Une noce en Basse-Normandie. La belle-mère apporte le trousseau de la mariée.

Une noce en Basse-Normandie. La belle-mère apporte le trousseau de la mariée.

La rançon du marié ou Noce alsacienne.

La rançon du marié ou Noce alsacienne.

Une Noce en Bretagne.

Une Noce en Bretagne.

Repas de noces à Yport.

Repas de noces à Yport.

Une noce en Basse-Normandie. La belle-mère apporte le trousseau de la mariée.

Une noce en Basse-Normandie. La belle-mère apporte le trousseau de la mariée.

Date de création : 1834

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

Lithographie.

© MuCEM, Dist.RMN - Grand Palais D. Adam

https://www.photo.rmn.fr/archive/06-510718-2C6NU0BMZ1IE.html

06-510718 / 1960.34.1

Le mariage à la campagne au XIXe siècle

Date de publication : Mars 2011

Auteur : Charlotte DENOËL

Le mariage et la culture rurale française

La législation matrimoniale connaît une réforme en profondeur sous la Révolution : soustrayant le mariage à la juridiction de l’Église, la loi du 20 septembre 1792 le transforme en un contrat laïc conclu devant un officier civil avant le mariage religieux. Elle instaure par ailleurs le divorce au nom du respect de la liberté.

Si ces nouvelles dispositions favorisent la nuptialité, qui fait alors un bond aussi bien dans les villes que dans les campagnes, elles n’ont toutefois que peu d’incidence sur les pratiques du monde rural. Comme le montrent ces peintures et gravures, les rituels matrimoniaux y demeurent inchangés durant une grande partie du XIXe siècle : regardé comme un événement qui s’inscrit dans le cycle de la vie, le mariage reste un rite de passage. Obéissant à un folklore fondé sur les traditions qui régissent le fonctionnement de la communauté villageoise, il culmine toujours avec la cérémonie religieuse, elle-même suivie de festivités collectives qui prendront une importance particulière surtout vers le milieu du siècle, en plein âge d’or des campagnes françaises.

Les rituels du mariage dans les campagnes

Cette gravure de Joseph Bellangé représente le moment où, lors d’une noce villageoise en Basse-Normandie, la belle-mère apporte le trousseau de la mariée dans une charrette attelée de deux vaches et d’un cheval. En haut du chargement trône une armoire massive que retient une corde. Élément fondamental de tout mariage, le trousseau fait ici l’objet d’un transport au cérémonial bien codifié et prend ainsi la dimension d’un rituel symbolique de passage : la mariée a quitté son ancienne demeure pour entamer une nouvelle vie auprès de son époux.

C’est aussi d’un rite de passage qu’il s’agit dans cette peinture d’Alfred Pabst intitulée La Rançon du marié ou Noce alsacienne : accompagné de son épouse, le marié est « rançonné » par les gens du village qui tendent une corde devant eux. Les musiciens qui jouent du tambour et de la trompette, les villageois qui assistent à la scène de leur fenêtre ou dans la rue, montrent bien que le mariage est une festivité collective.

Il en va de même dans cette toile, datée de 1863, où Adolphe Leleux a représenté un mariage en Bretagne : rassemblés en grand nombre, Bretons et Bretonnes en costume traditionnel s’adonnent à des danses et à des réjouissances dans le village où se déroule la noce. En Bretagne, les danses débutaient souvent dès la sortie de l’église, alors que dans la plupart des autres régions, elles suivaient le repas de mariage.

Dans le scénario nuptial, le repas de noces constitue le point culminant des festivités : il permet aux hôtes de communier collectivement avec les mariés, ainsi que le suggère cette peinture d’Albert Fourié. Elle représente le moment solennel où les mariés se portent un toast l’un à l’autre lors d’une noce fêtée à Yport, dans le pays de Caux. Sous les pommiers en fleurs, des invités en costume de ville côtoient des personnes vêtues du costume traditionnel de la région.

