Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, datée du 10 août 1793.

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, datée du 10 août 1793.

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 26 août 1789.

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 26 août 1789.

Motion de M. le marquis de La Fayete relativement à la Déclaration des droits de l'homme

Motion de M. le marquis de La Fayete relativement à la Déclaration des droits de l'homme

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, datée du 10 août 1793.

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, datée du 10 août 1793.

Date de création : 1793

Date représentée : 10 août 1793

H. : 44,3

L. : 31,4

gravure; aquarelle; encre de couleur

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr

AE/II/3701

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS et Denise DEVOS

Trois étapes dans l’élaboration des droits de l’homme

En 1789, la motion de La Fayette est la première présentée à l’Assemblée constituante en vue du projet de Déclaration des droits de l’homme. Le héros de l’indépendance américaine soumet un texte inspiré de la Déclaration américaine de 1776. Ce sera l’un des trois retenus par l’Assemblée, le 18 août, pour élaborer le projet définitif.

La Déclaration des droits de l’homme fait l’objet des débats de l’Assemblée, entre le 20 et le 26 août 1789, qui adopte ainsi ses dix-sept articles. Le roi ne se résout à la promulguer, avec divers décrets de l’Assemblée, que le 3 novembre 1789, après les émeutes d’octobre.

Très différente est la situation à l’été 1793, lorsque la Convention décrète la Constitution qui dote la France de son premier régime républicain et qu’elle la fait précéder d’une nouvelle Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, proclamée le 10 août. À la suite de la lutte entre girondins et montagnards s’intensifie la pression de la guerre intérieure et extérieure. Le contexte historique est, en réalité fort éloigné des principes édictés par la nouvelle déclaration. Un régime d’exception se met en place depuis le printemps 1793, avec la création du Tribunal révolutionnaire et l’organisation du Comité de salut public.

Un document préparatoire, la rédaction de 1789, la version gravée pour la diffusion de la Déclaration de 1793

Discutée et mise au point au cours des séances de l’Assemblée nationale, la Déclaration de 1789 s’appuie sur des projets, comme celui de La Fayette.

La Déclaration de 1789 est présentée sous forme d’extrait des procès-verbaux de l’Assemblée nationale.

Celle de 1793, déclaration en trente-cinq articles publiée par Esnaut et Rapilly, est signée du président, Collot d’Herbois, et des secrétaires de la Convention. Le cadre entourant le texte est formé de feuilles de chêne et de faisceaux de licteurs, surmonté d’un cartouche avec deux Génies couronnant le symbole de l’Être suprême et tenant une peau d’ours. Un trophée est composé de feuilles de chêne, d’une hache, d’une massue et d’une pique coiffée d’un bonnet phrygien. Au dessous du texte, un autre trophée composé de palmes, de fers brisés et de drapeaux.

Des droits naturels à l’ensemble des droits de l’homme en société

La motion de La Fayette s’inspire du préambule de la Déclaration d’indépendance américaine du 4 juillet 1776, dont l’auteur, Thomas Jefferson, est alors ministre plénipotentiaire des États-Unis à Paris. La Fayette lui lit les articles de sa motion avant de la présenter.

Jefferson avait puisé son inspiration dans le Traité sur le gouvernement civil du philosophe anglais John Locke, paru en 1690 ; en découlent les principes exprimés dans le préambule américain : l’égalité des hommes dans l’état de nature, les droits inaliénables de la vie et de la liberté, le consentement des gouvernés, la résistance à l’oppression et le droit de renverser un gouvernement ; à la référence à la propriété, Jefferson substituait celle de la poursuite du bonheur. Ces idées se retrouvent toutes sous la plume de La Fayette, qui remplace le mot bonheur par « bien-être ».

Mais la Déclaration de 1776 tendait à régler le problème anglo-américain en se fondant sur les droits naturels, alors que La Fayette aborde aussi les droits de l’homme en société. À la liberté individuelle s’ajoute celle de l’opinion, celle de la « communication des pensées par tous les moyens possibles », c’est-à-dire parler, écrire et imprimer librement, comme l’expose la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Une autre adjonction est celle du droit de propriété, exprimé par Locke. La séparation des pouvoirs appliquée dans la constitution américaine avait été définie par Montesquieu. La théorie de la souveraineté de la nation, empruntée à Jean-Jacques Rousseau, figure presque à l’identique dans le texte de La Fayette et à l’article 3 de la Déclaration du 26 août 1789. Celle-ci définit encore la loi comme expression de la volonté générale, et revendique la présomption d’innocence et l’institution d’une force publique.

L’article premier de la Déclaration de 1793 ne reprend pas la formule fameuse de 1789 – « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » Il édicte que le but de la société est le bonheur commun et met en avant le rôle du gouvernement, alors que toutes les mesures prises au même moment conduisent à l’arbitraire et bientôt à la Terreur. La Déclaration de 1793 ne remet pas en question le droit de propriété et pose, à l’article 17, le principe de la liberté d’entreprendre. De la Constitution de 1791, les conventionnels reprennent en outre les droits de pétition, de réunion, de liberté des cultes ainsi que le droit à l’assistance et à l’instruction. Par rapport au contexte de 1793, la formulation de ces principes apparaît tragiquement idéaliste.

La Déclaration de l’an III reproduira en grande partie le texte de 1789 auquel elle ajoutera l’expression des devoirs de l’homme et du citoyen après celle de ses droits, et interdira en outre l’esclavage.

François FURET et Mona OZOUF, Dictionnaire critique de la Révolution française, article « Droits de l’homme », Paris, Flammarion, 1988.

