La salle de bain gothique.

La salle de bain gothique.

La toilette.

La toilette.

La salle de bain gothique.

La salle de bain gothique.

Date de création : 1810

Date représentée :

H. : 40,5

L. : 32,5

Huile sur toile.

© Photo RMN - Grand Palais - Bulloz

Liens vers l'image

00-004895

La toilette, un moment d’intimité féminine

Date de publication : Avril 2011

Auteur : Alexandre SUMPF

La « salle de bain » et sa représentation au XIXe siècle

Au cours du XIXe siècle, l’hygiène devient peu à peu un réel objet de préoccupation politique et sociale. Au-delà des multiples actions de « santé et salubrité publiques » menées par les différents organismes publics et privés qui se développent, l’accent est mis sur la nécessité d’éduquer les populations. À travers diverses campagnes de prévention, on encourage les hommes et les femmes à se laver plus et mieux. Une nouvelle pratique de l’hygiène s’installe alors progressivement, qui implique un nouveau rapport à soi et aux autres, et acquiert une signification à la fois privée et sociale.

Concrètement, rares sont les logements équipés d’une salle d’eau ou de bain. Comme l’illustre La Toilette, on se lave généralement dans la chambre à l’aide de bassines ou de baquets disposés à cet effet puis rangés. Cependant, La Salle de bain gothique montre que les plus aisés peuvent disposer de pièces exclusivement destinées à la toilette, avec de véritables baignoires.

Si elle n’est pas rattachée à un espace dédié, la toilette à domicile devient néanmoins un moment de vie privée à part entière. Riche de suggestions iconographiques et imaginaires, elle s’impose comme un motif artistique (et notamment pictural) renouvelé au cours du siècle. À cet égard, La Salle de bain gothique (1810) et La Toilette (1899), qui représentent toutes les deux une femme à sa toilette, permettent de mieux approcher cette pratique, ses lieux, ses représentations et leur évolution.

Le bain, de dos


Peintre de sujets libertins et mondains, mais aussi de scènes de genre (rustiques et mythologiques) ou encore de portraits, Jean-Baptiste Mallet (1759-1835) est l’un des représentants du « style troubadour » propre à la période 1800-1830. Remettant le Moyen Âge à l’honneur, les peintres de ce courant choisissent des thèmes et des décors de l’époque médiévale, avec un grand souci de réalisme. Ainsi, dans La Salle de bain gothique, le dallage à motifs du sol, la nature et la couleur de la pierre (murs et baignoire), la forme rectangulaire, simple et pure, de la baignoire, le vitrail, la porte, les parois et le plafond de la pièce (utilisation des arcs brisés, impression de hauteur, d’espace et de vide) et les accessoires rappellent avec précision le style gothique. Au centre de la pièce apparaît une femme nue vue de dos, éclairée par la lumière de la fenêtre. Achevant de se dévêtir, elle ôte la dernière bretelle de sa robe de corps blanche. Regardant cette dernière, elle offre son profil au spectateur. À sa gauche, un large fauteuil où elle a déposé la robe rouge qu’elle a déjà retirée. Sous la fenêtre se trouve une baignoire rectangulaire en pierre, prête à accueillir la femme.

Avec La Toilette (aussi appelée Rousse), peinture réalisée en 1899, Toulouse-Lautrec (1864-1901) choisit l’un de ses thèmes favoris et représente une femme saisie dans son intimité, plus précisément à sa toilette. Occupant le centre de la composition et présentée de trois quarts en gros plan, la femme arbore une chevelure rousse (autre obsession du peintre) qui, relevée en chignon, révèle au spectateur un dos très blanc, un peu décharné et musculeux. Assise sur un drap blanc étalé sur le tapis noir qui recouvre le plancher de bois, elle se tient les bras sur les genoux et semble pensive. Un autre drap enveloppe le bas de son corps. Sa jambe droite porte un bas noir à demi enlevé. Devant elle, entre deux sièges en rotin apparaît la bassine de métal qui sert à la toilette.

