Dockers sur un port breton.

Dockers sur un port breton.

Auteur : PUYO Constant

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date représentée :

H. : 6

L. : 10,8

Tirage sur papier albuminé.

© Photo RMN - Grand Palais - Droits réservés

http://www.photo.rmn.fr

90-001541-01 / Pho1988-1-38

Le mouvement pictorialiste et la beauté du travail

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Alexandre SUMPF

Le pictorialisme : quand la photographie se fait art

Avec les progrès techniques réalisés depuis les années 1870, le matériel photographique devient de plus en plus simple à utiliser. De petit format, les nouveaux appareils instantanés (comme le Kodak créé par George Eastman en 1888) mettent ainsi la photographie à la portée d’un public d’amateurs de plus en plus large, entraînant la multiplication et une certaine standardisation des images.

Pendant près de vingt-cinq ans (de 1885 à 1910 environ), divers photographes tentent de réagir à ce qu’ils considèrent comme une banalisation de leur pratique. Britanniques puis français, comme Demachy (membre fondateur du Photo-Club de Paris en 1888), Puyo et Fréchon, théorisent et animent le courant pictorialiste. Ce mouvement international, qui doit son nom à l’expression anglaise pictorial photography (pictorial étant un dérivé de picture, mot qui peut signifier « peinture », mais dont le sens correct est « image »), milite pour une photographie créatrice qui affirme sa valeur artistique et tente de développer son esthétique propre, toutes deux fondées sur le rôle essentiel du photographe et la prééminence de l’image sur le réel photographié. À l’opposé du cliché documentaire de leur époque, ces artistes privilégient l’intervention humaine dans la prise de vue et la production technique des images, inaugurant par là de nombreuses manipulations en chambre noire. Pour eux, loin d’être simplement l’enregistrement et la copie « objective » du réel, la photographie en est plutôt la « transcription ». De même, si sa composition et sa texture présentent un aspect volontairement pictural, elle n’imite ni ne rivalise avec la peinture.

Dockers anonymes, sujets d’une composition artistique


Constant Puyo (1857-1933) est issu d’une famille de notables et d’artistes de Morlaix : son père Edmond, maire de la ville, s’adonne à la peinture, tout comme son oncle Édouard, peintre et dessinateur renommé. Il est aussi le cousin de Tristan Corbière. Militaire de carrière, il propose ses clichés à l’exposition du Photo-Club de Paris en 1894. Ami de Robert Demachy, il devient alors l’un des chefs de file et des théoriciens du pictorialisme.
À l’opposé d’une approche « objective » de la photographie, Puyo affirme très tôt la nécessité de manipuler les négatifs pour exprimer la créativité de l’artiste. Dockers sur un port breton est un cliché tiré sur papier albuminé. L’esthétique de Puyo s’exprime clairement dans cette composition « picturale » discrètement travaillée, d’un noir et blanc lumineux.

Dans la partie droite de ce cliché, des dockers halent un engin monté sur roues. Il s’agit là d’une opération de force, comme l’indiquent le bras gauche de celui qui ouvre la marche et le corps incliné du deuxième, tendus par l’effort. Ils évoluent sur un quai auquel sont amarrés un voilier et un bateau à vapeur dont le capitaine les observe en attendant le déchargement de sa cargaison de tonneaux. À l’arrière-plan s’élèvent des bâtiments industriels qui bornent en partie l’horizon.
À la dynamique des dockers dont la chaîne semble devoir sortir du cadre à droite, Puyo a opposé l’immobilité des quatre hommes debout au premier plan au centre de l’image. Montrés de dos ou tête tournée, ils suivent la manœuvre des yeux. La casquette que portent trois d’entre eux, différente de celle des dockers, laisse supposer qu’ils sont au travail. Avec ses sabots de bois et son chapeau rond breton, le quatrième est sans doute un badaud. Sur leur gauche, un amoncellement de marchandises bâchées reconduit le regard dans les diagonales que tracent le quai et les dockers. La ligne de fuite qui structure cet instantané au rendu très stylisé gagne encore en force par le fait que Puyo a tronqué la flèche de la grue ainsi que le gréement et la cheminée des bateaux.

