Carte pour servir au voyage de M. Saugnier au Sénégal.

Carte pour servir au voyage de M. Saugnier au Sénégal.

Routes au départ de Tombouctou. [Détail de] Carte pour servir au voyage de M. Saugnier au Sénégal.

Routes au départ de Tombouctou. [Détail de] Carte pour servir au voyage de M. Saugnier au Sénégal.

Voilà comme les Maures prennent les esclaves.

Voilà comme les Maures prennent les esclaves.

Monsieur Durand remettant ses instructions à son envoyé à Galam.

Monsieur Durand remettant ses instructions à son envoyé à Galam.

Carte pour servir au voyage de M. Saugnier au Sénégal.

Carte pour servir au voyage de M. Saugnier au Sénégal.

Date de création : 1791

Date représentée : 1791

H. : 63

L. : 90

Gravure.Titre complet : Carte pour servir au voyage de M. Saugnier au Sénégal, dressée sur ses Mémoires Par M. de Laborde. On y a marqué sa Route et celle de M. Brisson.

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr

CHAN NN/171/58

Les routes de l'esclavage à travers le Sahara en 1791

Date de publication : Mars 2007

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS

Les routes de l'esclavage à travers le Sahara en 1791

Les routes de l'esclavage à travers le Sahara en 1791

La connaissance de l’Afrique

A la veille de la Révolution, le tracé des côtes d’Afrique est établi avec précision, notamment dans les zones où se pratique le plus important des commerces, la traite des Noirs, en direction des Antilles et des côtes des Amériques. La région du Niger et du Sénégal où des royaumes moins étendus remplacent les anciens empires est mieux cartographiée, grâce aux données plus précises rapportées par des voyageurs audacieux. La traversée du Sahara qui apparaissait infranchissable aux Européens est encouragée par l’African Association de Londres.

Plusieurs récits de voyageurs et des cartes plus précises témoignent du désir de pénétrer à l’intérieur du continent, à la fin des années 1780, même si leur publication n’est effective qu’après la Révolution. Ainsi le voyage au Maroc de William Lemprière, effectué vers 1789, paraîtra en 1801, avec une carte établie par le Major anglais James Rennell (1742-1830) dès 1790.

Ces nouvelles avancées dans la découverte du Sahara n’ont pas échappé à l’homme des Lumières qu’est Jean Benjamin de Laborde (1734-1794). Fermier général pourvu d’importants revenus, il cultive de nombreuses activités en accord avec l’esprit de son temps et de son milieu, des dons d’artiste pour la musique et un intérêt pour l’édition de livres et la cartographie ; il publie un récit de découvreur et la carte de ces routes à travers le Sahara dès 1791.

La carte

Sur le quadrillage scientifique des latitudes et des longitudes, cette carte dresse l’état des connaissances topographiques sur l’Afrique du Nord et de l’Ouest en 1791. Elle a pour but de compléter le récit de voyage de M. Saugnier, naufragé, capturé et vendu par des Arabes comme esclave ; il se sert de cette expérience pour pratiquer lui-même le commerce d’esclaves. Saugnier n’est qu’un héros fictif, mais sous ce nom Laborde regroupe au moins deux récits véridiques. Il adapte le texte aux goûts de ses contemporains en empruntant à d’autres récits de voyage et aux écrits des philosophes. Il décrit le caractère généralisé de la pratique de l’esclavage dans un style alerte. Traversant le Sahara avec une caravane d’esclaves, le héros note ainsi : » Il faut qu’un arabe soit bien pauvre pour ne pas avoir au moins un nègre captif ».

L’éditeur, Jean Benjamin de Laborde, que fascine la diversité des cultures, signale, sur la carte, royaumes, personnages, peuplades, ressources, et toute information récente, même si perdurent des erreurs comme la prétendue source commune au Sénégal et au Niger. Comme le géographe d’Anville, en 1738, Laborde situe pour les corriger, les indications données par les géographes qui ont autorité depuis des siècles : Ptolémée, du IIe siècle après Jésus-Christ et Idrizi, cartographe arabe du XIIe siècle.

Les routes suivies par les marchands d’esclaves

La carte livre pour le Sahara une information neuve : le tracé des routes des caravanes qui le traversent. Elle reprend la carte du Major Rennell où ces itinéraires sont désignés comme « routes des marchands d’esclaves », en 1790. Le voyage de M. Saugnier décrit aussi la présence de nombreux Noirs emmenés en captivité par des Arabes.

