Monsieur et Madame Toujours-Soif en belle humeur

Monsieur et Madame Toujours-Soif en belle humeur

Date de création : 1830-1837

H. : 36 cm

L. : 56 cm

Titre complet : "Monsieur et Madame Toujours-Soif en belle humeur, Jean Toujours-Soif, capitaine de l'invincible compagnie des buveurs de bière, madame Toujours-Soif, née du Café, présidente de la société des soeurs de la Cafetière".

Bois de fil, estampe coloriée, pochoir, vergé.

Éditeur : Deckherr (Montbéliard)

© RMN-Grand Palais (MuCEM) / Jean-Gilles Berizzi

Lien vers l'image

Inv.77.80.44D - 04-001279

Les Stéréotypes du buveur

Date de publication : Janvier 2006

Auteur : Myriam TSIKOUNAS

Montbéliard fut, entre 1800 et 1850, l’une des capitales de l’imagerie populaire, au même titre qu’Épinal ou Wissembourg. Les frères de Deckherr, qui ont produit M.r et M.me TOUJOURSSOIF en belle Humeur, tenaient boutique dans cette ville. Ils étaient également imprimeurs de l’autre côté de la frontière, à Porrentruy. Alors qu’en Suisse ils confectionnaient les très sérieux imprimés officiels de l’administration et le Journal du Jura, dans le Doubs, par contre, ils s’étaient spécialisés dans l’édition à bon marché et moralisante. Ils y fabriquèrent, jusqu’en 1850 – année où l’imprimerie fut détruite par un incendie – des histoires naturelles et des vies de saints, des almanachs et des livres de prière, des abécédaires illustrés présentant les arts et métiers de façon très codifiée. Ils réalisèrent aussi quelques gravures sur bois humoristiques comme celle-ci.

Les contraintes d’une fabrication bon marché entraînent une utilisation originale des rapports entre texte et iconographie.

Pour prouver au spectateur que l’intempérant est dépensier et ruine sa famille, le panneau sur lequel sont retranscrits les propos du personnage affirme « En buvant tout de mon vivant, qu’ai-je à faire d’un testament ? ». Parallèlement, l’estampe montre un carreau cassé.

Par le truchement d’un poème tout en rimes embrassées et en octosyllabes, Jean Toujours-Soif dit « chaque jour vidant douze pots » être « gai, dispos et d’un embonpoint respectable ». À l’image le buveur subit les effets de l’alcool sur son corps. Il a pris la couleur jaune d’or de la bière, il est rond au sens propre avec son chapeau posé de travers sur sa tête et son gilet déboutonné sur son énorme ventre ; il ressemble aux contenants brassicoles : il est ventru comme un muid ou une barrique. Il tient une chope dans une main et une pipe dans l’autre pour rappeler que l’âcreté du tabac se marie naturellement bien avec l’amertume de la bière.

À la différence de son mari, madame Toujours-Soif, qui « ne boit ni bière, ni vin, Mais le café, soir et matin », est élégante, bien coiffée et assise très droite sur son siège.

Dans cette gravure destinée à une diffusion massive, l’artiste dénonce, par l’humour, les effets de l’abus d’alcool. Mais pourquoi choisit-il de montrer un buveur de bière et non de vin, alors que, tout au long du XIXe siècle, le marché de la bière ne s’étend que faiblement au-delà des régions frontalières du Nord et de l’Est ? Vraisemblablement parce que, installé en Franche-Comté, il s’adresse en priorité à une clientèle régionale. Peut-être aussi parce que, à partir des années 1830, la bière, moins alcoolisée que le vin, commence à bénéficier de préjugés favorables et se voit assimilée à une panacée qui nourrit, « étanche la soif » et possède des vertus diurétiques.

