Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire... par Maximilien de Robespierre

Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire... par Maximilien de Robespierre

Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire... par Maximilien de Robespierre

Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire... par Maximilien de Robespierre

Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire... par Maximilien de Robespierre

Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire... par Maximilien de Robespierre

Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire... par Maximilien de Robespierre

Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire... par Maximilien de Robespierre

Date de création : 1793

Date représentée : 25 décembre 1793

H. : 20,5

L. : 13

(5 nivôse an II / 25 décembre 1793). "Convention Nationale. Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire fait au nom du Comité de salut public, par Maximilien de Robespierre. Imprimé par ordre de la Convention. Le 5 nivôse de l'an second de la République une et indivisible." imprimé

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr

AD/XVIIIa/60, dossier Robespierre/page 1

Les principes du gouvernement révolutionnaire

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Delphine DUBOIS et Régis LAPASIN

La République en danger

A l’automne 1793, les menaces qui pèsent sur la République se sont accentuées tant aux frontières qu’au cœur du pays. A Paris, la crise financière de la Compagnie des Indes fournit la preuve que des révolutionnaires sont corrompus. Hébert profite de la disette pour appeler à l’insurrection populaire tandis que les « indulgents » tentent de réunir les partisans de la paix et de la fin de la Terreur. Malgré les victoires récentes, la menace royaliste est toujours active. Le 10 octobre 1793, la Convention décrète que la nouvelle Constitution du 10 août 1793 ne sera appliquée qu’après la signature de la paix et que, jusque-là, le gouvernement sera révolutionnaire.

La Terreur et la Vertu

Le 5 nivôse an II (25 décembre 1793), Maximilien de Robespierre se rend au Comité de salut public afin d’y présenter les principes du gouvernement révolutionnaire. Il met en garde dès les premiers mots de son discours : les récentes victoires (défaites vendéennes des 12 et 23 décembre, reprise de Toulon le 19 décembre grâce à l’action remarquée du capitaine Bonaparte) ne doivent pas endormir la vigilance des patriotes. La contre-révolution reste très active au sein du pays, le Comité de salut public doit confondre les intrigues des ennemis de la liberté et faire triompher les principes révolutionnaires. Selon ses termes : « Le gouvernement révolutionnaire doit aux bons citoyens toute la protection nationale ; il ne doit aux ennemis du peuple que la mort. »
Pour mener à bien son action, ce dernier doit trouver sa voie entre deux extrêmes : le modérantisme prêché par les « indulgents » et l’excès auquel aspirent les « enragés ».

La Révolution repose sur deux principes qui doivent se succéder dans le temps. L’idée exaltante que la Vertu est le ressort des révolutions populaires en temps de paix a pour pendant celle que la Terreur est nécessaire en temps de guerre pour sauver la République. L’application de la Constitution d’août 1793 représentera ainsi un stade ultérieur, « le régime de la liberté victorieuse et paisible ».

Mais pour l’heure, du fait de la guerre, la fermeté s’impose. La Terreur, mise à l’ordre du jour le 5 septembre 1793, doit être portée « dans les repaires des brigands étrangers où l’on […] boit le sang du Peuple français ». La loi sur les suspects votée le 17 septembre 1793 a rempli les prisons. Prenant argument du fait même que des innocents, suspectés à tort, y côtoient des contre-révolutionnaires convaincus, Robespierre pousse à accélérer le rythme des jugements. Les lenteurs de la procédure judiciaire sont de plus en plus préjudiciables à la République, et de longs mois s’écoulent entre les arrestations et les procès. La solution est, pour lui, d’opérer rapidement une réforme du Tribunal révolutionnaire. La fermeté envers les traîtres est indissociable du soutien aux patriotes. Robespierre demande que soit reconnue l’action des soldats qui « combattent et qui souffrent pour la liberté ». En ce sens, il propose que les secours apportés aux défenseurs de la patrie et à leurs familles soient augmentés d'un tiers.

