Un marchand d'images.

Un marchand d'images.

Date de création : 1862

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

Huile sur toile

© Cliché du MBA de Bordeaux - Photo L. Gauthier

99.25.3

Un marchand d'images

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Agnès BIROT

Au milieu du XIXe siècle la population française est déjà assez largement alphabétisée, cependant de grandes disparités existent d’une région à l’autre. Si la lecture et l’écriture se sont généralisées plus tôt dans la France du Nord et du Nord-Est, la Bretagne, l’Aquitaine ou le Massif central ont pris du retard. A la date de ce tableau, vers 1860, peu d’enfants dans les campagnes savent lire ; les colporteurs, figures familières du monde rural depuis le Moyen Age, proposent des petits livrets souvent lus durant les veillées, parmi lesquels les fameux ouvrages de la « Bibliothèque bleue », mais aussi des images religieuses faites pour éveiller la piété ou encore des estampes chargées de brocarder le pouvoir. Leur diffusion était très organisée : les fabricants d’estampes les vendaient dans toute la France à des marchands qui les revendaient à leur tour aux nombreux colporteurs qui sillonnaient le pays.

La scène représentée ici se déroule en Bretagne. Le marchand d’images occupe à lui seul toute la partie gauche du tableau tandis que les enfants font cercle autour de lui pour regarder l’illustration – très probablement le baptême de Clovis – de l’almanach. Le marchand est un vieil homme au visage ridé et aux cheveux longs ; ses vêtements informes et rapiécés ainsi que son maigre bagage indiquent qu’il vit misérablement. Il est en train de s’adresser aux enfants et le peintre l’a croqué sur le vif, la bouche ouverte. Sa position, le bras gauche levé, crée une grande diagonale qui coupe le tableau en deux et sépare le colporteur du groupe des enfants. Ce geste est aussi très symbolique : malgré sa misère, l’homme sait lire et a donc quelque chose à transmettre ; d’autre part, ce bras levé évoque le Christ parlant aux petits enfants, tel que le représente la peinture religieuse. Face à lui, les enfants, même si leurs coiffes et bonnets bretons sont bien usés et même troués, ont de jolis visages, le teint frais et le regard clair, ce qui dénote une certaine idéalisation.

Le thème, la représentation des petits métiers et de la vie quotidienne dans les campagnes et dans les villes, appartient au mouvement réaliste qui est lié à la révolution de 1848. L’installation au pouvoir du gouvernement de la IIe République a rendu possible ce type de sujets, ce qu’ont illustré des artistes comme Courbet, Millet et Daumier.
Cependant l’œuvre évoque une pratique séculaire, dont le déclin irrémédiable tient à des raisons politiques : considéré comme un moyen de diffusion pernicieux, utilisable par les opposants au régime pour propager leurs idées, le colportage subit depuis 1852 les contrôles très sévères d’une commission chargée de limiter la diffusion des fascicules. Mais ce déclin doit être replacé dans une perpective plus large : depuis le milieu du XIXe les progrès de l’instruction, l’amélioration des communications entre les villes et les campagnes, et l’aisance matérielle accrue concourent à modifier la culture rurale. Les paysans prennent progressivement l’habitude d’acheter au bourg des romans populaires mais aussi le journal à bon marché, illustré de vignettes, et qui comporte presque toujours un feuilleton. Ainsi, comme le dit Alain Plessis, « le paysan par ses lectures, s’insère dans la civilisation urbaine, il se met de plus en plus à l’écoute de la ville » (Alain PLESSIS : De la fête impériale au mur des Fédérés, Paris, Seuil, coll. « Nouvelle histoire de la France contemporaine », tome IX, 1973).

François FURET et Jacques OZOUF Lire et écrire : essai sur l’alphabétisation des Français Paris, Minuit, 1977.Jean-Jacques DARMON Le Colportage de librairie en France sous le Second Empire.Grands colporteurs et culture populaire Paris, Plon, 1972. Jean-Pierre-Alexandre Antigna Orléans 1817-Paris 1878 catalogue de l’exposition du musée des Beaux-Arts d’Orléans, Paris, RMN, 1978-1979.

Agnès BIROT, « Un marchand d'images », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/marchand-images

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Louis René de Caradeuc de La Chalotais

La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV

La démission du parlement de Bretagne et l’arrestation du procureur général La Chalotais (1765)

À l’issue de la désastreuse guerre de Sept Ans (…

La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV
La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV

Le vêtement en Bretagne

Les foires représentent un moment important dans la vie quotidienne des campagnes. Elles ont lieu au bourg, vers lequel des centaines de paysans…
L'harmonie de Pont-Aven - Henri Lemoine

Jour de fête

La France des fanfares

Au début du XXe siècle, il n’est pas rare que les photographes professionnels comme Henri Lemoine (1848-1924)…

Jour de fête
Jour de fête
Dockers, Bretagne - Constantin Puyo

Le mouvement pictorialiste et la beauté du travail

Le pictorialisme : quand la photographie se fait art

Avec les progrès techniques réalisés depuis les années 1870, le matériel photographique…

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIXe siècle

Alors que le XIXe siècle est souvent décrit comme un siècle de déchristianisation, due au déracinement que provoquent exode rural et…

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIX<sup>e</sup> siècle
Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIX<sup>e</sup> siècle
Fanfare des fusiliers marins américains à Saint-Nazaire - U.S. Army Signal Corps

La Guerre en musique

La guerre change de disque

Début juillet 1917, comme le montre un cliché pris sur le port de Saint-Nazaire, la Grande Guerre est en passe de…

La Guerre en musique
La Guerre en musique

Hélène Jégado, la Brinvilliers bretonne

Un procès en marge du coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte

Statistiquement parlant, les empoisonneuses sont particulièrement nombreuses sous la…

L'arbre de mai

L'arbre de mai

Alexis Bafcop (1804-1895) expose au Salon de 1831 à 1840 des portraits et des tableaux de genre à sujet « ethnographique ». Le motif de la plantation…

Combats de Quiberon

Le 27 juin 1795 en baie de Quiberon, la flotte britannique débarque sur la plage de Carnac plus de quatre mille émigrés et quelques centaines de…

La mort de Roland

Le mythe de Roncevaux

Seul épisode fameux du règne de Charlemagne qui n’implique pas directement le futur empereur d’Occident, la mort tragique de…