Séverine.

Séverine.

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : vers 1895

Date représentée :

H. : 77 cm

L. : 55 cm

huile sur toile

© Musée d'Orsay, Dist. RMN - Grand Palais / Patrice Schmidt

Lien vers l'image

RF 2607 - 10-527319

Séverine, une figure de l'idéal socialiste

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Dominique LOBSTEIN

Caroline Rémy, née en 1855 dans une famille de la petite bourgeoisie parisienne fut largement connue de ses contemporains comme « une des plus ardentes apôtres de l’idéal socialiste » jusqu’à son décès en 1929, dans sa propriété des Trois Marches, à Pierrefonds. Après de tumultueux débuts dans l’existence, elle rencontre Jules Vallès vers 1878, dont elle devient la secrétaire et qui lui apprend le métier de journaliste. Quelques années plus tard, elle lui offre l’occasion de publier à nouveau Le Cri du peuple, journal dans lequel elle choisit le nom de plume de Séverine, auquel elle restera désormais fidèle. A la mort de Vallès en 1885, elle ne peut s’opposer aux factions extrémistes et décide de quitter le journal en 1888. Pour vivre de sa plume, elle écrit d’abondance et avec lyrisme dans de nombreux journaux et revues, occupée de toutes les grandes affaires, des grandes grèves ou des grands procès. Dreyfusarde, pacifiste et féministe, n’hésitant pas à s’impliquer dans la vie politique, elle n’y entre cependant que tardivement, après avoir longtemps combattu le parlementarisme.

Présenté au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1895, ce tableau a inspiré de nombreux commentaires. Certains renouaient avec le lyrisme habituel du modèle, ainsi Laurent Tailhade qui lui dédicaçait ce quatrain :
« C’est la guerrière au cœur maternel, Séverine.
Blanches, ses mains d’où tombe un or mystérieux
Se joignent, et les pleurs qui gonflent sa narine
Mettent un peu de ciel dans l’azur de ses yeux. »
tandis que d’autres, plus volontiers engagés, soulignaient l’emploi du fond d’or qui transformait le personnage en une mystique prosélyte d’une nouvelle religion socialiste (Jean Lorrain). Le modèle et son peintre se retrouvaient dans ce même combat.

Militante favorable à l’égalité des sexes, Séverine se trouva impliquée dans le mouvement féministe français qui suivit avec quelque retard le mouvement des suffragettes britanniques et les exemples d’Emmeline et Christabel Pankhurst. Son antiparlementarisme l’empêcha de rejoindre l’une des nombreuses associations disparates que créèrent et dirigèrent de grandes bourgeoises – le Conseil national des femmes françaises présidé par Mme Jules Siegfried – ou des aristocrates – l’Union nationale des femmes dirigée par la duchesse de La Rochefoucauld. Mais, de sa plume, elle participa au combat, réclamant, entre autres choses nouvelles et polémiques, le droit à l’avortement. Séverine ne vit jamais le fruit de ses efforts puisqu’il fallut attendre les années 1930 pour que soient reconnus les premiers droits politiques féminins… et ne parlons pas du reste.

Evelyne LE GARREC, Séverine, une rebelle 1855-1929 Paris, Seuil, 1982.

Evelyne LE GARREC (annotés par), Séverine, choix de papiers, Paris, Tierce, 1982.

Dominique LOBSTEIN, « Séverine, une figure de l'idéal socialiste », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30/11/2022. URL : histoire-image.org/etudes/severine-figure-ideal-socialiste

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Folies Bergères. Loïe Fuller.

Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène

La « fée électricité » de la Belle Époque

Le mythe de Paris « Ville lumière » est indissociable de la « fée électricité » Loïe Fuller, artiste…

Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène
Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène
Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène
Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène
Éventail de suffragette. 1914

Éventail suffragiste, 1914

Une initiative originale en faveur du suffrage des femmes

A l’occasion des élections législatives de 1914, le quotidien Le Journal prit une…

Séverine, une figure de l'idéal socialiste

Caroline Rémy, née en 1855 dans une famille de la petite bourgeoisie parisienne fut largement connue de ses contemporains comme « une des plus…

Autoportrait avec deux élèves - Adélaïde Labille-Guiard

Adélaïde Labille-Guiard

Le triomphe d’une académicienne

En 1785, dans le salon carré du Louvre, non loin du Serment des Horaces de Jacques Louis David (1748-1825),…

Les tricoteuses pendant la Révolution française

La situation des femmes au début de la Révolution française

Les premières années de la Révolution française ont vu naître un courant en faveur d’…

1937 : les « actions » féministes

Militantismes

La victoire du Front populaire aux élections législatives d’avril-mai 1936 fait souffler un vent de liberté et de progrès social sur…

1914, Manifestation des suffragettes, Mme Séverine [en tête du cortège]

La marche du 5 juillet 1914 pour le droit de vote des femmes

A Copenhague, en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, créée par Clara Zetkin, directrice de la revue Die Gleichheit…

Centre de propagande pour le vote des femmes, dirigé par Louise Weiss, leader des associations féministes françaises. De gauche à droite : Maryse Demour, Hélène Roger-Viollet, Jeanine Nemo, Louise Weiss et Clara Simon. Paris, février 1936

Louise Weiss, féministe des années 1930

La cause du droit de vote des femmes en 1936.

Durant la première guerre mondiale, la grande majorité des associations féministes françaises mettent…

Comité national des femmes contre la guerre et le fascisme - 1936

Le vote des femmes en France : féminisme, pacifisme et antifascisme à l’heure du Front populaire

Le Comité National des Femmes contre la guerre et le fascisme

Dans les années 1920 et 30, les suffragistes organisent des campagnes pour…

Louise Michel et sa légende

La répression des communards : le cas de Louise Michel

Institutrice républicaine, cantinière pendant le siège de Paris, oratrice au club de la…

Louise Michel et sa légende
Louise Michel et sa légende