Les captifs razziés ou achetés dans l'Ouest africain sont conduits vers trois aires principales où se forment les caravanes avant d'entamer la traversée du désert: les rives du fleuve Sénégal en amont de Saint-Louis, la région de Tombouctou et le territoire de Cano.

Des bords du Sénégal, les esclaves sont acheminés vers le Maroc à travers la Mauritanie, M. Brisson personnage bien réel, naufragé au Cap Blanc en 1785, a été capturé par un Arabe qui l’a conduit vers le sud, pour le vendre à un autre maître qui l’a remmené vers le Nord jusqu’au au Maroc, par cette piste. On note que le nom du pays et celui de la ville qui deviendra Marrakech ne sont pas encore différenciés sur la carte.

Si la mystérieuse Tombouctou, capitale du Soudan, figure sur cette carte de 1791, elle ne sera atteinte et décrite par un Européen qu’en 1795. Les esclaves qui y sont regroupés, peuvent être acheminés dans trois directions, vers le Maroc par le puits d’Aroan (Araouanne), vers Alger, ou bien vers Ghédamès (Ghadamès), d'où ils sont emmenés vers Tunis ou vers Tripoli.

Enfin, la piste qui vient de Cano en passant par Agadès gagne la Tripolitaine par le Fezzan.

Sur ces pistes du désert, les Arabes pratiquent une traite importante qui alimente les marchés intérieurs du Magreb et les ports de Méditerranée d’où les esclaves partent vers l’Orient.

« Voilà comme les Maures prennent les esclaves »

Cette image, publiée en 1789, montre une razzia de captifs par les Arabes dans un village africain incendié. Un marchand d’esclave cherche à s’emparer d’un Noir après avoir attaché une femme à la queue de son cheval et enlevé un enfant en croupe. L’image rompt avec les représentations convenues qui occultent à l’époque les scènes dramatiques ; largement connue avant la Révolution, cette scène sera très souvent reproduite

« M. Durand, ancien gouverneur de la Compagnie du Sénégal, donnant des ordres à son envoyé à Golam, partant à dos de chameau »

Telles se présentent les conditions de voyage à dos de chameau pour les voyageurs audacieux qui partent à la découverte de l’intérieur du continent. Au départ de Saint-Louis, en 1786, une expédition terrestre conduite par M. Rubaud, accompagné d’un Marabout (Arabe) et d’un Noir domestique entreprend de rejoindre le comptoir de traite de Golam, destination annuelle des traitants sur le Sénégal. Le voyage par terre, plus rapide que par le fleuve permet à l’envoyé de négocier des esclaves avant l’arrivée du bateau. Il envoie un messager mais meurt avant le retour, assassiné par ses esclaves révoltés.

L’Afrique noire fait l’objet d’un renouveau d’intérêt dans les milieux évolués et savants d’Europe à la fin du XVIIIe siècle. Toute indication nouvelle sur l’Afrique constitue à l’époque une information stratégique, de nature économique ou politique.

Sur cette carte, les annotations foisonnent, mêlant originalité et sens commercial. La pratique généralisée de l’esclavage s’y dévoile concrètement.

Immédiatement traduits, le livre et la carte de Laborde, sont vendus dès 1792 en Angleterre, premier pays de traite. Ils sont révélateurs des ambiguïtés du temps sur la question de l’esclavage. L’Afrique fascine, univers ambigu où esclavage et exotisme mêlés suscitent un commerce lucratif. Malgré le caractère moralisateur des Lumières, le « désir de richesses l’emporte sur tout ». L’utopie selon laquelle la raison et le progrès allaient répandre le bonheur a servi d’alibi à beaucoup d’égoïsmes.

