Aller au contenu principal
Guernica

Guernica

Date de création : Mai-juin 1937

Date représentée : 26 avril 1937

H. : 349,3 cm

L. : 776,6 cm

Huile sur toile.

Domaine : Peintures

© Succession Picasso, 2024 © Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía

Lien vers l'image

DE00050

  • Guernica
  • Guernica

Guernica

Date de publication : Mars 2024

Auteur : Paul BERNARD-NOURAUD

Un artiste face à la guerre civile

En janvier 1937, le gouvernement de la République espagnole, qui tente de résister au coup d’État militaire lancé contre lui six mois plus tôt, passe commande à Pablo Picasso d’une œuvre pour le pavillon espagnol de l’exposition universelle de Paris, dont l’ouverture est prévue pour mai.

L’artiste, déjà internationalement reconnu, conserve le style post-cubiste qui est le sien à cette période, et il reste libre de son sujet ; seul le format lui est imposé : l’emplacement qui lui est imparti appelle une peinture monumentale, de trois mètres cinquante de haut sur près de huit mètres de long.

En janvier, justement, Picasso avait exécuté une série de planches sur le thème de la guerre civile, y moquant sur un mode carnavalesque la figure de celui qui y avait conduit : le général Francisco Franco. Mais la taille de ces gravures intitulées Songe et mensonge de Franco (Sueño y mentira de Franco) était sans commune mesure avec le grand format qu’on attendait de lui. Les quelques esquisses qu’il dessine à partir d’avril trahissent son indécision. Elles indiquent également qu’il s’oriente alors vers un tout autre thème, celui de « l’atelier de l’artiste ». Ce choix a pu laisser penser que Picasso évacuait la dimension politique de son projet. Le précédent de L’Atelier du peintre. Allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique (musée d’Orsay) que présente Gustave Courbet à l’occasion de la première exposition universelle parisienne en 1855, et dont les dimensions sont comparables à ce qui deviendra Guernica, suggère cependant que le peintre espagnol aurait pu y entremêler à sa vision personnelle des considérations politiques.

Tout change cependant à la fin du mois d’avril 1937. La presse rapporte alors que le 26, la cité basque de Guernica (Gernika en basque) vient de subir un bombardement aérien inédit. Trois heures durant, une soixantaine d’avions venus principalement d’Allemagne nazie ainsi que de l’Italie fasciste détruisirent méthodiquement la ville. Guernica ne représentait pas une cible militaire (la seule usine d’armement qui s’y trouvait fut épargnée), et la viser au moyen de bombes incendiaires un jour de marché, tuant délibérément des centaines, voire des milliers de civils, constituait par conséquent un véritable acte de terrorisme guerrier.

Dès le 1er mai, et jusqu’au 4 juin 1937, Picasso se consacra exclusivement à la réalisation d’une toile commémorant cet événement. Dora Maar, sa compagne, en photographia les différentes étapes dans son atelier des Grands-Augustins à Paris. Une documentation précieuse qui permet de comprendre comment le peintre y a rassemblé tout ce que l’histoire de l’art compte de cris afin de les faire voir jusqu’à produire, à partir d’eux, ce qui est sans doute le dernier grand tableau d’histoire du XXe siècle.

Faire voir le cri

Le choix de maintenir l’ensemble de la composition dans une palette chromatique faite de noirs, de blancs et de gris, permet à Picasso d’accentuer les contrastes entre les différentes figures qu’il y réunit. Les contours heurtés qu’il leur donne ainsi que la prévalence d’angles pour les éléments architecturaux qui les environnent ajoutent encore à l’aspect fragmenté de la composition qui se lit comme une frise, scandée par toute une série de cris.

De gauche à droite, le spectateur découvre successivement une mère hurlant sa douleur d’avoir perdu son enfant sous un taureau tirant la langue, tandis qu’un cheval hennit dans sa direction et qu’un oiseau piaffe entre eux. Sous ce premier groupe gît une tête d’homme bouche ouverte, séparée de son bras tenant un glaive brisé. La pointe guide le regard vers deux autres figures féminines qui se retournent elles aussi vers la gauche, celle d’en haut portant une lanterne dont la lumière répète celle du plafonnier placé à l’aplomb du cheval. À droite, enfin, ce sont des flammes qui éclairent une maison d’où tente de s’extraire une dernière figure appelant au secours, les bras tendus vers le ciel.

