Exposition Universelle de Paris, 1878.

Exposition Universelle de Paris, 1878.

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1878

Date représentée : 1878

H. : 0

L. : 0

© Photo RMN - Grand Palais - R. G. Ojeda

http://www.photo.rmn.fr

04-001746 / MEDOR2001

Médaille de l'Exposition Universelle de 1878

Date de publication : Décembre 2007

Auteur : Claire MAINGON

Les décorations de l’Exposition Universelle de 1878

Cette médaille a été réalisée par Eugène André Oudiné (1810-1887), l’un des plus importants sculpteurs et graveurs en médaille du 19e siècle, à l’occasion de l’Exposition Universelle organisée à Paris en 1878. Il s’agissait d’une manifestation internationale de très grande ampleur, regroupant plus de 52 000 exposants et qui accueillit 16 100 000 visiteurs. De nature économique et compétitive, l’Exposition récompensait les meilleurs produits de l’industrie et les artistes en leur délivrant des médailles. Cette pratique honorifique rappelait le protocole qui clôturait le Salon, l’exposition annuelle et officielle des artistes vivants, et la remise la Légion d’honneur. Mais les médailles délivrées dans le cadre des Expositions Universelles étaient spécifiques à l’évènement. Revêtant un caractère international, elles tendaient à l’expression de valeurs universelles et de propagande politique à la gloire de la République française.

L’utilisation de l’allégorie et du symbole



A l’instar d’une pièce de monnaie, la médaille est un objet d’art comportant deux faces. Sur son avers, elle porte généralement l’effigie d’un personnage, et sur son revers, une figure ou une scène allégorique qui symbolise l’évènement ou évoque la personne commémorée. Faisant usage d’une symbolique forte et claire, elle doit être immédiatement lisible et compréhensible. Cette médaille réalisée par Eugène André Oudiné pour l’exposition Universelle de 1878 met en scène plusieurs personnages allégoriques et mythologiques. Au loin, en toile de fond, on aperçoit le Palais du Champ-de-Mars, le bâtiment le plus important élevé à l’occasion de cette manifestation internationale. Une femme incarnant la République française, organisatrice de l’Exposition, est représentée couronnant plusieurs autres allégories parmi lesquelles figurent les personnifications des arts et de l’industrie. Au bas de l’image, une figure allongée incarne la ville de Paris, ainsi que le rappelle l'emblème placé à sa droite. L’artiste médailleur, ici, reprend les codes existants dans la sculpture commémorative et académique de son temps en drapant ses figures à l’antique et en les dotant de la physionomie parfaitement idéalisée qui sied à la représentation de l’allégorie.

L’art de la médaille, héritage et perpétuation


Commémorative et honorifique, sans valeur économique, la médaille se distingue de la monnaie avec laquelle elle entretient des liens de parenté. Objet d’art et de collection, la médaille sert à honorer et distinguer l’élite militaire, artistique, intellectuelle, industrielle ou sportive à l’occasion de grandes manifestations comme les expositions universelles. Si l’usage des grands médaillons remonte à l’Antiquité, la diffusion de la médaille n’apparut en Europe occidentale qu’à la fin du Moyen Âge. Marqué par un apogée au XVIe siècle, puis par un déclin, l’art de la médaille connut un incontestable renouveau à partir de la fin du Second Empire. Il resta une pratique artisanale jusqu’à la seconde guerre mondiale, date après laquelle le perfectionnement des machines et la frappe industrielle modifia considérablement la fabrication de ces pièces. Celle de l’Exposition Universelle de 1878, sculptée par Oudiné, nous révèle combien l’esthétique des médailles était influencée par la sculpture. Elle démontre également l’importance du décorum et des symboles officiels dans le maintien des traditions historiques de la République, à l’égal des commandes de statues et de monuments et des cérémonies commémoratives. Bien qu’il soit considéré comme sous-discipline dans la hiérarchie des Beaux-arts, l’art de la médaille demeure un témoin durable et précieux de l’histoire politique, culturelle et militaire de son temps.

Marc GAILLARDLes Expositions universelles de 1855 à 1937Paris, Les presses franciliennes, 2005.Dominique PASCALLa folie des médailles et décorationsParis, Flammarion, 2003.Anne PINGEOT1878, La première Exposition Universelle de la RépubliqueParis, RMN, 1988.Jean BABELONLa médaille en FranceParis, Larousse, 1948.

Claire MAINGON, « Médaille de l'Exposition Universelle de 1878 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 19/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/medaille-exposition-universelle-1878

Anonyme (non vérifié)

bjr j'ai chez moi une medaille de l'exposition universelle de 1878 sur une face on dirait la meme femme que la statue de la liberté et de l'autre,le palais du champs de mars ,pouvez vous me dire cette médaille est unique,et peut etre une estimation?

sam 03/03/2012 - 11:44 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Il serait bien difficile de faire ici une estimation ...
En revanche, je vous conseille de vous rapprocher du musée d'Orsay pour avoir plus d'informations.

Bon courage pour vos recherches,

A bientôt !

Anne-Lise

ven 09/03/2012 - 12:57 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonjour,
est il possible de savoir la valeur d'une médaille de 1937 sur l'exposition internationale art et technique sur une face et céramique sur l'autre
merci

lun 02/09/2013 - 17:39 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Froment-Meurice et la vogue historiciste

Le stand Froment-Meurice à l’Exposition de 1849

L’ampleur et l’éclectisme qui caractérisent la dernière Exposition des produits de l’industrie…

Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste
La construction de la Tour Eiffel vue de l'une des tours du Palais du Trocadéro.

Visions de la Tour Eiffel

La tour Eiffel, symbole de Paris et de la France, paraît intemporelle. Mais l’unanimité que suscitent aujourd’hui ses 321 mètres donnent lieu ne…

Visions de la Tour Eiffel
Visions de la Tour Eiffel
Visions de la Tour Eiffel
Visions de la Tour Eiffel

Le Grand jeu du Bébé jumeau

L’Exposition universelle dans la Ville-Lumière (1889)

Depuis les années 1850, chaque décennie, la capitale française accueille une exposition…

"A la gloire de l'Empire colonial"

Les expositions universelles, depuis la première, à Londres, en 1851, ont été pour tous les pays organisateurs l’occasion de manifester leur…

L'ancêtre des Expositions universelles

L’industrie exposée pour relancer l’économie française

La première exposition des produits de l’industrie française eut lieu en 1798 à l’initiative…

L'ancêtre des Expositions universelles
L'ancêtre des Expositions universelles

Mucha, l’esprit 1900

De Prague à Paris : Alfons Mucha

Omniprésents sur le site de l’Exposition universelle de Paris en 1900, l’Art nouveau et l’illustrateur tchèque…

Mucha, l’esprit 1900
Mucha, l’esprit 1900

La grande roue de Paris

L’Exposition Universelle : De l’industrie aux loisirs de masse

En 1855, se tient à Paris la première Exposition Universelle, quatre ans après celle…

La femme exotique-objet

À la découverte des sociétés primitives

Au sein des vastes collections de clichés ethnographiques réalisés en Europe dans le dernier tiers du XIXe…

La femme exotique-objet
La femme exotique-objet
La femme exotique-objet

Le métropolitain, un enjeu capital

La civilisation du chemin de fer

Entre 1861 et 1900, la représentation du métropolitain de Paris est passée de la gravure reproduisant les plans d…

Le métropolitain, un enjeu capital
Le métropolitain, un enjeu capital

André Gide

Dans l’effervescence qui a caractérisé la vie littéraire à la Belle Époque, un jeune écrivain, André Gide (1869-1951), attira l’attention avec la…