Le café, introduit en France sous Louis XIV, est lui aussi, au XIXe siècle, paré de toutes les vertus. Boisson préférée de Napoléon, le « caoua », qui accroît l’endurance en retardant l’apparition de la sensation de fatigue et favorise les tâches intellectuelles, devient l’envers de l’alcool. Si, contre toute attente, il est ici critiqué, c’est peut-être parce que, au moment même où cette image est fabriquée par les frères de Deckherr, une nouvelle croyance se fait jour, véhiculée par des médecins misogynes et popularisée par l’historien Jules Michelet. Selon cette légende, cette « sobre liqueur, puissamment cérébrale », en rendant les élites tempérantes, aurait certes stimulé les Encyclopédistes… mais elle aurait également contribué à éloigner les femmes, qui ne peuvent plus s’en passer, de l’amour et de la vie de famille. Ainsi Madame Toujours-Soif, qui prétend que le café lui est « indispensable » se demande : « Plutôt tous les hommes haïr, Que la tasse de Café fuir ? »

Dominique LERCH, Almanachs, bibliothèque bleue, imagerie, in Bulletin de la Société d’émulation de Montbéliard, n° 112, 1990, p.197-295.

Jules MICHELET, Histoire de France, tome XVII, Paris, Lacroix et Cie éditeurs, 1877 (rééd.Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1998).

Antoine MONAQUE, L’illustration dans les abécédaires imprimés par les Deckherr à Porrentruy et Montbéliard (1810-1860), in Bibliothèque de l’École des chartes, tome 158, 2000.

Imagerie populaire : Née avec les techniques d’impression mécanique qui permettent la reproduction d’une même image à l’infini et sa diffusion à moindre coût et au plus grand nombre à des fins d’information, mais également de propagande. L’un des principaux centres de fabrication de ces gravures populaires est Épinal – on parle en ce cas d’images d’Épinal.

Myriam TSIKOUNAS, « Les Stéréotypes du buveur », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/stereotypes-buveur

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La Blanchisseuse - Honoré Daumier

Le travail des femmes au XIXe siècle

Si le thème du travail dans la peinture est courant en Hollande, et ce depuis le XVIIe siècle, ce n’est pas le cas en France, où l’on a longtemps…

Le travail des femmes au XIX<sup>e</sup> siècle
Le travail des femmes au XIX<sup>e</sup> siècle
Le travail des femmes au XIX<sup>e</sup> siècle
Le travail des femmes au XIX<sup>e</sup> siècle

La grève des années 1880

Les années 1880 sont marquées par une importante crise économique et sociale. Les mouvements de grève, autorisés depuis la loi de 1864 sur les…
"L'Alcool voilà l'ennemi"

L'École, premier lieu de lutte contre l'alcoolisme

Depuis 1873, année de promulgation des « lois Théophile Roussel » réprimant l’ivresse publique, les représentants des ligues de tempérance…

L'Esclave volontaire - WILLETTE Adolphe

Adolphe-Léon Willette : promotion et dénonciation de l'alcool

En 1872, au lendemain du désastre de la Commune et de la grande peur sociale qui s’ensuit, plusieurs ligues antialcooliques sont créées. Elles se…

Adolphe-Léon Willette : promotion et dénonciation de l'alcool
Adolphe-Léon Willette : promotion et dénonciation de l'alcool
Dans un café ou L'Absinthe - Edgar Degas

Regard sur l’alcoolisme

L’œuvre fut probablement montrée lors de la deuxième exposition impressionniste sous le titre Dans un café.

À partir de 1876, une…

Dans un café ou L'Absinthe - Edgar Degas

La « Fée verte »

Jusqu’à la fin des années 1870, les hygiénistes français véhiculent l’idée que l’alcoolisme est l’apanage des « classes ouvrières ». Durant la…

La « Fée verte »
La « Fée verte »

Les codes publicitaires de l'alcool et du tabac dans les années 1930

Des origines de leur promotion, vers 1850, jusqu’aux lendemains de la Grande Guerre, presque toutes les affiches et encarts publicitaires en faveur…
Les codes publicitaires de l'alcool et du tabac dans les années 1930
Les codes publicitaires de l'alcool et du tabac dans les années 1930
Monsieur et Madame Toujours-Soif

Les Stéréotypes du buveur

Montbéliard fut, entre 1800 et 1850, l’une des capitales de l’imagerie populaire, au même titre qu’Épinal ou Wissembourg. Les frères de Deckherr,…

Le Bal du Moulin de la Galette. Auguste Renoir

Bonne et mauvaise ivresse

À Paris, en 1829, des médecins et des chimistes fondent les Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale, dont l’objectif est de rendre compte…
Bonne et mauvaise ivresse
Bonne et mauvaise ivresse