Promenades aériennes.

Promenades aériennes.

Date représentée : 02 août 1817

H. : 34,5

L. : 49

Taille douce.Gravé par Lerouge (graveur), édité par Ch. Bance à Paris

© Photo RMN - Grand Palais - J.-G. Berizzi

http://www.photo.rmn.fr

04-509695 / 67.44.1 D

Promenades aériennes

Date de publication : Juillet 2007

Auteur : Valérie RANSON-ENGUIALE

La folie Beaujon

Nicolas Beaujon (1708-1786), banquier à la cour de Louis XVI fait construire une folie entre le faubourg Saint-Honoré et les Champs-Elysées. Le pavillon en briques avec des jeux de miroirs est conçu par l’architecte Nicolas-Claude Girardin et le Moulin-Jôli est bâti par Pâris en 1786. Sous le Directoire, la propriété devient un lieu de distraction avec des cabarets, des attractions et des boutiques. En 1801, le parc d’attractions est dirigé par l’aîné des frères Ruggieri, entrepreneurs de feux d’artifices et il présente les montagnes françaises (ancêtres des montagnes russes). Le décor était dans le goût de l’époque avec un penchant pour le modèle antique et médiéval. Honoré de Balzac achète en 1846 les dépendances de la chartreuse de Beaujon, où il meurt le 18 août 1850.
Le lieu sera abandonné jusqu’en 1874 quand la veuve de Salomon Rothschild, la baronne Adèle rase tout pour y construire un hôtel particulier dans le style louis XVI. Cet hôtel abrite aujourd’hui le Centre National de la Photographie.

Visite royale



L’auteur de cette gravure, Ambroise Louis Garneray (1783-1857), est peintre, dessinateur et graveur, il connaît une vie d’aventurier : peintre de la Marine, corsaire avec Surcouf et Dutertre, il est aussi écrivain, précurseur du roman d'aventure maritime. Il appartient au mouvement romantique de son époque.
Le titre indique : Promenades Aériennes, Jardin Baujon. Honoré de la Présence de Sa Majesté, le 2 Août 1817.
Il s’agit effectivement d’une promenade aérienne, l’ancêtre des montagnes russes. Cette attraction possède un rail qui se divise en deux. Les passagers embarquent au bas de la montée centrale, dans d’élégantes voitures à trois roues et ils redescendent ensuite les deux rails latéraux, incurvés avant de revenir au point de départ. Les wagonnets peuvent alors atteindre prés de 60 km/h.
Comme le texte l’évoque, Louis XVIII est venu se divertir dans ce jardin. A peine sorti de son carrosse, accompagné par sa garde à cheval, il découvre l’impressionnante attraction. Cet événement mémorable a été, comme le texte le précise, Dessiné d’après nature par L. Garneray, gravé par Lerouge et vendu comme souvenir : A Paris au Jardin Baujon et chez Ch. Bance, Rue J.J. Rousseau.
Le public élégant de riches bourgeois et d’aristocrates déambule au premier plan, s’affiche en famille ou en couple. Les femmes ont des robes ceintes sous la poitrine, selon la mode de la Restauration. Deux personnages sont coiffés d’un bandeau comme pourraient l’être des Turcs. En bas, un couple se présente au guichet, prêt à embarquer pour la promenade aérienne. A l’extrême droite, la présence d’un café, avec un serveur apportant des boissons à un couple assis, atteste de la fonction purement délassante de ce lieu. Le parc est aménagé dans un seul souci de plaisir et de distraction.
Au fond, à droite, le Moulin Joli, véritable moulin, au fût en brique, de style néogothique, est situé sur une éminence. Les ailes entraînent une pompe à eau alimentant des cascades. Les moulins sont alors familiers dans le paysage parisien, présents aux portes de la capitale, ils servent alors comme ceux de la butte Montmartre, aussi bien à broyer le grain, la pierre, le plâtre ou les oignons. Certains ont traversé le temps comme la moulin de la galette ou le moulin Rouge.

