectateurs traversent en désordre l’esplanade, contrastant avec l’ordre militaire de la parade. Des habitants de Toulon, y compris des enfants, courent devant les troupes, signe de la curiosité spontanée que suscite cette première sur le sol de la métropole.

L’illustration de la page de titre de l’ouvrage de Charles Mangin résume le propos de La Force noire, mais va également bien au-delà. La carte schématisée de l’Afrique française représente l’empire français comme un bloc continental d’un seul tenant – auquel s’ajoutent Madagascar et la Réunion –, de la Méditerranée jusqu’au fleuve Congo. Seules sont désignées les régions qui forment les extrémités, mais les dénominations administratives, A.O.F. et A-E.F. (Afrique équatoriale française) notamment, et leurs limites sont absentes. La couleur noire lie la France à ses colonies par-delà la Méditerranée et fait de l’Afrique un vaste prolongement de la France.

L’Afrique, élément de la puissance française

L’épisode de Fachoda est une humiliation pour la France, mais les tirailleurs sénégalais en sortent grandis : ce sont ces « valeureux » soldats qui ont tenu tête aux Anglais qui paradent à Toulon, avant de le faire à Longchamp le 14 juillet après avoir traversé Paris derrière Jean-Baptiste Marchand, acclamés par la foule des Parisiens, et de participer à l’Exposition universelle de 1900.

Si l’opinion publique est encore, dans sa majorité, indifférente à la question coloniale à la Belle Époque, elle prend conscience de son Empire à l’occasion des crises internationales. À travers la figure des tirailleurs sénégalais, les Africains commencent à gagner en visibilité en métropole. C’est dans ce contexte que Mangin estime que l’Afrique française constitue un vivier d’hommes qui permettrait à la France de tenir son rang de puissance, compensant son affaiblissement relatif face à l’Allemagne. Il défend aussi le passage des Africains sous les drapeaux comme une école de civilisation pour les Africains et le « couronnement de l’œuvre de la France », une étape dans l’intégration de ces peuples fraîchement soumis dans le vaste empire français.

Si son ouvrage eut un fort écho, comme en témoignent ses nombreuses rééditions, l’État-major n’est cependant pas unanime. Les adversaires de Mangin soulignent le coût, le manque de loyauté des troupes indigènes et le risque que représente, pour l’ordre colonial, le fait de confier la défense de la France à des Noirs. C’est pourquoi le Parlement se contente de voter en 1910 un mince crédit pour la levée de cinq mille hommes en A.O.F. C’est parce qu’Adolphe Messimy, un des rares parlementaires à soutenir Mangin dès 1910, devient ministre de la Guerre en juin 1914 que la France est la seule nation européenne à engager des soldats africains sur le front européen durant la première guerre mondiale. L’ouvrage de Charles Mangin a fait émerger une nouvelle conception du lien qui unit la France à son Empire, conçu dorénavant comme un tout, ce que Paul Reynaud (3) appellera « la plus grande France » en 1931.

BLANCHARD Pascal (dir.), La France noire : trois siècles de présences des Afriques, des Caraïbes, de l’océan Indien et de l’Océanie, Paris, La Découverte, 2011.

DEROO Éric, La Grande Traversée de l’Afrique : Congo, Fachoda, Djibouti (1896-1899), Paris, Éditions LBM ; Ivry-sur-Seine, ECPAD, 2010.

MICHEL Marc, « Colonisation et défense nationale : le général Mangin et la Force noire », Guerres mondiales et Conflits contemporains, no 145, 1987, p. 27-44.

MICHEL Marc, Les Africains et la Grande Guerre : l’appel à l’Afrique (1914-1918), Paris, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 2003.

1 - Crise de Fachoda : l'armées française menée par le commandant Marchand tente de rallier Dakar à Djibouti tandis que l'armée anglaise menée par Lord Kitchener remonte le Nil pour relier le Caire au Cap. Les deux puissances coloniales s'affrontent à Fachoda (Soudan) de septembre 1898 à mars 1899. Au final, le gouvernement français ordonne à Marchand de se retirer et laisse les Anglais s'installer dans le bassin de Nil après un accord colonial.

2 - Joseph Gallieni (1849-1916) : militaire, il fit sa carrière en Afrique, fut Gouverneur général de Madagascar (1896-1905). Lors de la première guerre mondiale, il est le gouverneur militaire de Paris et contribua à la victoire de la Marne. Il sera nommé maréchal à titre posthume en 1921.

3 - Paul Reynaud (1878-1966) : homme d'État français, plusieurs fois ministre sous la IIIe république, il sera le dernier Président du Conseil en 1940, s'opposant à l'armistice. 

Guillaume BOUREL, « "La Force Noire" », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 06/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/force-noire

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'Empereur accorde la grâce à la tribu des Flittas - Alfred Darjou

Voyage de Napoléon III en Algérie, 1865

Napoléon III et l’Algérie

Conquis progressivement à partir de la prise d’Alger du 5 juillet 1830, les territoires algériens sont devenus…

La propagande coloniale dans les années 1930

1931, l’aboutissement d’un projet grandiose

La tradition des expositions coloniales s’enracine dans la première moitié du XIXe siècle.…

La propagande coloniale dans les années 1930
La propagande coloniale dans les années 1930
La propagande coloniale dans les années 1930
Les Représentants des puissances étrangères venant saluer la République en signe de paix - Douanier Rousseau

Le Douanier Rousseau, pacifiste et républicain

A la fin du XIXe siècle, la France s’installe définitivement dans la République et poursuit une industrialisation déjà bien commencée…

Principales productions d'origine végétale -détail

Le Vin et les colonies

La viticulture dans les colonies d’Afrique du Nord de la fin du XIXe siècle aux années 1930

Les exploitations agricoles du Maghreb…

Le voyage aux terres australes (1800-1804)

Une expédition d’exploration

En 1800, le continent austral n’a encore été reconnu qu’en partie. Il porte le nom de Nouvelle-Hollande, mais, pour…

Le voyage aux terres australes (1800-1804)
Le voyage aux terres australes (1800-1804)
Le voyage aux terres australes (1800-1804)
Le voyage aux terres australes (1800-1804)

Caricature et propagande

Le siècle de la presse

En France, en 1848, à la suite de la révolution de Février et grâce à l’abolition de la censure, Le Charivari connaît une…

"La Force Noire"

La colonisation française en Afrique à son apogée

La France achève, dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, la conquête de…

Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres

La Croisière noire, relevant à la fois de l’aventure coloniale, du raid automobile et de l’opération publicitaire, est née de la volonté d’un homme,…
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres
La France et les cinq continents.

L'Exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale de 1931 se situe à la fois dans la lignée des expositions universelles de la seconde…

L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée