Souvenir des inondations de Paris 1910.

Souvenir des inondations de Paris 1910.

Date représentée :

H. : 48,5

L. : 64

Lithographie.

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

04-509834 / 2002.11.1 D

Souvenir des inondations de Paris 1910

Date de publication : Septembre 2009

Auteur : Alban SUMPF

L’inondation de 1910

De fortes pluies tombent sur le Bassin parisien du 28 octobre au 9 décembre, puis du 15 au 31 décembre 1909. Les nouvelles précipitations, neige et pluie, qui s’abattent du 9 au 20 janvier 1910 sur les sols déjà saturés d’eau entraînent une crue record de la Seine et de certains de ses affluents. Du 20 au 28 janvier, les eaux ne cessent de monter, atteignant 8,62 mètres à Paris (jusqu’à la barbe du Zouave du pont de l’Alma), soit 6 mètres au-delà de la cote d’alerte. Dans la capitale, inondée sur 500 hectares, 20 000 immeubles sont touchés, et 150 000 habitants sinistrés. La ville est paralysée : on ne peut s’y déplacer qu’en barque, le métro, les trains et les usines cessent de fonctionner. Il en va de même dans de nombreuses communes de proche banlieue. La lente décrue, qui dure trente-cinq jours, révèle des dégâts considérables.

Un diplôme pour les marins bretons de Paris

L’image intitulée Souvenir des inondations de Paris 1910 est une lithographie réalisée en 1910 par Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915), peintre, dessinateur et illustrateur français. De 1909 à 1913, il collabore au journal hebdomadaire Le Breton de Paris par des chroniques d’art ainsi que des dessins et illustrations. En février 1910, le Dr Le Fur, fondateur du journal en mai 1908, lui commande la réalisation d’un diplôme d’honneur par lequel le journal souhaite rendre hommage aux marins bretons pour leur rôle pendant les récentes inondations de Paris. En effet plusieurs dizaines d’entre eux, équipés de barques appartenant à la ville, se sont dévoués pour assurer les déplacements dans les rues submergées, permettant entre autres à de nombreux Parisiens de se mettre à l’abri. Le diplôme réserve une place, en bas à droite, pour le nom de son futur titulaire.

Encadrée de petites bouées de sauvetage, la lithographie montre les quais de la Seine à Paris, symbolisée par la tour Eiffel et le Palais du Trocadéro se détachant à l’horizon. Les lampadaires largement immergés témoignent du niveau de la crue, et c’est à perte de vue que s’étend ce paysage aquatique. Au premier plan, deux barques se touchent, dirigées par des marins bretons à la rame, à la gaffe ou à la pagaie. La plus grande transporte femmes, enfants et paquets.

Améliorer l’image de l’immigré breton

Lié à la Société de la mutualité bretonne, Le Breton de Paris est un journal « fait par des Bretons et pour des Bretons » pour informer, aider et organiser leur importante communauté – plus de 200 000 personnes établies à Paris et dans sa banlieue en 1910. En effet, suite à la misère et à la forte natalité qui régnaient alors en Bretagne, la seconde moitié du XIXe siècle a vu ces populations rurales émigrer en masse et partir chercher du travail à Paris.

Ce diplôme a pour objet de revaloriser l’image de ces immigrés, travailleurs pauvres souvent craints et mal vus par la population parisienne. Dans leur élément nautique accidentellement transposé à Paris, les Bretons révèlent leurs vertus : c’est avec compétence, sérénité, donc en toute sécurité, que les marins transportent leurs passagers sur les eaux de la Seine. Bien sûr, il s’agit de vendre l’hebdomadaire que le diplôme accompagne, mais aussi de renvoyer une image « héroïque » des Bretons aux immigrés eux-mêmes, aux Bretons de Bretagne ainsi qu’aux Parisiens. Le « souvenir » ainsi proposé, qui s’apparente aux images touristiques, entretient une mythologie du Breton, marin solide sachant garder le cap dans la tempête.

Marc AMBROISE-RENDU, 1910, Paris inondé, éditions Hervas, Paris 1997.

R.MARTI et T.LEPELLETIER, L’hydrologie de la crue de 1910 et autre grandes crues du bassin de la Seine, in La Houille Blanche, n°8, 1997.

Marc TARDIEU, Les bretons de Paris de 1900 à nos jours, éditions du Rocher, Paris, 2003.

Alban SUMPF, « Souvenir des inondations de Paris 1910 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/souvenir-inondations-paris-1910

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Fanfare des fusiliers marins américains à Saint-Nazaire - U.S. Army Signal Corps

La Guerre en musique

La guerre change de disque

Début juillet 1917, comme le montre un cliché pris sur le port de Saint-Nazaire, la Grande Guerre est en passe de…

La Guerre en musique
La Guerre en musique

Souvenir des inondations de Paris 1910

L’inondation de 1910

De fortes pluies tombent sur le Bassin parisien du 28 octobre au 9 décembre, puis du 15 au 31 décembre 1909. Les nouvelles…

Le mariage à la campagne au XIXe siècle

Le mariage et la culture rurale française

La législation matrimoniale connaît une réforme en profondeur sous la Révolution : soustrayant le…

Le mariage à la campagne au XIX<sup>e</sup> siècle
Le mariage à la campagne au XIX<sup>e</sup> siècle
Le mariage à la campagne au XIX<sup>e</sup> siècle
Le mariage à la campagne au XIX<sup>e</sup> siècle

Combats de Quiberon

Le 27 juin 1795 en baie de Quiberon, la flotte britannique débarque sur la plage de Carnac plus de quatre mille émigrés et quelques centaines de…

La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV

La démission du parlement de Bretagne et l’arrestation du procureur général La Chalotais (1765)

À l’issue de la désastreuse guerre de Sept Ans (…

La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV
La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV

La guerre de Vendée

L’Ouest catholique et royaliste manifeste très tôt une vive opposition aux bouleversements créés par les événements révolutionnaires de 1789. La…

Un marchand d'images

Au milieu du XIXe siècle la population française est déjà assez largement alphabétisée, cependant de grandes disparités existent d’une région à l’…

revolte-papier-timbre-f

La révolte du papier timbré

La dernière grande révolte populaire

La révolte du papier timbré, ou des bonnets rouges, qui éclate en Bretagne en juillet 1675 est la dernière…

Le travail à domicile

Accepté au Salon du printemps 1888, Le Tisserand valut à son auteur, le peintre et théoricien[1] Paul Sérusier, une mention lors de l’attribution…

Hélène Jégado, la Brinvilliers bretonne

Un procès en marge du coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte

Statistiquement parlant, les empoisonneuses sont particulièrement nombreuses sous la…