Adolf Hitler et des S.A. à la Maison brune de Munich.

Adolf Hitler et des S.A. à la Maison brune de Munich.

Adolf Hitler salué par des jeunesses hitlériennes au Congrès du parti nazi à Nuremberg.

Adolf Hitler salué par des jeunesses hitlériennes au Congrès du parti nazi à Nuremberg.

Adolf Hitler et des S.A. à la Maison brune de Munich.

Adolf Hitler et des S.A. à la Maison brune de Munich.

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : Agence Roger-Viollet (Paris)
site web

Date de création : 1932

Date représentée : 1932

H. : 0

L. : 0

© Collection Roger-Viollet

http://www.roger-viollet.fr

La propagande hitlérienne

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Charlotte DENOËL

L’arrivée de Hitler au pouvoir en Allemagne

Dans les années 1920 en Allemagne, le refus des conditions imposées par les vainqueurs lors du traité de Versailles, la crise financière et les liens entre la République de Weimar (1919-1933) et les milieux économiques ont suscité le mécontentement de la population et favorisé la montée de l’opposition, en particulier du parti ouvrier allemand national-socialiste (NSDAP) dirigé par Adolf Hitler (1889-1945), fils d’un douanier autrichien et soldat durant la Grande Guerre. Promettant une amélioration de leur situation aux classes ruinées par l’inflation et aux millions de chômeurs, il réussit à forger un parti de masse, flanqué d’organisations paramilitaires telles les sections d’assaut (S.A.) et prônant des valeurs nationalistes. Le NSDAP, qui en 1928 n’avait remporté que 3 % des suffrages, s’imposa progressivement à la faveur de la crise de 1929, grâce au soutien financier de quelques grands groupes industriels et à une alliance avec la droite traditionnelle. Devant le recul de son parti aux élections du 6 novembre 1932 au profit des communistes et des sociaux-démocrates, Hitler intrigua auprès de ses alliés pour s’emparer légalement du pouvoir. Le 30 janvier 1933, il fut nommé chancelier par le président Hindenburg. La période qui suit fut consacrée d’une part au renforcement du pouvoir personnel de Hitler, qui prit le double titre de chancelier et de président du Reich à la mort de Hindenburg le 2 août 1934, à la consolidation du nouveau régime à travers l’élimination des opposants, l’interdiction des autres partis politiques et la mise en place d’un Etat centralisé, et, d’autre part, à la reprise dès 1936 d’une militarisation du pays et d’une politique extérieure agressive.

L’embrigadement des masses

Conscient de la nécessité d’étendre les assises du parti nazi au sein de la population, Hitler n’hésita pas, dès les années qui précédèrent son accession au pouvoir, à mettre en œuvre une politique de propagande destinée à embrigader les masses et à leur inculquer l’idéologie nazie. Utilisant à cet effet les médias, il fit de l’image, et en particulier de la photographie, moyen d’expression accessible à tous, une arme d’une efficacité redoutable. Si les photographies étaient jusque-là chargées d’enregistrer une trace des événements le plus souvent à des fins politiques, elles se transformèrent avec Hitler en véritables monuments à la gloire d’un homme et d’une époque, donnant une image quasi mystique du chef et témoignant du caractère spectaculaire et grandiose des rassemblements organisés par le parti nazi. Une photographie de Heinrich Hoffmann (1885-1957), ami personnel et iconographe attitré de Hitler, montre ainsi ce dernier entouré d’une quarantaine de jeunes S.A. venus de toute l’Allemagne à la Maison brune de Munich, en 1932. Les militants sont rassemblés en une masse compacte qui dégringole vers Hitler, assis en retrait, mains posées sur une table jonchée des restes d’une collation. Leurs visages rayonnants et leurs yeux brillants fixés sur le Führer expriment avec force la fascination qu’ils ressentent envers lui. L’effet de contre-plongée et l’isolement du chef au premier plan, séparé des S.A. par la table, accentuent le caractère mystique de cette réunion. Par ailleurs, la légende qui accompagne cette image – « Comme leurs yeux brillent, lorsque le Führer est tout près d’eux ! » – est révélatrice du rôle fondamental qui est dévolu à la photographie : celle-ci doit être capable de communiquer à son tour aux masses l’exaltation qui animent ces jeunes S.A. Cette caractéristique se retrouve dans une seconde photographie qui représente Hitler salué par des organisations hitlériennes lors d’un congrès du parti nazi à Nuremberg, en novembre 1938. Des rangées de garçons et de filles aux visages enthousiastes, serrés les uns contre les autres, tendent comme un seul homme leur bras droit vers le Führer. Ici encore, le caractère spectaculaire de l’événement est renforcé par l’angle de vue : tous les regards convergent vers le chef qui se tient au premier plan, debout dans une Mercedes entourée d’une escorte. Au mouvement descendant de l’image correspond ainsi l’ascendant du Führer sur les foules, et notamment sur la jeunesse dont il exploitait les sentiments patriotiques. Prises à des dates différentes, ces deux photographies sont ainsi d’un grand intérêt pour apprécier le charisme et le magnétisme qui se dégageaient de la personne de Hitler à l’occasion des réunions privées comme des grands rassemblements. Chacun de ses mouvements, chaque mot de son discours, chaque mimique de son visage, étaient destinés à susciter une sorte de transe chez les individus lors de ses apparitions publiques triomphales, qui s’accompagnaient d’une « monstration » de sa personne devant les foules. Galvanisées par la vue et les paroles du chef, celles-ci acquéraient un sentiment de puissance et étaient atteintes par une sorte d’ivresse collective.

