Georges Clemenceau prononçant un discours dans une réunion électorale.1885.

Georges Clemenceau prononçant un discours dans une réunion électorale.1885.

Date de création : 1885

Date représentée : 1885

H. : 243 cm

L. : 205 cm

Huile sur toile. Réunion au Cirque Fernando plus tard le Cirque Médrano, boulevard Rochechouard à Paris.

© RMN - Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux

Lien vers l'image

MV 6019 - 15-538640

Le grand tenor du radicalisme

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS

Clemenceau avant l’Affaire Dreyfus

Médecin, issu d’une famille bourgeoise de la Vendée de tradition républicaine, Clemenceau entre véritablement dans la carrière politique après 1870. Maire du XVIIIe arrondissement pendant la Commune, il est élu député de la Seine en 1871 et siège à la gauche du parti radical. La finesse de son intelligence et son éloquence cinglante font sa réputation de « tombeur de ministères ». En ayant à cœur de faire triompher les idées du « programme démocratique et libéral » proclamé à Belleville en avril 1869, Clemenceau et les siens refusent la République des « opportunistes », dont les réformes sont jugées trop timides. En 1880 ils fondent dans cet esprit La Justice, journal porte-voix qui favorise l’entrée d’une quarantaine d’entre eux à la Chambre l’année suivante. Les élections législatives d’octobre 1885 qui succèdent à la chute du long ministère Ferry sont alors l’occasion pour eux d’accroître leur poids politique.

Une réunion électorale

Raffaëlli était alors un peintre connu. Il exposait au Salon depuis plus de dix ans, réussissant à imposer une peinture alors originale, à la fois par le choix de ses sujets (la réalité quotidienne de la vie urbaine, souvent de la banlieue), une esthétique volontairement dépouillée et un style « moderne » proche des impressionnistes, avec lesquels d’ailleurs il exposa à l’initiative de Degas, qui le tenait en grande estime.

Clemenceau, debout au centre, harangue la foule réunie au cirque Fernando. Il est entouré de ses collaborateurs de La Justice, de l’état-major du parti radical et de quelques amis proches : on reconnaît, en partant de la gauche, Raffaëlli lui-même, puis Léon Millot et Lucien Barrois. Ecrivant, assis à la table, Sutter Laumann (avec des lunettes) et Mario Sermet. Au-dessus de Clemenceau, à droite, Stephen Pichon (portant lunettes) et Albert Clemenceau. Dans l’espace compris, à gauche, entre la rampe et l’estrade, on repère de gauche à droite Louis Amiable, Gustave Geffroy, E. Trebucien et Paul Degouy. Derrière la chaise, à gauche, Hercule Rouanet, à droite Crawford (reconnaissable à sa barbe blanche).

« Ce que le peintre cherchait surtout dans un décor de vérité générale, c’était la façon dont se comporte un homme qui parle à d’autres hommes », nota Gustave Geffroy, critique proche des impressionnistes et lui-même représenté dans le tableau. « L’impression qu’il a voulu produire, c’est celle d’une volonté en action et d’un silence attentif et passionné. »

Ce tableau de Raffaëlli présente George Clemenceau au début de sa carrière politique. Il s’agit du Clemenceau d’opposition, du leader des radicaux qui composent alors l’extrême gauche de la Chambre. Doué déjà d’une impressionnante autorité, il est le chef de file des « intransigeants », qui refusent l’union des républicains au premier tour face aux conservateurs. Raffaëlli nous montre remarquablement bien son aisance face à un auditoire qu’il captive tant par sa parole que sa gestuelle. Le brillant parlementaire est en effet l’un des plus grands orateurs de la IIIe République. L’œuvre nous montre en même temps un caractère : au delà des clivages de partis, Clemenceau trace un chemin qui lui est propre, n’hésitant pas à faire « tomber » les ministères dont la politique s’écarte de ses principes. Aussi, en parvenant au second tour des élections de 1885 à détenir, aux côtés des radicaux, autant de sièges que les « opportunistes », Clemenceau est désormais à la tête d’une puissante force d’opposition républicaine. Le temps des « fondateurs » s’achève.

Maurice AGULHON La République de 1880 à nos jours Paris, Hachette, 1990, rééd.coll.« Pluriel », 1992.

Marianne DELAFOND et Caroline GENET-BONDEVILLE Raffaelli Paris, Bibliothèque des arts, 1999.

Jean-Baptiste DUROSELLE Clemenceau Paris, Fayard, 1989.

Jean-Marie MAYEUR Les débuts de la IIIe République 1871-1898 Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1973.

Jean-Marie MAYEUR La Vie politique sous la IIIème République Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1984.

Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS, « Le grand tenor du radicalisme », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/grand-tenor-radicalisme

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Gambetta, père fondateur de la IIIe République

« Le commis voyageur de la République »

Jeune avocat, Gambetta s’imposa sous le Second Empire comme un des chefs les plus populaires de l’…

Un homme politique au faîte de sa puissance

Sénateur, président du Sénat, ancien ministre, Emile Combes devient président du Conseil en mai 1902. Figure importante du radicalisme, il est appelé…

La séparation des Églises et de l'État

L’imminence de la Séparation

À l’orée du siècle, les relations de la France avec le Saint-Siège s’enveniment du fait de la politique…

L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la IIIe République

Une querelle longue de plus de 20 ans

Vingt ans séparent la date de réalisation de ces deux affiches. En 1884, l’ouvrage de Léo Taxil publié par…

L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la III<sup>e</sup> République
L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la III<sup>e</sup> République

L'assassinat de Bassville à Rome

Les événements qui aboutissent à la proclamation de la république le 21 septembre 1792 ont entraîné une détérioration rapide des relations entre…

L'assassinat de Bassville à Rome
L'assassinat de Bassville à Rome

Jeanne d’Arc

La Pucelle ressuscitée

Un siècle sépare le tableau de Paul Delaroche de celui d’Émile Bernard : celui de la naissance d’un véritable mythe…

Jeanne d’Arc
Jeanne d’Arc
Jeanne d’Arc

Darboy, martyr de Versailles

Darboy, martyr de Versailles

Le 24 mai 1871, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine et…

Ernest Renan

Dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, Ernest Renan (1823-1892)  était devenu un savant, un professeur et un écrivain célèbre. Il…

Ernest Renan
Ernest Renan
Ernest Renan

L’anticléricalisme dans le premier XIXe siècle

Après la Révolution qui rompt brutalement avec l’Église en récusant l’association, fondatrice de l’Ancien Régime, entre ordre politique et ordre…

La loi de séparation du 9 décembre 1905 et sa mise en œuvre

Une loi prévisible

L’évocation de la loi de Séparation des Églises et de l’État entraîne souvent la mise au singulier du mot Églises. Inexacte…

La loi de séparation du 9 décembre 1905 et sa mise en œuvre
La loi de séparation du 9 décembre 1905 et sa mise en œuvre
La loi de séparation du 9 décembre 1905 et sa mise en œuvre