Des traditions au folklore

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, la révolution industrielle entraîne un exode massif des paysans vers les villes. Entre autres conséquences de ce phénomène, nombre de coutumes nuptiales tombent en désuétude ou ne perdurent que sous la forme de pâles copies. Devant cet effacement de la France rurale et de ses mœurs, les ethnographes entreprennent de recueillir les ultimes traces de rites séculaires.

Parmi les premiers à prendre conscience de l’urgence de la situation, Arnold Van Gennep parvient dès le début du XXe siècle à susciter la curiosité publique envers les cultures populaires en voie de disparition. Publié de 1937 à 1958, son Manuel du folklore français contemporain constitue une immense encyclopédie sur les mœurs et coutumes des campagnes françaises, où il a abondamment traité la question du mariage et où il a élevé l’étude du folklore au rang de science.

Parallèlement à cette entreprise, une autre école d’ethnologie naît autour de Georges-Henri Rivière qui est, avec Paul Rivet, à l’origine de la fondation du musée des Arts et Traditions populaires en 1937. Bien qu’il ait mis près de trente ans à sortir de terre, ce musée s’est très tôt affirmé par ses expositions et ses enquêtes nationales comme le réservoir officiel des aspects aussi bien matériels qu’immatériels de la culture populaire.

Jean-Claude BOLOGNE, Histoire du mariage en Occident, Paris, Lattès, 1995.Fernand BRAUDEL, Histoire économique et sociale de la France, tome III « L’avènement de l’ère industrielle, 1789-1880 », Paris, P.U.F., 1976.Daniel FABRE, « Le ´ Manuel du folklore français ª d’Arnold Van Gennep » in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome III « Les France », Paris, Gallimard, 1997.Jean GAUDEMET, Le Mariage en Occident, Paris, Éd.du Cerf, 1987.Arnold VAN GENNEP, Manuel du folklore français, Paris, A.Picard, 1936-1957.

Charlotte DENOËL, « Le mariage à la campagne au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 18/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mariage-campagne-xixe-siecle

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Un marchand d'images

Au milieu du XIXe siècle la population française est déjà assez largement alphabétisée, cependant de grandes disparités existent d’une région à l’…

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIXe siècle

Alors que le XIXe siècle est souvent décrit comme un siècle de déchristianisation, due au déracinement que provoquent exode rural et…

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIX<sup>e</sup> siècle
Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIX<sup>e</sup> siècle

L'incendie de Rennes

Les stigmates d’une ville meurtrie

Le 23 décembre 1720, en début de soirée, un incendie prend pour cadre la ville de Rennes, chef-lieu d’…

La division de la province de Bretagne en cinq départements

Un accord unanime

La carte d’origine, gravée dans son cadre gradué, était dédiée en 1771 au duc de Duras (1715-1789), noble et militaire de haute…

Fanfare des fusiliers marins américains à Saint-Nazaire - U.S. Army Signal Corps

La Guerre en musique

La guerre change de disque

Début juillet 1917, comme le montre un cliché pris sur le port de Saint-Nazaire, la Grande Guerre est en passe de…

La Guerre en musique
La Guerre en musique

Le vêtement en Bretagne

Les foires représentent un moment important dans la vie quotidienne des campagnes. Elles ont lieu au bourg, vers lequel des centaines de paysans…

Souvenir des inondations de Paris 1910

L’inondation de 1910

De fortes pluies tombent sur le Bassin parisien du 28 octobre au 9 décembre, puis du 15 au 31 décembre 1909. Les nouvelles…

L'école républicaine en Bretagne

L’enseignement pour tous dans la France rurale sous la IIIe République

Au XIXe siècle, la Bretagne est encore largement déficitaire en…

Le travail à domicile

Accepté au Salon du printemps 1888, Le Tisserand valut à son auteur, le peintre et théoricien[1] Paul Sérusier, une mention lors de l’attribution…

La mort de Roland

Le mythe de Roncevaux

Seul épisode fameux du règne de Charlemagne qui n’implique pas directement le futur empereur d’Occident, la mort tragique de…