Archives de France, La Révolution française à travers les archives. Des États généraux au 18 Brumaire…, document 16, Paris, 1988.

Albert SOBOUL, Dictionnaire historique de la Révolution, Paris, PUF, 1989.

Luce-Marie ALBIGÈS et Denise DEVOS, « La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/declaration-droits-homme-citoyen

Un dossier consacré à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen sur Éduscolhttp://eduscol.education.fr/cid74050/la-declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789.htmlLa Déclaration des droits de l’homme et du citoyen sur le site de l’Élyséehttp://eduscol.education.fr/cid74050/la-declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789.htmlUne émission consacrée aux sources philosophiques de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen dans Les Nouveaux Chemins de la connaissance sur France Culturehttp://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/les-droits-de-l-homme-14-et-l-homme-crea-ses

Anonyme (non vérifié)

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, datée du 10 août 1793 : on peut remarquer la forme choisie par Esnaut et Rapilly (texte réparti sur deux colonnes au sommet arrondi), qui est celle couramment utilisée pour représenter des tables de la loi brandies par Moïse sur le Mont Sinaï. Ce rapprochement crée des effets de sens.

mar 20/09/2011 - 13:56 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
J'ai comme tâche de comparer les déclarations des droits de l'homme de 1789 & 1793.
Au niveau : Politique, Social, Economique & droits
Je dois pourvoir expliquer le changement de la déclaration de 1789 par rapport à la monarchie absolue de droit divin et pour celle de 1793 avec la première république.
Pourriez-vous m'aider, s'il vous plaît ?
Merci

ven 09/12/2011 - 17:33 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Concernant la présentation du deuxième document, celui qui se trouve au centre (DDHC du 26 août 1789), vous écrivez "date représentée : 26 août 1793".
Que voulez-vous dire par là ? Ne s'agit-il pas d'une confusion de votre part ? Merci de votre attention.

mer 08/02/2012 - 17:13 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Merci pour votre attention et votre oeil avisé.
La date représentée du second document est, en effet, le 26 août 1789.

Nous allons corriger cette erreur très rapidement.

A bientôt !

Anne-Lise

mer 08/02/2012 - 17:23 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour, j'aimerais savoir "où on peut admirer l'originale de cette déclaration"?
Merci d'avance.

dim 05/05/2013 - 23:57 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, datée du 10 août 1793, est conservée au Centre historique des Archives nationales.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 peinte est conservée au musée Carnavalet.

A bientôt,

Anne-Lise

lun 13/05/2013 - 10:55 Permalien
Anonyme (non vérifié)

La DDHC date effectivement bien de 1789.

ven 27/09/2013 - 14:36 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour on me demande a quelle époque et sous quel régime l'acquisition de libertés a t il été important ? si quelqu'un pourrais m'aider ça serai super sympa merci d'avance et c'est très urgent merci!!!!

mer 05/11/2014 - 18:35 Permalien
Anonyme (non vérifié)

"La Déclaration de l’an III reproduira en grande partie le texte de 1789"?
Comme vous y allez! les hommes ne demeurent plus libres et égaux, ils ne naissent même plus tels! et la définition de la propriété...

lun 13/08/2018 - 12:44 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Prise de la Bastille et arrestation du gouverneur M. de Launay, le 14 juillet 1789.

La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789

La menace d’un complot aristocratique suite à la réunion des états généraux, la nouvelle du renvoi du ministre Necker, le 11 juillet, dénoncé par…

Retour de Varennes à Paris

Après Varennes

Louis XVI est ramené à Paris, sur ordre de l’Assemblée nationale, le 25 juin 1791, après avoir tenté de fuir à l’étranger. Le…

Fête de la Fédération, 14 juillet 1790

Une fête militaire pour l’ensemble de la nation

En 1790, l’Assemblée constituante décide d’organiser une grande « Fédération des troupes de ligne…

Le Serment de La Fayette à la fête de la Fédération

Serment de La Fayette à la fête de la Fédération

Le 14 juillet 1790, fête de la Fédération

Près de quatre cent mille personnes convergent vers le Champ-de-Mars ce 14 juillet 1790, en dépit d’un…

Diplôme de Vainqueur de la Bastille

L’Assemblée et les acteurs de la prise de la Bastille

Au lendemain du 14 juillet 1789, La Fayette a réorganisé la milice bourgeoise en garde…

Brevet de volontaire de la garde nationale

La garde nationale en juillet 1790

La garde nationale n’est pas initialement destinée à protéger le royaume contre une agression extérieure, elle n…

La formation des départements

Les bases du nouveau découpage administratif

A différentes reprises au XVIIIe siècle, il avait été question de remédier à la…

La formation des départements
La formation des départements
La formation des départements

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen

Trois étapes dans l’élaboration des droits de l’homme

En 1789, la motion de La Fayette est la première présentée à l’Assemblée constituante en vue…

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen
La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen
La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen
Registre des ordonnances au porteur, dit « Livre rouge »

La publication du Livre rouge, mise en cause de l'absolutisme

La crise des finances et le scandale des pensions royales

Sous l’Ancien Régime, les finances royales proviennent de la fiscalité, des revenus du…

La publication du Livre rouge, mise en cause de l'absolutisme
La publication du Livre rouge, mise en cause de l'absolutisme
La publication du Livre rouge, mise en cause de l'absolutisme
La publication du Livre rouge, mise en cause de l'absolutisme

Du déficit à l'assignat

L’Assemblée constituante doit à la fois assumer les dettes de la monarchie – environ 5 milliards de livres auxquelles s’ajoutent des intérêts…

Du déficit à l'assignat
Du déficit à l'assignat
Du déficit à l'assignat