Le travail est beau


Jouant subtilement du cadrage et des masses, Puyo fait converger tous les regards – ceux des spectateurs photographiés comme ceux des spectateurs de la photographie – sur les dockers en plein effort et parvient ainsi à magnifier leur travail. Une certaine modernité s’exprime alors, conforme aux ambitions des pictorialistes de « peindre » la vie de l’époque. Si l’activité des dockers ne présente pas en elle-même d’éléments très nouveaux – ils emploient des moyens traditionnels comme la corde et la force physique –, si rien n’évoque les progrès techniques du temps – les bateaux et l’engin tracté sont de ce point de vue anodins –, c’est bien dans le choix et le traitement du sujet qu’elle se manifeste. En effet, la représentation d’un travail de force et des humbles ouvriers qui l’effectuent reste assez rare à la fin du XIXe siècle. Surtout, Puyo est ici fidèle à sa volonté de faire de la photographie un art du Beau : ce sont bien la prise de vue et les effets créatifs du photographe qui stylisent et esthétisent cet effort, dans une référence intéressante aux nombreuses toiles montrant des marins aux prises avec des cordages. La « photographie artistique » est ainsi avant tout un « art de la photographie » où la facture (image très stable), la matière et le corps de l’image peuvent transfigurer un réel sur lequel le cliché prime : loin de l’enregistrer, il découvre et réinvente le monde. Le travail ouvrier est ainsi interprété (ici pour atteindre au Beau) par l’artiste au moyen de son art.

Pour en savoir plus sur le pictorialisme, allez sur le site Arago, le portail de la photographie

Emma de LAFFOREST, Constant Puyo, Paris, Fage, 2008.Jean-Claude LEMAGNY et André ROUILLE, Histoire de la photographie, Paris, Larousse-Bordas, 1998.Michel POIVERT, La Photographie pictorialiste en France 1892-1914, thèse de doctorat d’histoire de l’art, Université de Paris-I, 1992.Le Salon de photographie : les écoles pictorialistes en Europe et aux États-Unis vers 1900, catalogue de l’exposition du musée Rodin, 22 juin-26 septembre 1993, Paris, Musée Rodin, 1993.

Alexandre SUMPF, « Le mouvement pictorialiste et la beauté du travail », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mouvement-pictorialiste-beaute-travail

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

De l'artisanat à l'industrie métallurgique

Les représentations de Bouhot et de Chassériau datent des années 1820-1840, celles du démarrage décisif de l’industrialisation moderne, qui…

De l'artisanat à l'industrie métallurgique
De l'artisanat à l'industrie métallurgique
De l'artisanat à l'industrie métallurgique
De l'artisanat à l'industrie métallurgique

L'ouvrier artisan

Gustave Caillebotte (1848-1894) montre des artisans au travail dans un appartement bourgeois peut-être situé dans la plaine Monceau, dans l’ouest…

Les forges d’Abainville

Dans l’histoire industrielle de la France, les dates de ces quatre œuvres de François Bonhommé sont contemporaines du grand démarrage de la…

Les forges d’Abainville
Les forges d’Abainville
Les forges d’Abainville
Les forges d’Abainville

Les stations du prolétaire

Prolétaires et révolutions avant 1848

« La saisie de l’huissier » et « La mort de l’ouvrier » sont des dessins appartenant à la série Les stations…

Les stations du prolétaire
Les stations du prolétaire

Immigrés et syndicats

Mai 68

A la fin des Trente glorieuses, un élan contestataire s’amplifie, dirigé contre toute forme d’autorité culturelle, sociale et politique. Ces…

Grève à Saint-Ouen

Ville située dans la banlieue industrielle du nord de Paris, Saint-Ouen compte au début du XXe siècle de nombreux ateliers métallurgiques et des…

La grève des années 1880

Les années 1880 sont marquées par une importante crise économique et sociale. Les mouvements de grève, autorisés depuis la loi de 1864 sur les…

L’ouvrière au début du XXe siècle

Peindre l’ouvrière au début du XXe siècle: du militantisme à l’académisme ?

En 1905, la population ouvrière est estimée à plus de quatre…

L’ouvrière au début du XX<sup>e</sup> siècle
L’ouvrière au début du XX<sup>e</sup> siècle
Ouvriers chinois à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)

Les immigrés au travail

Une immigration devenue nécessaire

Chacune à sa manière, les trois photographies Ouvriers chinois à Boulogne-Billancourt

Les immigrés au travail
Les immigrés au travail
Les immigrés au travail

Aspects de la misère urbaine au XIXe siècle

Plusieurs événements, sous la monarchie de Juillet, ont éveillé la réflexion de la bourgeoisie au sujet de la misère populaire : la révolution de…

Aspects de la misère urbaine au XIX<sup>e</sup> siècle
Aspects de la misère urbaine au XIX<sup>e</sup> siècle