Un meeting.

Un meeting.

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1884

Date représentée :

H. : 195 cm

L. : 177 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Jean Schormans

Lien vers l'image

RF 442 - 85-001897

Regard sur l'enfance

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Dominique LOBSTEIN

Le mouvement ouvrier avait été pratiquement annihilé après la loi Le Chapelier de 1791, qui interdisait les corporations et supprimait de fait la liberté d’association. Dans la période qui entoure la révolution de 1848, il connaît un certain essor, notamment à travers le développement des coopératives et du mutualisme. La terrible répression des émeutes de juin 1848 lui porte cependant un coup sévère.
Le changement se fait sentir sous « l’empire libéral » : en 1864, Napoléon III, soucieux de se concilier une population ouvrière dont le poids économique allait grandissant, lui octroie le droit de coalition. Immédiatement, des groupements ouvriers s’organisent et se réunissent en chambres syndicales destinées à contrebalancer l’organisation des syndicats patronaux. Mais il faut attendre la IIIe République et les lois Waldeck-Rousseau de 1884 pour que le syndicalisme ouvrier se voie enfin reconnu et doté d’un cadre légal. La France est alors entrée dans une crise économique aux graves conséquences sociales. Le mouvement ouvrier, depuis l’amnistie des communards de 1880, peut se reconstituer, notamment à travers le Parti ouvrier français de Jules Guesde,

Sa courte vie durant, Marie Bashkirtseff, qui avait vu le jour en Ukraine, en 1858, et qui devait mourir à Paris le 30 octobre 1884, écrivit son Journal. Grâce à lui, nous connaissons précisément la genèse de la réalisation de ce tableau, commencé en mai 1883. Cependant, même si cette période correspond au moment où Jules Ferry, président du Conseil, a confié à son ministre de l’Intérieur, Pierre Waldeck-Rousseau, la mise au point des textes législatifs qui allaient régir les droits d’association et de réunion, rien n’indique que l’artiste ait voulu, à travers cette œuvre, illustrer ce moment particulier.
Présentée au Salon des artistes français de 1884 sous le titre Un meeting, l’œuvre ne valut pas à son auteur la récompense qu’elle espérait, mais connut d’emblée un large succès public. La transposition dans le monde enfantin d’une réunion semi-clandestine dont les participants affichent des mines bien individualisées n’est pas dépourvue d’humour, ainsi que l’atteste par exemple la présence d’un graffiti représentant un pendu sur la gauche de la palissade. Mais cette représentation s’apparente aussi au courant naturaliste et aux œuvres de Jules Bastien-Lepage, par son goût du détail vériste et sa facture dérivée des recherches impressionnistes. Le sujet de cette réunion dont les femme sont exclues – seule une forme féminine s’éloigne sur la droite à l’arrière-plan du tableau – reste cependant énigmatique puisque inscrit sur l’ardoise que l’aîné des personnages, en casquette et avec un cartable, nous dissimule.

Les premières éditions du Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse, donnaient du terme meeting une définition précise : « Réunion populaire anglaise, ayant pour objet de délibérer sur une question politique ; réunion populaire ayant le même objet, dans un pays quelconque », qui liait intimement la réunion d’individus, jusqu’alors proscrite en France, et son contenu. Lorsque, avec une pointe de dérision, puisqu’elle l’applique à des enfants, Marie Bashkirtseff reprend ce terme, elle préfigure, en la dédramatisant, une évolution qui semble alors inéluctable. Mais en dissimulant le sujet de ce regroupement d’enfants, elle laisse flotter un doute sur son caractère ludique, partageant alors les appréhensions des milieux aristocratiques et bourgeois, dont elle était une des portraitistes attitrés, qui s’inquiétaient de la libéralisation sociale grandissante du régime.

Collectif Marie Bashkirtseff 1858-1884 Nice, Musée des Beaux-Arts Jules-Chéret, 1er juillet-29 octobre 1995.Overcoming All Obstacles.The Women of the Académie Julian , Williamstown, Massachusetts, The Sterling and Francine Clark Art Institute, 2 octobre 1999-2 janvier 2000, New York, The Dahesh Museum, 18 janvier-13 mai 2000, Memphis, Tennessee, The Dixon Gallery and Gardens, 9 juillet-24 septembre 2000.

Dominique LOBSTEIN, « Regard sur l'enfance », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/regard-enfance

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Répression de la misère

En France, le vagabondage, défini comme un délit dans le code napoléonien de 1804, est réprimé en milieu rural aussi bien qu’en ville.

Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)

Les « nouveaux citoyens » de Guyane replongés dans l’esclavage.

L’abolition de l’esclavage, votée par la Convention en 1794 n’a pas touché toutes…

Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)

Un modèle de l'Instruction républicaine

Les débuts de l'école de la IIIe République

Le tableau En classe, le travail des petits a été réalisé par Jean Geoffroy en 1889. L’…

Le Galant Colporteur

En 1734, François Boucher reçoit la commande d’une série de tableaux pour les tapisseries de la manufacture de Beauvais. Le Petit colporteur,…

Biberon Robert

L'usage du biberon

Lait mortel

La notion d’hygiène apparaît au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour les enfants et les nouveau-nés. Des…

L'usage du biberon
L'usage du biberon
Le Petit ramoneur - Ulysse-Roy

Les Cris de Paris

Histoire des cris de Paris

Les cris des marchands ambulants remontent à l’époque médiévale. Première forme orale de publicité, ils faisaient…

Les Cris de Paris
Les Cris de Paris
Les Cris de Paris
Les Cris de Paris

École de jeunes filles en Algérie

Un intérêt croissant pour l'Algérie

Après la prise d’Alger par les Français le 5 juillet 1830, la monarchie de Juillet, un temps hésitante,…

Les meurtrissures de la Grande Guerre

La Grande Guerre comme source d’inspiration

Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923) est âgé de cinquante-cinq ans quand la Première Guerre…

Les meurtrissures de la Grande Guerre
Les meurtrissures de la Grande Guerre
Les meurtrissures de la Grande Guerre

Portrait du jeune Trioson

Découverte de l’enfance

Au XVIIIe siècle, l’enfant devient un être digne d’intérêt. Son univers intrigue et fascine. La société commence à se…

Le nouveau visage de l’amour maternel

En 1786, Elisabeth Vigée Le Brun réalise un autoportrait avec sa fille, exposé au Salon de 1787. Le tableau touche à ce point le public par la…

Le nouveau visage de l’amour maternel
Le nouveau visage de l’amour maternel
Le nouveau visage de l’amour maternel