Le passé, le présent et l'avenir.

Le passé, le présent et l'avenir.

Date de création : 1834

Date représentée : 1834

H. : 21,4 cm

L. : 19,6 cm

Lithographie. Illustration pour le journal "La Caricature", 9 janvier 1834.

© Saint-Denis, musée d'art et d'histoire - Cliché I. Andréani

Lien vers l'institution

Louis-Philippe vu par Daumier

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Robert FOHR

Au début de l’année 1834, au moment où paraît cette planche, la monarchie de Juillet, régime né de l’insurrection populaire des « Trois Glorieuses » (28, 29, 30 juillet 1830) mais d’assise essentiellement bourgeoise, est entré dans une période de crise économique et d’agitation sociale. Cette situation, attisée par les républicains avec lesquels la monarchie est en conflit ouvert depuis les funérailles du général Lamarque (juin 1832), va conduire le gouvernement à mener une politique de répression et à faire voter des lois restreignant les libertés d’expression et d’association.

C’est dans ce contexte que paraît dans le journal La Caricature, auquel Daumier collabore depuis 1831, ce portrait-charge du roi Louis-Philippe.

Par la silhouette piriforme donnée à la tête du roi, cette caricature s’inscrit dans la continuité de la formule trouvée en 1831 par Charles Philipon, directeur de La Caricature, et souvent reprise ensuite par Daumier : dès décembre 1831 dans Gargantua, en février 1832 dans Le Cauchemar, et en mars 1832 dans Masques de 1831 où, au milieu des visages grimaçants de personnalités du régime représentées comme des masques de carnaval, figure une poire sur laquelle apparaissent de manière très estompée (en raison du risque de délit d’offense à la personne royale) les traits de Louis-Philippe.

En 1834, toutefois, malgré ses démêlés avec la justice, Charles Philipon, directeur de La Caricature et du Charivari, décrira ouvertement, dans un bois publié par ce dernier journal, le processus qui permet de passer du royal faciès à la poire. Quant au thème de la tête à trois visages, il se rattache à l’iconographie ancienne de l’allégorie de la Prudence, mais, associé comme il l’est ici au principe de lecture temporelle de gauche à droite, il se réfère plus précisément à Une allégorie de la Prudence de Titien (Londres, National Gallery), triple portrait de l’artiste, de son fils Orazio et de son neveu Marco, soit un vieillard, un adulte et un enfant mis en parallèle avec les têtes d’un loup, d’un lion et d’un chien. Ce tableau célèbre se trouvait déjà en Angleterre à l’époque, mais on ne peut exclure que Daumier, dont la culture artistique était vaste, en ait eu connaissance à travers une copie, car l’œuvre de Titien était passée dans des collections parisiennes au XVIIIe siècle.

Si toute dimension allégorique est ici absente, la signification de ce portrait-charge ressort clairement de la lecture successive des visages du roi dans l’ordre indiqué par le titre de la planche : à gauche, une expression de confiance mêlée de suffisance (le passé), de face un air grincheux et fermé (le présent), à droite, enfin, une expression d’effroi.

Ces trois visages reflètent évidemment l’évolution du climat politique et social de la monarchie de Juillet à laquelle Daumier s’amuse à prophétiser – avec justesse, mais il est vrai avec beaucoup d’avance – l’avenir le plus sombre…

Philippe RÉGNIER (dir.), La Caricature entre république et censure, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996.

Philippe VIGIER, La Monarchie de Juillet, Paris, PUF coll. « Que sais-je ? », 1982.

COLLECTIF, Daumier, 1808-1879, catalogue de l’exposition au Grand Palais (5 octobre 1999 – 3 janvier 2000), Paris, RMN, 1999.

Robert FOHR, « Louis-Philippe vu par Daumier », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/louis-philippe-daumier

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La France vaincue

La victoire de la Prusse à Sedan le 2 septembre 1870 entraîne l’effondrement du Second Empire. Deux jours plus tard, la déchéance de la famille…

La France vaincue
La France vaincue
La France vaincue

Louis-Philippe vu par Daumier

Au début de l’année 1834, au moment où paraît cette planche, la monarchie de Juillet, régime né de l’insurrection populaire des « Trois Glorieuses…

Contre ça ! Votez communiste !

L'homme aux couteaux entre les dents, revisité

La Section française de l’Internationale communiste (S.F.I.C.) est née en novembre 1920 de la scission entre socialistes et communistes, lors du…

Une caricature d'Adolphe Thiers en 1871

Le gouvernement de la Défense nationale, mis en place après la chute du Second Empire, veut organiser au plus vite l’élection d’une Assemblée…

La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Lorsque Rossini arrive à Paris en novembre 1823, ce n’est pas un inconnu car douze de ses œuvres ont déjà été montées au Théâtre-Italien, dont quatre…
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Du déficit à l'assignat

L’Assemblée constituante doit à la fois assumer les dettes de la monarchie – environ 5 milliards de livres auxquelles s’ajoutent des intérêts…

Du déficit à l'assignat
Du déficit à l'assignat
Du déficit à l'assignat
La Cathédrale - Auguste Rodin

La Cathédrale de Rodin

La cathédrale comme quintessence de l’art

C'est dans un contexte chargé de symboles que Rodin crée en 1908 une sculpture intitulée La Cathédrale…

Religions Kupka Frantisek (1871-1957) numéro spécial de "L'Assiette au Beurre" : Religions (n° 162, 7 mai 1904)

Kupka et L’Assiette au beurre : Religions

« Religions », numéro spécial

Lancée en 1901, L’Assiette au beurre acquiert rapidement une certaine renommée qui dépasse largement les seuls…

Les frères Goncourt - Nadar Jeune

Un Goncourt en cache un autre

Au cœur du Paris artiste des années 1850 à 1880

Les frères Jules (1830-1870) et Edmond (1822-1896) de Goncourt, fameuses figures du milieu…

Un Goncourt en cache un autre
Un Goncourt en cache un autre
Un Goncourt en cache un autre

L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la IIIe République

Une querelle longue de plus de 20 ans

Vingt ans séparent la date de réalisation de ces deux affiches. En 1884, l’ouvrage de Léo Taxil publié par…

L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la III<sup>e</sup> République
L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la III<sup>e</sup> République