Derniers combats au Père-Lachaise.

Derniers combats au Père-Lachaise.

Date de création : 1871

Date représentée : 28 mai 1871

H. : 51,5 cm

L. : 93,5 cm

huile sur toile

© Saint-Denis, musée d'art et d'histoire - Cliché I. Andréani

Lien vers l'image

72.7.1

Le Père-Lachaise et les derniers combats de la Commune

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

Le Père-Lachaise et les derniers combats de la Commune

Situé au cœur du Paris populaire où les communards sont solidement implantés, le cimetière du Père-Lachaise est un camp retranché improvisé par les fédérés pendant que la Commune agonise sur ses dernières barricades. Deux cents fédérés armés d’une dizaine de canons se réfugient dans la nécropole assiégée par les troupes versaillaises qui, depuis la butte Montmartre, bombardent cette position de repli des communards, avant de donner l’assaut. Faute de munitions, des combats à l’arme blanche ont lieu au milieu des sépultures.

L’action et son cadre

Peintre des campagnes révolutionnaires et napoléoniennes, Félix Philippoteaux (1815-1884) montre un désordre de fédérés et de communardes – l’une d’elles, à mi-chemin entre l’allégorie symbolique et la harpie réaliste, brandit un drapeau rouge – occupés à défendre la porte principale du cimetière, sur le boulevard de Ménilmontant, et à canonner Paris tout en affrontant des versaillais au corps à corps entre les tombes.

Si le peintre confond les deux phases de l’assaut et du « nettoyage » du Père-Lachaise en une unique scène, la composition de son tableau est bipartite, avec les combats au premier plan et une vue panoramique sur la capitale en flammes dans le registre supérieur, associant peinture d’histoire et peinture de paysage. Philippoteaux accorde autant d’importance au lieu et à sa topographie qu’aux combattants, comme en réponse à une remarque d’Alphonse Daudet dans ses Notes sur la vie (1882) : « Comme tous les tableaux de bataille sont bêtes ! Les soldats ne devraient être que l’accessoire, tant le paysage tient toute la place ; une bataille, c’est un bois, un ravin, une rue ou un champ de choux avec de la fumée. »

Réplique à Daudet

Dans ses Lettres à un absent – les futurs Contes du lundi (1871) –, Daudet consacre une nouvelle à « La bataille du Père-Lachaise ». Par le truchement du gardien du cimetière, l’écrivain présente son récit comme une démythification : « ― Une bataille ici ? Mais il n’y a jamais eu de bataille. C’est une invention des journaux. » En niant la bataille, le témoin-narrateur nie l’existence de combattants : face aux troupes régulières de Versailles, il n’y aurait eu dans le cimetière qu’un « ramassis » sacrilège d’ivrognes et de femmes de mauvaise vie faisant bombance au milieu des tombes.

Avec cette œuvre, Philippoteaux semble contredire les allégations de l’écrivain anticommunard.

Jean BRAIRE, Sur les traces des communards. Guide de la Commune dans le Paris d’aujourd’hui, Paris, Les Amis de la Commune, 1988.

Alain DALOTEL, « Un pèlerinage rouge : la montée au mur des Fédérés (1878-1914) », Gavroche, no 9, avril-mai 1983, p. 14-20.

Danielle TARTAKOWSKY, Nous irons chanter sur vos tombes, Le Père-Lachaise, XIXe-XXe siècles, Paris, Aubier, 1999.

Bertrand TILLIER, « Le Père-Lachaise et les derniers combats de la Commune », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/pere-lachaise-derniers-combats-commune

A voir aussi : un corpus de documents pour la classe consacré à la Commune

http://archives.paris.fr/r/290/la-commune-de-paris/

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Être catholique à la fin du XIXe siècle

Au XIXe siècle, on observe une désaffection à l’égard de l’Église, un détachement qu’ont préparé l’essoufflement de la pratique…

Être catholique à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle
Être catholique à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle

Les monuments aux morts de la Grande Guerre

La Première Guerre mondiale a fait environ 10 millions de morts dans le monde, et les survivants n’ont eu de cesse de commémorer les disparus. Dès…

Les monuments aux morts de la Grande Guerre
Les monuments aux morts de la Grande Guerre

La mort de masse

Le champ de bataille de l’Argonne

À l’entrée en guerre, dans les premiers jours d’août 1914, la population fait bloc autour du régime républicain.…

1er mai 1891 : la fusillade de Fourmies

La fusillade de Fourmies

Le 1er mai 1891, pour la deuxième fois, les organisations ouvrières du monde entier se préparent à agir par…

1<sup>er</sup> mai 1891 : la fusillade de Fourmies
1<sup>er</sup> mai 1891 : la fusillade de Fourmies
1<sup>er</sup> mai 1891 : la fusillade de Fourmies
1<sup>er</sup> mai 1891 : la fusillade de Fourmies

Le Père-Lachaise et les derniers combats de la Commune

Le Père-Lachaise et les derniers combats de la Commune

Situé au cœur du Paris populaire où les communards sont solidement implantés, le cimetière…

La prise de Constantine

La prise de Constantine

En 1834, le roi Louis-Philippe se résout à maintenir la présence française en Algérie, mais choisit de restreindre l’…

La prise de Constantine
La prise de Constantine
La prise de Constantine
Un enterrement à Ornans

Enterrement de la IIe République

Singulier destin que celui de cet enterrement de campagne ! Symbole de l’ordure moderne pour les contemporains, chef-d’œuvre révéré aujourd’hui,…

Ronald Hoskier une légende de l'Escadrille Lafayette

L’escadrille La Fayette à l’heure de l’entrée en guerre officielle des États-Unis, symbole et modèle à suivre

Créée le 20 avril 1916, l’escadrille…

Ronald Hoskier une légende de l'Escadrille Lafayette
Ronald Hoskier une légende de l'Escadrille Lafayette

Un monument pour tous les morts

Au cœur du Père-Lachaise

C’est dans le cadre de la loi du 23 prairial an XII qu’a été créé le cimetière de l’Est parisien, nom officiel du Père-…

Le mur des Fédérés

Le mur des Fédérés

À la fin de la « Semaine sanglante », le samedi 27 mai 1871, les troupes versaillaises parviennent à investir le cimetière du…

Le mur des Fédérés
Le mur des Fédérés