Sur le chemin de la Grande Terreur

Pour Robespierre, la dictature des Comités comme la Terreur se justifient parce qu’elles seules permettront de mettre fin à la guerre civile et étrangère. Tant que le pays sera en conflit, les citoyens ne pourront jouir totalement de la Constitution. Il faut anéantir la contre-révolution. Dans ce but, Robespierre demande la réforme du Tribunal révolutionnaire. Réforme qui trouvera son aboutissement dans la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) : suppression de la défense, audition de témoins lorsque manquent les preuves matérielles, l’acquittement ou la mort étant les seuls verdicts possibles.

Ainsi se met en fonctionnement l’engrenage de la Terreur qui remplace par l’arbitraire les principes et les lois édictés par la Déclaration des droits de l’homme et par la Constitution.

Patrice GUENIFFEY La politique de la Terreur : essai sur la violence révolutionnaire : 1789-1793 Paris, Fayard, 2000.

Delphine DUBOIS et Régis LAPASIN, « Les principes du gouvernement révolutionnaire », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/principes-gouvernement-revolutionnaire

Anonyme (non vérifié)

La terreur n'a jamais été mise à l'ordre du jour. Cela a été brillamment démontré par Jean-Clément Martin, professeur émérite à l'université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne.
Merci de rectifier afin que les élèves qui visitent votre site ne commentent pas une contre-vérité historique.
Ci-dessus référence : Jean-Clément Martin, La Terreur, vérités et légendes, Perrin
également cet article de la revue L'Histoire : https://www.lhistoire.fr/la-terreur-%C3%A0-lordre-du-jour

mar 13/10/2020 - 21:14 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Albums liés

Découvrez nos études

La mort de Bara

Né en 1779, Joseph Bara est le fils du garde-chasse du seigneur de Palaiseau. Alors que ses deux frères aînés, engagés dans les armées…

David habille la Révolution

Régénérer la nation jusque dans ses codes vestimentaires

En floréal de l’an II (avril/mai 1794), le gouvernement de la France est sous la dictature…

David habille la Révolution
David habille la Révolution
David habille la Révolution

Les débuts de la Terreur

L’historiographie révolutionnaire, très développée au XIXe siècle bien qu’elle prît souvent la forme des opinions professées par ses auteurs, qu’…

Les débuts de la Terreur
Les débuts de la Terreur
Fête de l'Etre suprême au Champ de Mars - Demachy

Fête de l'Etre suprême au Champ de Mars (20 prairial an II - 8 juin 1794)

L’alliance de la Vertu et de la Terreur

A l’été 1793, la Révolution française traverse une période sombre : le pays est durement touché par une…

David, artiste révolutionnaire

De l’artiste libéral au député de la Convention

Le Salon de peinture du Louvre de 1789 présente une nouvelle série d’oeuvre commandées depuis 1775…

David, artiste révolutionnaire
David, artiste révolutionnaire

Le 9 thermidor

La multiplication des intrigues contre Robespierre et la chute de l’Incorruptible

Hébert et Danton exécutés, Marat assassiné, Robespierre reste…

Le 9 thermidor
Le 9 thermidor
Le 9 thermidor

L'exécution de Marie-Antoinette

Depuis sa fuite et son arrestation à Varennes en juin 1791, le sort de la famille royale était en suspens. La journée insurrectionnelle du 10 août…

La condamnation de Louis XVI

Le procès de Louis XVI

A la suite de l’insurrection du 10 août 1792, le roi, dont le pouvoir est suspendu, est incarcéré avec sa famille à la…

Les derniers moments de Louis XVI

La Convention vota le 17 janvier 1793 la mort du roi par 361 voix pour et 360 voix contre. Le 20 janvier, Garat, ministre de la Justice, vint en…

Le siège de Granville pendant la Révolution française

La Virée de Galerne

En novembre 1793, les contre-révolutionnaires vendéens se retrouvent aux portes de Granville, localité qu’ils assiègent dans…