François BESSIRE (Ed.)Relations de plusieurs voyages à la côte d'Afrique, au Maroc, au Sénégal, à Gorée, à Galam, etc.[Texte imprimé], avec des détails intéressans pour ceux qui se destinent à la traite des nègres, de l'or, de l'ivoire, etc., tirés des journaux de M.Saugnier qui a été longtemps esclave des Maures et de l’empereur du Maroc, Paris, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005.Claude FAUQUE , Marie-Josée THIELLes routes de l’esclavage.Histoire d’un très grand dérangement, Paris, Hermé, 2004.William LEMPRIEREVoyage dans l'empire de Maroc et le royaume de Fez, fait pendant les années 1790 et 1791 [Texte imprimé], par G. Lemprière,...traduit de l'anglais par M.de Sainte-Suzanne...accompagné d'une carte géographique de l'Afrique, par le major Rennel, augm. d'un itinéraire...par Brion père...Paris, Tavernier, an IX (1801).Lien Gallica Relations de plusieurs voyages à la côte d'Afrique, au Maroc, au Sénégal, à Gorée, à Galam, etc.[Texte imprimé], avec des détails intéressans pour ceux qui se destinent à la traite des nègres, de l'or, de l'ivoire, etc., tirés des journaux de M.Saugnier qui a été longtemps esclave des Maures et de l’empereur du MarocParis [Gueffier jeune, 1791] et Maestricht , J.-P. Roux, 1792.Lien Gallica Guide des sources de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions, Direction des Archives de France, La documentation française, Paris, 2007.

Luce-Marie ALBIGÈS, « Les routes de l'esclavage à travers le Sahara en 1791 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 20/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/routes-esclavage-travers-sahara-1791

Anonyme (non vérifié)

Merci pour ce passionnant article sur les routes de l'esclavage et ses enjeux mercantiles , particulièrement d'actualité dans notre époque de plus en plus troublée.

lun 11/11/2013 - 20:43 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Immédiatement traduits, le livre et la carte de Laborde, sont vendus dès 1792 en Angleterre, premier pays de traite. Ils sont révélateurs des ambiguïtés du temps sur la question de l’esclavage. L’Afrique fascine, univers ambigu où esclavage et exotisme mêlés suscitent un commerce lucratif. Malgré le caractère moralisateur des Lumières, le « désir de richesses l’emporte sur tout ». L’utopie selon laquelle la raison et le progrès allaient répandre le bonheur a servi d’alibi à beaucoup d’égoïsmes.

ven 03/10/2014 - 14:25 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La formation des départements

Les bases du nouveau découpage administratif

A différentes reprises au XVIIIe siècle, il avait été question de remédier à la…

La formation des départements
La formation des départements
La formation des départements

La France après les conquêtes révolutionnaires

Les limites de la France en 1798

La date de cette carte, contenue dans un cartouche entouré de feuilles de chêne (symbolisant la force) et d’…

L’atlas de Trudaine

Restaurer le réseau routier

La réalisation de l’atlas dit de Trudaine s’inscrit dans le cadre de la réforme routière entreprise par la monarchie…

L’atlas de Trudaine
L’atlas de Trudaine
L’atlas de Trudaine

L'hydrographie moderne (Deuxième étude)

Une mission stratégique

Dès février 1806, Beautemps-Beaupré (L’hydrographie moderne première partie) reçoit l’ordre d’effectuer la reconnaissance…

L'hydrographie moderne (Deuxième étude)
L'hydrographie moderne (Deuxième étude)

Les conquêtes du Directoire

Pourquoi la guerre sous le Directoire ?

A peine proclamée, la République avait dû se battre pour survivre contre les puissances européennes…

Les conquêtes du Directoire
Les conquêtes du Directoire

Le canal du Midi de Pierre-Paul Riquet

Le canal de Monsieur Riquet

Grand serviteur de l’État exerçant une série de charges publiques, comme le suggère la robe noire de ce portrait,…

Le canal du Midi de Pierre-Paul Riquet
Le canal du Midi de Pierre-Paul Riquet

La carte de France de 1789

Une organisation administrative désuète

Evénement oublié depuis 1614, la réunion des états généraux (organisée pour trouver de l’argent) est…

Trois Nègres marrons à Surinam

Le marronnage

Le marronnage, résistance à l’esclavage

La fuite hors des espaces contrôlés par les maîtres est facilitée en Guyane par la géographie qui fait…

Le marronnage
Le marronnage
Le marronnage

Promouvoir l’Entente

Des alliances à géométrie variable

Le système croisé des alliances (Triple Entente et Triple Alliance) a fonctionné avec suffisamment d’…

Promouvoir l’Entente
Promouvoir l’Entente

Le plan de Turgot

Une commande de prestige

Réalisé au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, le plan de Paris dit « Plan de Turgot » doit son nom à…