Le moment de la toilette, entre représentation symbolique et réaliste


Avec La Toilette, Toulouse-Lautrec explore un thème souvent traité à l’époque, notamment par Pierre Bonnard et par Edgar Degas. L’influence de ce dernier est manifeste, notamment dans l’usage de la couleur et des tons pastel. Comme lui, Toulouse-Lautrec montre les femmes « à travers le trou de la serrure », avec un grand réalisme, tant pour la description des lieux que pour celle des personnages. Le moment de la toilette concerne ici une femme de condition modeste et se déroule avec simplicité, comme dans la vie quotidienne de l’époque. À l’inverse, La Salle de bain gothique est une représentation plus symbolique, plus rêvée. La pièce pourrait bien se trouver dans un château, et la scène est comme sans âge, ou plongée dans le temps irréel de la chevalerie. L’hygiène n’apparaît pas ici comme une pratique intégrée à la vie courante.

Malgré leurs différences, les deux toiles suggèrent que la toilette est un temps de rêverie et de réflexion, dont les femmes goûtent l’intimité, perdues dans leurs pensées. Cependant, alors que La Salle de bain gothique évoque la douceur, le plaisir (visage de la femme) et une atmosphère spirituelle (exprimée par le cadre gothique et le jeu de lumière), le cadre et le traitement du personnage de La Toilette sont plus directs et plus dépouillés.

Alain CORBIN [dir.], Histoire du corps, vol. II « De la Révolution à la Grande Guerre », Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 2005.André FERMIGIER, Toulouse-Lautrec, Paris, Presses Pocket, coll. « Agora », 1991.François PUPIL, « Peinture troubadour et Moyen Âge gothique » in Sociétés & Représentations, n° 20, Paris, 2005, disponible sur www.cairn.info [http://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2005-2-page-85.htm].Georges VIGARELLO, Histoire des pratiques de santé.Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1999.

Alexandre SUMPF, « La toilette, un moment d’intimité féminine », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/toilette-moment-intimite-feminine

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra

« Peintre des danseuses » : ainsi Manet définit-il Degas dans une lettre adressée à Fantin-Latour en 1868, anticipant d’une dizaine d’années le…

Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra
Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra

Répression de la misère

En France, le vagabondage, défini comme un délit dans le code napoléonien de 1804, est réprimé en milieu rural aussi bien qu’en ville.

L'Arbre d'Amour

L'Arbre d'Amour

La France du XIXe siècle connaît une division sexuelle des tâches, des rôles et des espaces fortement marquée. Il serait évidemment…

Grève du Creusot (Le Monde illustré no 2219, 7 octobre 1899)

Grève au Creusot, 1899

La grève

En 1899, les usines Schneider du Creusot, spécialisées dans la production d’acier Bessemer, constituent la première concentration…

Grève au Creusot, 1899
Grève au Creusot, 1899

Les Femmes savantes, 1682

Le maître de la comédie des femmes

La comédie de Molière (1622-1673) est marquée par la place importante accordée aux femmes, comme dans Les …

Les Demoiselles Harvey

En 1804, alors que Napoléon Bonaparte devient empereur, Jean Auguste Dominique Ingres s’entoure d’un cercle amical hétérogène, composé de peintres…

Marie Vassilieff, une figure de Montparnasse

Marie Vassilieff et l’École de Paris

Née en 1884, Marie Vassilieff étudie la médecine et l’art à Saint-Pétersbourg. Grâce à une bourse de voyage…

Ex-voto de 1662

Une guérison miraculeuse

Au moment où il peint ce tableau, Philippe de Champaigne est un artiste connu et reconnu. Ce peintre flamand installé à…

1937 : les « actions » féministes

Militantismes

La victoire du Front populaire aux élections législatives d’avril-mai 1936 fait souffler un vent de liberté et de progrès social sur…

Charlotte Corday

Le conflit entre les Girondins et les Montagnards à la Convention

Créée le 20 septembre 1792 pour succéder à l’Assemblée législative, la…