Scène de la guerre des chouans.

Scène de la guerre des chouans.

Date de création : 1882

Date représentée : 1794

H. : 320

L. : 235

peinture à l'huile sur toile

© Musée des beaux-Arts de Rennes, Dist. RMN - Grand Palais / Adélaïde Beaudoin

INV 01591

La guerre de Vendée vue par la IIIe République

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Patrick DAUM

La chouannerie

La chouannerie, opposition armée des paysans de l’Ouest de la France aux assemblées révolutionnaires, est un thème de prédilection des peintres d’histoire au XIXe siècle.

En Bretagne, le soulèvement de l’hiver 1793-1794 concerne l’Ille-et-Vilaine, le Morbihan (en avril), la moitié des Côtes-d’Armor et la province du Léon. Cette révolte est violemment réprimée en quinze jours par l’armée et les gardes nationaux. En revanche, l’insurrection se développe en Vendée, où les paysans s’allient à la noblesse locale qui va les encadrer et constituer avec eux l’armée catholique et royale de Vendée.

La IIIe République, se voulant unificatrice, oppose l’émeute des chouans à la guerre des républicains. La Vendée et la Bretagne sont alors les symboles de la contre-révolution, et l’esprit républicain de l’époque considère la chouannerie comme une rébellion de paysans ignorants et fanatiques manipulés par la noblesse et le clergé.

Une iconographie qui n’évite pas l’imagerie

Parfait exemple de cette iconographie développant l’héroïsme des chouans, ce tableau est une œuvre de Salon (elle a été exposée en 1882) pour des Parisiens ignorants de l’histoire des chouans et recherchant l’imagerie.

Un chouan breton, désarmé et blessé, s’agrippe à une croix. Il a rampé jusqu’à ce calvaire, abandonnant en chemin chapeau, fusil et sabot. À l’horizon s’éloigne le peloton de soldats républicains qui a eu raison de sa résistance. Ce martyr de la foi dont la mort est imminente reproduit le stéréotype du paysan breton aux cheveux longs, vêtu d’un gilet et portant des sabots. Le calvaire devient un symbole de la douleur du Christ sauveur de l’homme et un lieu où s’effondrent les chouans qui combattent pour l’Église. L’auteur retient surtout le geste de piété ostentatoire et le détail du costume.

Le format vertical gigantesque donne une impression de monumentalité à la scène et en accentue l’aspect spectaculaire, faisant de ce tableau une icône de la chouannerie. Une mise en page efficace donne toute sa clarté au sujet. Cette peinture d’histoire n’évite cependant pas l’anecdote et rivalise avec la photographie dans sa description scrupuleuse des détails réalistes. La Mort du chouan n’est ici grande que par le format. Le drame se conclut avec emphase. Cette toile conjugue la mise en scène du martyre du chouan dont on célèbre le sacrifice et l’exaltation de l’identité bretonne, notamment celle du paysan rustre mais opiniâtre.

La peinture d’histoire d’inspiration révolutionnaire

À la veille de la célébration du centenaire de la Révolution, les peintres reproduisent abondamment des épisodes liés au soulèvement des chouans. Cette accumulation d’images de la chouannerie lui fait perdre sa force militante au profit d’une exploitation d’un genre. Le sentiment religieux breton s’exprime dans la représentation du chouan, qui peut être considérée comme une sous-catégorie au sein de la peinture d’histoire, en raison de son succès.

Qu’ils soient bretons ou non, les artistes s’attachent à peindre l’affirmation de cette province de Bretagne. Le XIXe siècle, passionné d’histoire, suscite un vif intérêt pour l’histoire locale des provinces et offre aux artistes l’occasion de développer des thèmes historicistes, en relation avec leur région d’origine, mais à l’iconographie souvent imaginaire ou réductrice. L’Ouest de la France est un territoire de référence pour cette peinture à la finalité souvent pédagogique, destinée à entretenir le souvenir.

François FURET, « Vendée », « Chouannerie », in François FURET, Mona OZOUF (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, rééd. coll. « Champs », 1992.