La construction d’un Etat totalitaire

L’arrivée au pouvoir de Hitler s’est accompagnée de la mise en place d’un appareil totalitaire et, en particulier, d’un renforcement de la propagande de masse dans laquelle la photographie jouait un rôle de premier plan. En témoignent la création, le 14 mars 1933, d’un ministère de l’Information et de la Propagande, placé sous la responsabilité de Goebbels, l’inauguration par ce dernier de la foire photographique de Berlin, « Die Kamera », le 4 novembre 1933, et la désignation d’un petit nombre de photographes officiels chargés de conférer une aura d’éternité aux traits du Führer ainsi qu’aux événements nationaux. Dès 1933, la photographie devint ainsi partie intégrante de l’information, au même titre que la presse, la radio ou les actualités cinématographiques. Son impact était d’autant plus grand qu’elle possédait une visibilité considérable depuis l’apparition du photojournalisme dans les années 1920 et l’inflation des images dans les journaux. De même que le contrôle de la vie artistique, le développement d’un appareil policier répressif ou la centralisation étatique, l’exploitation des moyens de communication de masse a par conséquent permis aux dirigeants nazis de construire un Etat totalitaire dans lequel tous les efforts étaient accomplis en vue d’instaurer le culte du chef et de forger un homme nouveau.

« L’Allemagne de Hitler, 1933-1945 »Paris, in L’Histoire , 1991.

Igor GOLOMSTOCK, L’Art totalitaire. Union soviétique – IIIe Reich – Italie fasciste – Chine, Paris, Ed. Carré, 1991.

Adelin GUYOT et Patrick RESTELLINI, L’Art nazi : un art de propagande, Bruxelles, Complexe, 1996.

Ian KERSHAW, Hitler, essai sur le charisme en politique, rééd.Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2001.

Eric MICHAUD, Un art de l’éternité, l’image et le temps du national-socialisme, Paris, Gallimard, 1996.

Pierre MILZA, Les Fascismes, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1991.

Pierre MILZA et Serge BERSTEIN, Dictionnaire historique des fascismes et du nazisme, Bruxelles, Complexe, 1992.

Charlotte DENOËL, « La propagande hitlérienne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/propagande-hitlerienne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Contre ça ! Votez communiste !

L'homme aux couteaux entre les dents, revisité

La Section française de l’Internationale communiste (S.F.I.C.) est née en novembre 1920 de la scission entre socialistes et communistes, lors du…

L’entrevue de Montoire

La rencontre du 24 octobre 1940

Le 24 octobre 1940, le maréchal Pétain rencontre pour la première fois Hitler et son ministre des Affaires…

L’entrevue de Montoire
L’entrevue de Montoire
Accords de Munich

Les accords de Munich

Les ambitions militaires du IIIe Reich

Parallèlement à la mise en place d’un régime autoritaire en Allemagne lors de son arrivée au pouvoir le 30…

Adolf Hitler devant les cercueils des sept victimes de l'attentat du 8 novembre 1939

Tentatives d’assassinat contre Hitler

Attentats et propagande

Si plusieurs attentats ont été organisés contre Hitler de 1938 à 1945, les deux plus marquants sont incontestablement…

Tentatives d’assassinat contre Hitler
Tentatives d’assassinat contre Hitler

Hitler à Paris

La « Blitz Besuch » (visite éclair)

L’armistice franco-allemand est signé le 22 juin 1940. La moitié nord et la côte atlantique du territoire…

Hitler à Paris
Hitler à Paris

L'exposition d'art dégénéré en 1937

La condamnation de l’art moderne par les nazis

Pris lors de l’exposition Entartete Kunst organisée en 1937 à Munich par les nazis, ce cliché du mur…

La question de la Sarre, un jugement de Salomon -  Kladderadatsch

La Sarre entre la France et l’Allemagne

La question de la Sarre après la Première Guerre mondiale

A l’issue de la Première Guerre mondiale, Clémenceau revendique le rattachement de la…

Le faux Hitler

La chute du IIIe Reich en images

La progression des forces Alliées contre les nazis a donné lieu à la production et à la diffusion de…

Pierre Laval, le collaborateur en chef

Une réunion assez exceptionnelle

Le 19 décembre 1942, Pierre Laval, chef du gouvernement de Vichy, rencontre Hitler dans son Wolfsschanze («…

15 mai – 31 juillet 1942 : l’exposition « Arno Breker » à Paris

La vie culturelle sous l’Occupation

Loin de cesser, la vie culturelle demeure relativement animée sous l’Occupation. Dans tout le pays et notamment…