La disjonction entre, d’un côté, le morcellement des divers éléments de la composition et, d’un autre côté, le réseau de lignes enchevêtrées qui les maintient ensemble provoque chez le spectateur une sensation elle-même ambivalente. Il se trouve à la fois confronté à une surface presque aussi plane que pourrait l’être une photographie, dont les effets de profondeurs sont simplement indiqués par les variations de tons, du noir au blanc, et, simultanément, il est absorbé par la monumentalité de l’image ainsi créée.

Le dernier grand tableau d’histoire du siècle dernier

Ce rapport d’échelle invite à ranger Guernica dans le genre du tableau d’histoire. Celui-ci avait pourtant pour fonction traditionnelle de glorifier les héros du passé, ainsi que les victoires qu’ils avaient remportées. Guernica rend au contraire hommage aux victimes de l’histoire. À cet égard, il s’inscrit explicitement dans le sillage du Trois mai 1808 (1814, musée du Prado) de Francisco Goya, que Picasso admirait, et dont il considérait la lanterne placée au centre de l’espace pictural comme le fanal de la mort elle-même.

Les références artistiques que convoque Guernica sont cependant multiples. Elles confèrent même au tableau la valeur d’une vaste récapitulation de l’histoire de l’art. Pour n’en donner qu’un aperçu, on peut remarquer que sa propre pietà (1) s’inspire de celles du Massacre des Innocents (1304-1306, chapelle Scrovegni de Padoue) de Giotto, que son guerrier mort compile deux modèles antique (le Galate blessé du musée archéologique d’Athènes et les Tyrannoctones de celui de Naples), ou encore que ses femmes dépoitraillées ressemblent à la Madone à l’Enfant de Jean Fouquet (ca. 1452-1455, Anvers). Sans compter toutes les références internes à son œuvre, qui montrent qu’il n’a pas complètement renoncer à représenter son propre « atelier ».

Ce foisonnement qui apparente Guernica à un véritable manteau d’Arlequin (une figure prisée du peintre) explique sans doute en partie que la critique de l’époque ait été en partie décontenancée par le tableau. Picasso y avait en quelque façon enfoui l’événement qui lui avait donné lieu sous d’autres motifs qui ne permettaient plus d’identifier le massacre de Guernica en tant que tel. Ce faisant, pourtant, l’artiste avait élaboré une œuvre qui dépassait son contexte de création, ce qui lui permit de s’imposer comme une référence universelle. Guernica permit en effet de mobiliser les opinions pour la cause républicaine, à Paris d’abord puis dans les différentes villes d’Europe où l’œuvre fut montrée par la suite, tout en produisant une image elle-même convocable pour d’autres conflits postérieurs. Autrement dit, Picasso fit paradoxalement accéder Guernica à la peinture d’histoire en extrayant son œuvre de l’histoire spécifique qui lui avait donné lieu.

Picasso, l’engagement politique : Guernica, une vidéo du Mooc Picasso, coproduit par le Grand Palais RMN et la Fondation Orange

Timothy J. CLARK, Picasso and Truth : From Cubism to Guernica, Princeton & Oxford, Princeton University Press, 2013.

Laëtitia DESSERRIERES, Clotilde FOREST, Vincent GIRAUDIER, Isabelle LIMOUSIN, Émilie BOUVARD (dir.), Picasso et la guerre, Paris, Gallimard, musée de l’Armée, musée national Picasso, 2019.

Carlo GINZBURG, « L’ampoule et l’épée : une lecture de Guernica », 2001, in Peur révérence terreur.

Quatre essais d’iconographie politique, tr. de l’anglais et de l’italien par Marc Rueff, Dijon, Les presses du réel, 2013.

