Le Port du Havre, bassin de la Barre.

Le Port du Havre, bassin de la Barre.

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1888

Date représentée : 1888

H. : 32

L. : 41

Huile sur bois parqueté.

© Photo RMN - Grand Palais - J.-G. Berizzi

http://www.photo.rmn.fr

97-010310 / RF1978-19

Le port du Havre

Date de publication : Septembre 2008

Auteur : Bernard COLOMB

La première mondialisation

La diffusion du modèle industriel britannique vers l’Europe du Nord-Ouest et les États-Unis d’une part, l’exploitation des empires coloniaux de l’autre, concourent dans la seconde moitié du XIXe siècle à une explosion des échanges souvent qualifiée de « première mondialisation ». Le second Empire l’a confortée en conduisant une politique économique de libre-échange. Cette dynamique conduit les grands ports de l’Hexagone à développer leurs infrastructures portuaires et industrielles. Sous l’Empire puis la IIIe République, Le Havre, en particulier, connaît alors un véritable âge d’or lié à la croissance mondiale générale. Eugène Boudin, qui avouait ne pas goûter l’activité frénétique des quais et docks, propose ici une vision calme d’un port qui s’est hissé dans les premiers rangs européens. Natif de Honfleur, spécialiste avec Jongkind des marines et inspirateur des impressionnistes, il peint au Havre à peu près continûment de 1885 à 1889.

Un témoignage de « l’esprit d’esquisse »

En 1888, Eugène Boudin entreprend, sans doute sous l’influence que les impressionnistes ont sur lui en retour, de « rajeunir sa peinture ». La lumière notamment se fait plus abondante. Il s’efforce, dit-il alors, de ne plus « fignoler », et ajoute « je fais tout mon possible pour laisser à ma peinture l’aspect de l’esquisse ». Une ambiance lumineuse règne sur le bassin de la Barre (ouvert en 1820), situé non loin du centre-ville. Boudin le saisit dans sa longueur, vu depuis le quai sud. Sur la droite apparaissent les docks du quai Lamande, aux hautes structures verticales caractéristiques des constructions réalisées au XIXe siècle dans les grands ports comme Marseille ou Hambourg. Isolé au fond se dresse celui du quai de Rotterdam, tandis que plus loin se devinent les gréements des bâtiments mouillés dans le bassin Vauban. De part et d’autre sont amarrés des sloops, voiliers de pêche hauturière, au bastingage blanc. La carcasse métallique en « V » d’une grue à gauche et les trois barques naviguant au centre se détachent en sombre sur les éléments clairs.

 

1852-1914, la plus grande ville de Normandie, le deuxième port de France

Le Havre fait partie de ces ports qui ont bénéficié du basculement des échanges de la Méditerranée vers l’Atlantique. S’il conserve une activité de pêche comme le montre Eugène Boudin, ce port du grand large, privilégié en cela par rapport à Rouen, devient un pôle de départ et d’arrivée de nombreuses denrées. Les émigrants vers l’Amérique y gagnent des jours de mer sur Gênes ou Hambourg. Les flux de produits chers mais de faible poids alimentent un grand marché international spécialisé dans les denrées tropicales. Les négociants les font venir du monde entier pour les redistribuer, par cabotage et bientôt par le fer, dans toute la France et en Europe. La nécessité d’entreposer et de conserver cet amoncellement de marchandises justifie la création de bâtiments spécifiques, les docks. De façon concomitante et habituelle pour l’âge industriel, la ville croît en superficie et en population (20 000 Havrais en 1800, 120 000 en 1890) puis se dote d’installations industrielles articulées au port telles que les chantiers navals.

Alain BELTRAN et Pascal GRISET, La Croissance économique de la France, 1815-1914, Paris, Armand Colin, 1994.

André CORVISIER (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privat, 1987.

Marie-Françoise COUVEHNES, Les Messageries maritimes, l’essor d’une grande compagnie de navigation française, 1851-1894, Paris, P.U.P.S., 2007.

Georges DUBY (dir.), Histoire de la France urbaine, tome IV, « La ville de l’âge industriel », par Maurice AGULHON, Françoise CHOAY, Maurice CRUBELLIER, Yves LEQUIN et Marcel RONCAYOLO, Paris, Le Seuil, 1983, rééd. coll. « Points Histoire », 1998.

Bernard COLOMB, « Le port du Havre », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/port-havre

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les citadins à la campagne

Au XIXe siècle, le terme de « banlieue » fait naître un certain nombre d’impressions négatives : on imagine volontiers la saleté des…

Stéphane Mallarmé

Partagé entre sa vocation de poète et son métier de professeur d’anglais, Stéphane Mallarmé a beaucoup fréquenté les salons parisiens, hauts lieux de…
Stéphane Mallarmé
Stéphane Mallarmé

Un décor public sous la IIIe République

Un climat de confiance

Après le départ du maréchal-président Mac-Mahon en 1879 (marquant la fin de la République des Ducs), la IIIe

Le chemin de fer, symbole d’une nouvelle révolution industrielle

Symbole de la révolution industrielle naissante, le chemin de fer se développe en France à partir des années 1820. Longtemps considéré comme une…

Les plaisirs de la plage au XIXe siècle

Les rivages de la Manche, « territoires du vide » jusque dans les années 1820-1830, attirent à partir de cette période une clientèle de plus en plus…
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle

De la classe à la scène, le ballet de l'Opéra de Paris vu par Edgar Degas

Lieu incontournable de la vie culturelle et mondaine de la bonne société parisienne, le théâtre de l’Opéra a successivement occupé trois salles au…

De la classe à la scène, le ballet de l'Opéra de Paris vu par Edgar Degas
De la classe à la scène, le ballet de l'Opéra de Paris vu par Edgar Degas
De la classe à la scène, le ballet de l'Opéra de Paris vu par Edgar Degas
De la classe à la scène, le ballet de l'Opéra de Paris vu par Edgar Degas
Dans un café ou L'Absinthe - Edgar Degas

Regard sur l’alcoolisme

L’œuvre fut probablement montrée lors de la deuxième exposition impressionniste sous le titre Dans un café.

À partir de 1876, une…

Le paysage français

On peut opposer avec Françoise Cachin le paysage français du XVIIe siècle, rationnel, idéalisé, « romain », cadre de scènes…

Le paysage français
Le paysage français
Le paysage français

30 juin 1878, une fête « vraiment nationale »

Paris inaugure le 1er mai 1878, sous la présidence de Mac Mahon, sa troisième Exposition universelle (après celles de 1855 et 1867), la première…

Le chemin de fer dans le paysage français

En France, le Second Empire ouvre à bien des égards l’ère du rail. La révolution que le pays connaît dans les années 1850 et 1860 est due à l’…

Le chemin de fer dans le paysage français
Le chemin de fer dans le paysage français
Le chemin de fer dans le paysage français