Thérèse Degas.

Thérèse Degas.

Madame Jeantaud au miroir.

Madame Jeantaud au miroir.

La Femme à la potiche.

La Femme à la potiche.

Mademoiselle Dihau au piano.

Mademoiselle Dihau au piano.

Thérèse Degas.

Thérèse Degas.

Auteur : DEGAS Edgar

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1863

Date représentée :

H. : 89

L. : 67

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - H. Lewandowski

http://www.photo.rmn.fr

93DE6044/RF 2650

La femme bourgeoise chez Degas

Date de publication : Juin 2015

Auteur : Fleur SIOUFFI

La femme bourgeoise chez Degas

La femme bourgeoise chez Degas

Au milieu du XIXe siècle, la bourgeoisie contribue largement à faire triompher l’individu, la famille et la vie privée. Le discours public, tant juridique que politique, social, esthétique et scientifique, s’attache à délimiter les rôles et les espaces masculin et féminin : à l’homme la direction des affaires et la scène publique, à la femme l’intendance du foyer et la sphère privée. Prisonnière d’une extrême codification de sa vie quotidienne, la femme bourgeoise est constamment en représentation, surtout sous le regard des peintres.

Dans son ambition de faire des portraits de femmes prises dans leurs attitudes familières et typiques, Degas puise par excellence ses modèles dans sa famille et parmi ses proches amies.

Ainsi, pour le portrait de Thérèse Degas, le peintre fait poser l’une de ses sœurs cadettes peu avant son mariage. Coiffée d’une capote blanche nouée d’un large ruban rose et vêtue d’une crinoline grise recouverte d’un châle de dentelle noire, la jeune femme montre, timidement mais sérieusement, la main gauche qui porte la bague de fiançailles. Derrière elle, une fenêtre qui ouvre sur la baie de Naples, résidence de son fiancé, évoque sa future vie de femme mariée, pour laquelle elle s’est préparée.

Tout aussi apprêtée, Mme Jeantaud, l’épouse d’un ami du peintre, vérifie son allure dans une armoire à glace avant de sortir. En jouant sur la complémentarité du modèle et de son reflet dans le miroir, Degas décrit dans les moindres détails la tenue de l’élégante – le chapeau proéminent, la cape aux attaches saillantes qui laisse entrevoir la robe et surtout la cravate-lavallière qui en maintient la collerette, le manchon en fourrure posé sur ses genoux, et même les perles à ses oreilles –, et met en valeur la variété des matières et l’harmonie des couleurs.

Le modèle de la Femme à la potiche pose chez elle, vêtue d’une robe de maison beige et dorée. Près d’elle, une table où sont posés ses bijoux et ses gants, et sur laquelle trône une potiche multicolore contenant un superbe bouquet de fleurs pourpres aux larges feuilles exotiques.

Pour le portrait de l’une de ses amies, Mlle Dihau au piano, Degas, passionné de musique, choisit de la représenter devant son instrument. La jeune pianiste, très coquettement vêtue d’un chapeau à fleurs et à plumes, semble interrompre son morceau pour se retourner, fièrement, vers le spectateur.

La manière dont Degas saisit quelques moments de vie de ces quatre femmes est empruntée à la photographie. Fasciné par ce nouveau mode de représentation du réel, le peintre cherche à échapper dans chacun de ces portraits à la disposition traditionnelle de la figure sur le fond par la multiplication des points de vue - en exploitant par exemple le reflet d’un miroir-, ou encore par le recours à des angles inattendus – comme dans la Femme à la potiche où la figure est entamée par le décor.

Par ces quatre portraits de femmes, Degas pose plus largement un regard objectif sur la femme bourgeoise à son époque. Au-delà de la ressemblance physique, à leur avantage mais sans flatterie, le peintre transcrit parfaitement les enjeux et conventions de leur vie quotidienne, à travers leurs vêtements – reflets de la mode à cette époque et surtout attributs du paraître –, leurs occupations – souvent improductives mais toujours symboliques comme jouer d’un instrument – et leur intérieur – révélateur de leurs devoirs et qualités en tant que maîtresses de maison. Très attentif à ses semblables, Degas apparaît comme le témoin privilégié de la condition de la femme, fer de lance des ambitions de la bourgeoisie, dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Philippe ARIES et Georges DUBY Histoire de la vie privée, 3 : De la Révolution à la Grande Guerre Seuil, 1987.Jean-Paul ARON Misérable et glorieuse, la femme au XIXe siècle Fayard, 1980.Christophe CHARLE Histoire sociale de la France au XIXe siècle Seuil, 1991.Adelie DAUMARD Les Bourgeois et la bourgeoisie en France Aubier, 1987.Georges DUBY et Michèle PERROT (dir.) Histoire des femmes, le XIXe siècle Plon, 1991.I. DUNLOP Degas Neuchâtel, Ides et Calendes, 1979.G. FORGE Degas Flammarion, 1988.Henri LOYRETTE Degas Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1988.D. SUTTON Degas Nathan, 1986.Collectif, Catalogue d’exposition : Degas e l’Italia Villa Médicis, 1984.Collectif, Catalogue d’exposition : Degas Grand Palais, 1988.

Impressionnisme : Courant artistique regroupant l’ensemble des artistes indépendants qui ont exposé collectivement entre 1874 et 1886. Le terme a été lancé par un critique pour tourner en dérision le tableau de Monet Impression soleil levant (1872). Les impressionnistes privilégient les sujets tirés de la vie moderne et la peinture de plein air.

Fleur SIOUFFI, « La femme bourgeoise chez Degas », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/femme-bourgeoise-degas

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Portrait d’une famille bourgeoise

Au milieu du XIXe siècle, la grande bourgeoisie, à la fois actrice et bénéficiaire de la révolution industrielle, cherche à laisser à…

Femmes à la cigarette dans les années 1920

Les années 1920

L’image d’une femme coiffée à la garçonne faisant tressauter son long collier de perles sur une piste de danse et une musique de…

Femmes à la cigarette dans les années 1920
Femmes à la cigarette dans les années 1920

Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan

Entre 1804 et 1807, le port de Bordeaux connaît une période relativement faste en comparaison des années sombres de la Révolution. Sous la…

Cyclisme, triplette à deux roues - Louis Valet

Le vélo sous toutes ses formes

Le vélo à la « Belle Époque »

Dans un premier temps réservée à la bourgeoisie, la pratique du « vélocipède » s’est largement répandue à partir…

Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes

L’haussmannisation

Bien que survenue quarante ans après celle de Londres, la brutale métamorphose de Paris sous le Second Empire a frappé l’opinion nationale et…

L’haussmannisation
L’haussmannisation
L’haussmannisation

La mode des courses de chevaux

C’est sous le Second Empire que les premiers grands champs de courses sont créés.

Dans ses Mémoires, le baron et préfet de la Seine…

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Un album documentaire à visée professionnelle

En 1910, Atget réalise un album de soixante photographies intitulé Intérieurs parisiens, début du XXe…

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime

Lors de son premier séjour à Rome, de 1775 à 1780, David rencontre le fils de monsieur Pécoul, qui lui remet un mot d’introduction pour son père,…

La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime
La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime

L’Enseigne, dit L’Enseigne de Gersaint

Réalisé le temps de huit matins, entre le 15 septembre et la fin de l’année 1720, L’Enseigne de Gersaint est l’un des derniers tableaux de Jean-…

<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>

La Toussaint

Consacrée à tous les saints martyrs et fixée au 13 mai par le pape Boniface IV en 610, la commémoration de la fête de la Toussaint, inspirée d’une…