Géraldine MERCIER (dir.), Guernica, Paris, Gallimard, musée national Pablo Picasso, 2018.

Steven A. NASH (dir.), Picasso and the War Years, 1937-1945, Londres, Thames et Hudson, 1998.

1 - Pietà : iconographie religieuse fréquente au Moyen Âge et à la Renaissance, elle représente la Vierge pleurant le Christ mort sur ses genoux.

Cubisme : Courant artistique, né peu avant la guerre de 1914, dont les pionniers furent Pablo Picasso et Georges Braque. Il porte un nouveau regard sur l’objet, dont les volumes et les plans peuvent être représentés de manière stylisée et vus simultanément sous plusieurs angles. Il s’inspire à la fois des recherches formelles de Paul Cézanne et des arts premiers.

Peinture d'histoire : Genre pictural majeur représentant des scènes inspirées de l’histoire, de la religion, de la mythologie ou de la littérature.

Paul BERNARD-NOURAUD, « Guernica », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 18/07/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/guernica

À découvrir :

Guernica bombardée, une étude de l'Histoire par l'image.

Le Dossier pédagogique de l'exposition Guernica, Musée Picasso, Paris, 2018

Pourquoi Picasso a peint Guernica, une vidéo RFI, Culture Prime

Repensar Guernica sur le site web du musée national centre d'art Reina Sofía : un ensemble de ressources et de photographies sur Guernica, avec un gigapixels de l'oeuvre 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La Révolte du Caire, le 21 octobre 1798

La Révolte du Caire, le 21 octobre 1798

La révolte du Caire est un épisode de l’expédition d’Egypte menée par Bonaparte. Le Directoire souhaitait éloigner ce général trop populaire qui…

Thiers proclamé « Libérateur du Territoire », le 16 juin 1877

Thiers proclamé « Libérateur du Territoire », le 16 juin 1877

La fin d’une longue carrière

Au début de la IIIe République, Adolphe Thiers achève une longue carrière politique commencée sous la…

Courbet, le colporteur du réalisme

Courbet, le colporteur du réalisme

La rencontre de Gustave Courbet avec la reconnaissance

Le début des années 1850 marque, pour Gustave Courbet, celui de sa reconnaissance. Celle-ci…

Le Deux mai 1808 à Madrid

Le Deux mai 1808 à Madrid

D’alliés à occupants, les Français et le soulèvement des Madrilènes

En 1814, soit près de deux ans après que le territoire espagnol a été libérée…

L’exécution de l’empereur Maximilien du Mexique

L’exécution de l’empereur Maximilien du Mexique

L’écho de la mort d’un empereur

Le 8 juillet 1867, Le Figaro informe ses lecteurs français de l’exécution de l’empereur Maximilien du Mexique,…

Victoire et défaite du Premier Empire

Victoire et défaite du Premier Empire

Apogée et déclin du Premier Empire

Les deux grands formats de Théodore Géricault respectivement intitulés Officier de chasseurs à cheval de la…

Victoire et défaite du Premier Empire
Victoire et défaite du Premier Empire
La Mort de Léonard de Vinci

La Mort de Léonard de Vinci

Léonard de Vinci à Amboise, auprès de François Ier, et la légende de sa mort par Vasari

Invité par François Ier, Léonard de…

La Mort de Léonard de Vinci
La Mort de Léonard de Vinci
Philippe Auguste et Paris

Philippe Auguste et Paris

Auguste et fondateur

Le nom de Philippe Auguste, c’est-à-dire Philippe II, est étroitement associé à l’essor de Paris au XIIIe siècle sur le plan…

Louis XIII et Poussin

Louis XIII et Poussin

Un grand décor historique

Initialement commandée en 1828 pour le musée Charles-X, qui accueillait les antiquités égyptiennes et gréco-romaines…

Adélaïde Labille-Guiard

Adélaïde Labille-Guiard

Le triomphe d’une académicienne

En 1785, dans le salon carré du Louvre, non loin du Serment des Horaces de Jacques Louis David (1748-1825),…