L’avènement des amuseurs professionnels


L’histoire des montagnes russes est exemplaire de celle des loisirs :
« La ramasse » est initialement une pratique populaire consistant à descendre les montagnes savoyardes sur des traîneaux glissant sur des fagots et provoquant une sensation nouvelle de vitesse. Avec l’occupation de Paris par les Russes en 1815, les Français redécouvrent le divertissement consistant à descendre une pente dans un wagonnet glissant sur des rails. Prés de sept établissements dans ce genre sont construits : les Montagnes françaises, le Delta, les Montagnes de Belleville, les Montagnes américaines, lilliputiennes, suisses et égyptiennes. A partir de 1850, ces parcs d’attractions, inspirés des lieux réservés à la distraction des aristocrates, sont payants et s’adressent alors aux bourgeois. La phase de vulgarisation permet aux « Montagnes russes » de rester et de structurer le parc d’attractions, comme c’est encore aujourd’hui le cas au Tivoli de Copenhague ouvert en 1845. A Paris, Joseph Oller, inventeur du PMU, propriétaire du Moulin Rouge, fait construire en 1887 des montagnes russes avec un rail de 200 mètres traçant un double huit. Elles se perfectionnent, deviennent des grands huit et, au seuil du XXe siècle sont conçues de façon à pouvoir être montées et démontées rapidement. C’est au même moment que le cirque commence à voyager sous de grands chapiteaux, où la gastronomie, lors des repas de mariage, pénètre dans les milieux populaires. Les foires jusqu’alors tournées vers le commerce et le divertissement, se spécialisent pour devenir, sous le Second Empire, des parcs d’attractions itinérants : les fêtes foraines.

Alain CORBINL’avènement des loisirs 1850-1960Paris, Flammarion 2001.Zeev GOURARIERIl était une fois la fête foraine...de A à Z, de 1850 à 1950exposition à la Grande Halle de la Villette, 18 septembre 1995-14 janvier 1996.Paris, éditions RMN, 1995.

Valérie RANSON-ENGUIALE, « Promenades aériennes », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/promenades-aeriennes

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Albums liés

Découvrez nos études

Parcs et jardins parisiens

La « végétalisation » de la ville

Les grands travaux menés à Paris par le baron Haussmann, préfet de la Seine de 1853 à 1870, ont modelé un…

Parcs et jardins parisiens
Parcs et jardins parisiens
Parcs et jardins parisiens

Ouvrier et bourgeois

D’une révolution à l’autre : 1830 et 1848

Si elle possède de multiples causes et connaît divers acteurs, la révolution de juillet 1830 est aussi un…

Portraits à la Bourse

Devenue en 1724 l’institution officielle où s’échangent tout à la fois des marchandises, des monnaies et des valeurs mobilières, la Bourse de Paris a…

L'Empereur et l'Impératrice reçus chez le sénateur-comte Mimerel

En 1867, le prestige du régime impérial est déjà fort terni, en France comme à l’étranger. À partir de 1865, l’autorité de l’empereur décline : il…

L’haussmannisation

Bien que survenue quarante ans après celle de Londres, la brutale métamorphose de Paris sous le Second Empire a frappé l’opinion nationale et…

L’haussmannisation
L’haussmannisation
L’haussmannisation
Le Vol des Quinz'mill - Grandjouan

Grandjouan, militant radical

Du militantisme radical au communisme

La IIIe République ancre les pratiques démocratiques en France mais est loin de satisfaire les…

Grandjouan, militant radical
Grandjouan, militant radical
Grandjouan, militant radical

Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque

La métamorphose d’une mère de famille en « grande horizontale »

Depuis le Second Empire, le portrait photographique connaît un véritable essor,…

Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque

La monarchie de Juillet ou le triomphe de la bourgeoisie

Louis-François Bertin a d’abord été le secrétaire du duc de Choiseul. Partisan de la Révolution en 1790 puis de la monarchie constitutionnelle, sa…

Aspects de la misère urbaine au XIXe siècle

Plusieurs événements, sous la monarchie de Juillet, ont éveillé la réflexion de la bourgeoisie au sujet de la misère populaire : la révolution de…

Aspects de la misère urbaine au XIX<sup>e</sup> siècle
Aspects de la misère urbaine au XIX<sup>e</sup> siècle
Déjeuner de Bébé.

Pionnier du cinéma

L’invention du cinématographe

Après les lanternes magiques, la chronophotographie et le Kinetoscope d’Edison, et dans la lignée des travaux de d’…