Jean-Clément MARTIN, « La Vendée région mémoire » in Pierre NORA (dir.), Les Lieux de mémoire, t. 1, La République, Paris, Gallimard, 1984, rééd. coll. « Quarto », 1997.

Jean-Clément MARTIN, Blancs et Bleus dans la Vendée déchirée, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », nouv. édition, 2001.

Anne-Marie THIESSE, Ils apprenaient la France : l’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions des sciences de l’homme, 1997.

COLLECTIF, Bretons ou Chouans… les paysans bretons dans la peinture d’histoire d’inspiration révolutionnaire au XIXe siècle, catalogue de l’exposition, Quimper-Saint-Brieuc, musée des Beaux-Arts – musée d’Histoire, 1985-1990.

Patrick DAUM, « La guerre de Vendée vue par la IIIe République », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/guerre-vendee-vue-iiie-republique

Anonyme (non vérifié)

Je vous remercie de votre travail.
Les thèmes abordés sont très instructifs mais variablement "fouillés". Ils apportent cependant un éclairage concis et intéressant sur les oeuvres choisies même s'il est souvent très insuffisant.
Je voulais vous signaler pour exemple un manque important lorsque l'on parle d'une oeuvre ; dans votre présentation et analyse de celle-ci, le format du tableau n'est que rarement mentionné. Il est pourtant totalement indissociable d'une représentation : intimiste, théatrale, miniature, etc.. Le format du tableau "La mort du chouan" n'est par exemple ici pas mentionné alors que vous parlez de "la monumentalité de la scène"!?
De même le medium utilisé, la date de réalisation, etc... rien sur la matière!
La date de l'oeuvre est également parfois absente!
Date, nature (huile, pastel, dessin, gravure sur bois, etc..) et format de l'oeuvre devraient toujours figurer sous le nom de celle-ci au même titre que le nom de l'artiste.
Le manque de liens externes permettant d'élargir les recherches est également à déplorer dans l'ensemble de votre travail. Ils sont pourtant aujourd'hui essentiels à notre culture.
Vous remerciant de votre travail, je vous souhaite de pouvoir continuer à élargir et raviver ce beau recueil dédié à la culture.
Level Jean-Jacques

ven 21/05/2021 - 09:20 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'armée de l'Est

En novembre 1870, Gambetta et son entourage décidèrent de mener une diversion offensive dans l’est de la France, afin de menacer les communications…

La défaite de l'Empire

Fin mars 1814, la campagne de France et le Premier Empire tirent à leur fin. Fortes de 800 000 soldats européens, rejointes par le comte d’Artois…

Scène de dragonnade (Fin XVIIe siècle)

Le protestantisme dans la clandestinité

Dans un genre très répandu au XVIIe siècle, notamment depuis l’épisode de la Fronde, cette gravure de…

Une armée en mal d’idéaux

Le Second Empire a toujours entretenu, en métropole et dans ses colonies, une armée importante afin de soutenir, avec des fortunes diverses, tant la…

"La Force Noire"

La colonisation française en Afrique à son apogée

La France achève, dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, la conquête de…

La bataille de Reichshoffen, 6 août 1870

Dès le début de la guerre franco-prussienne, en août 1870, les armées françaises subirent de graves revers en Alsace. Ayant dû évacuer Wissembourg…

Photographier la Grande Guerre

Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s’approcher de la réalité. On…

Photographier la Grande Guerre
Photographier la Grande Guerre

La Grande armée fidèle à l'Empereur

Symbole s’il en est de l’unanimité populaire, le serment, devenu sous la Révolution la proclamation inaliénable du corps souverain de la nation,…

La Grande armée fidèle à l'Empereur
La Grande armée fidèle à l'Empereur
La Grande armée fidèle à l'Empereur

Aux Eparges, avril 1915

La guerre de positions, qui succéda rapidement à la guerre de mouvements de l’été et de l’automne 1914, fit perdre tout espoir de gloire. Le soldat,…

Philippe Pétain, Maréchal de France

Pétain est promu général en août 1914 – il a alors 58 ans. En février 1916, il prend la direction du secteur défensif de Verdun et parvient à…