Verdun. Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz.

Verdun. Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz.

Auteur : VALLOTTON Félix

Lieu de conservation : musée de l’Armée (Paris)
site web

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

H. : 114 cm

L. : 146 cm

Huile sur toile.

© Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Pascal Segrette

http://www.photo.rmn.fr

06-501097 / 21889 ; Eb 1518

Verdun

Date de publication : Septembre 2008

Auteur : François ROBICHON

Alors que la situation militaire de l’Allemagne s’est beaucoup améliorée à la fin de l’année 1915, le général von Falkenhayn décide de « saigner à blanc » l’infanterie française grâce à la supériorité de son artillerie. La place de Verdun constitue un symbole pour les Français, qui s’épuiseront selon lui à la défendre et dégarniront d’autres secteurs du front. Mais les événements ne prennent pas la tournure escomptée. Les pertes allemandes sont bientôt aussi lourdes que celles de leur adversaire. Les moyens mis en œuvre sont pourtant considérables : 1 500 pièces lourdes à tir rapide ont été concentrées sur Verdun. L’offensive débute le 21 février, mais après quelques jours, l’avancée de l’infanterie allemande est stoppée. La résistance française s’organise sous les ordres du général Pétain. L’aménagement de la route qui relie Verdun à Bar-le-Duc, bientôt immortalisée sous le nom de « Voie sacrée », permet d’alimenter la place en hommes et en munitions. De février à septembre, date à laquelle les Allemands abandonnent cette guerre d’usure, Verdun leur coûte 280 000 hommes, tués, blessés, disparus ou prisonniers, tandis que l’armée française y perdra 315 000 hommes. Ce fut la bataille la plus meurtrière de toute la guerre.

Dans le cadre des missions d’artistes aux armées, instituées à l’automne 1916 sous la direction de l’administration des Beaux-Arts, Félix Vallotton (1865-1925) est envoyé en juin 1917 sur le front de l’Est. À la fin de l’année 1917, il entreprend une toile d’assez grand format (115 x 146 cm) intitulée Verdun. Tout en restant figuratif dans son principe, son tableau s’organise autour de faisceaux colorés qui s’entrecroisent au-dessus d’une terre en feu envahie par la fumée des incendies et les nuages de gaz. Par-delà le témoignage visuel, Vallotton a cherché à donner une image synthétique de la guerre, d’où, c’est remarquable, toute présence humaine a disparu. Dès l’année 1916, Vallotton avait publié un album de gravures sur bois, C’est la guerre !, où il donnait ses impressions sur la guerre vécue de l’arrière. Après sa mission dans l’Est, il publie en décembre 1917 un article où il livre son analyse sur la représentation de la guerre et donne les clés de son Verdun : « Dessiner ou peindre des forces serait bien plus profondément vrai qu’en reproduire les effets matériels, mais ces forces n’ont pas de forme, et de couleur encore moins. »

Vallotton a relaté son voyage dans son journal. Parti le 7 juin, il passe par Suippes, Hurlus, Perthes où il approche des premières lignes et visite même des tranchées. Rentré à Paris le 23 juin et très impressionné par ce qu’il a vu, Vallotton « tente de donner forme à ses souvenirs » et exécute rapidement quatorze toiles pour une exposition dite des « peintres aux armées » qui se tiendra en octobre suivant et où l’État lui achètera un Paysage de guerre. Au sujet de Verdun, il écrit sur son « livre de raison », répertoire de ses œuvres qu’il tiendra jusqu’à sa mort : « Verdun. Tableau de guerre interprété, projections colorées, noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz. » Il avait suivi l’actualité de l’offensive allemande à Verdun et noté dans son journal, en date du 29 février 1916 : « Quelle chose horrifique et splendide doit être ce coin de tuerie. » Avant d’être achetée par le musée de l’Armée en 1976, l’œuvre n’a pas eu de succès, malgré la notoriété de l’artiste, apparenté au groupe des Nabis.

Stéphane AUDOIN-ROUZEAU et Jean-Jacques BECKER (Dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Bayard, 2004.Philippe DAGEN, Le silence des peintres, les artistes face à la Grande Guerre, Paris, Fayard, 1996.Kenneth E. SILVBER, Vers le retour à l’ordre. L’avant-garde parisienne et la Première Guerre mondiale, Paris, Flammarion, 1991.Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004. 

François ROBICHON, « Verdun », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/02/2023. URL : histoire-image.org/etudes/verdun-0

Anonyme (non vérifié)

Bonjour ,
Voilà j'aimerais savoir quel message veut t-il faire passé a travers cette oeuvre ?
Si quelqun pourrait me repondre s'il vous plaît
Merci d'avance

mar 08/03/2011 - 06:11 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Plus qu'une œuvre à messages cette peinture me paraît être une tentative de représenter la guerre.

A propos de Verdun, le peintre, Félix Vallotton, écrivait :
« Que représenter dans tout cela ? […] Peut-être les théories encore embryonnaires du cubisme s’y pourront-elles appliquer avec fruit ? Dessiner ou peindre des forces serait bien plus profondément vrai qu’en reproduire les effets matériels, mais ces forces n’ont pas de forme, et de couleur encore moins. »

Une autre étude de cette peinture sur le site L'Histoire par l'image :
http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=722

mar 08/03/2011 - 18:00 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour
Est ce que quelqu'un peut me donner son interprétation des faisceaux de couleur du tableau
merci

mar 02/04/2013 - 18:43 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonjour,
je pense que les faisceaux de ce tableau représentent les bombardement et la fumée qui s’échappent de ceci ou bien l'impact des largages d'obus !

mar 25/02/2014 - 12:03 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Ce tableau rappelle de manière très étonnante certaines toiles d'artistes anglais représentant le secteur de la Somme, o­­ù le troupes britanniques et du Commonwealth étaient engagés dans des combats tout aussi acharnés. Voyez par exemple ce célèbre tableau par C.R.W. Nevinson, 'Bursting shell' ('explosion d'obus): http://www.tate.org.uk/art/artworks/nevinson-bursting-shell-t03676
Que deux peintres soient arrivés indépendamment à des solutions tellement semblables pour représenter la sensation produite par des explosions/éclats laisse supposer que ces sinistres faisceaux étaient bel et bien perçus d'une manière ou une autre (des sillons visibles dans l'atmosphère enfumée? ou des impressions/interprétations purement internes mais viscéralement symbolique d'une puissance d'horreur impossible à représenter - ou même à ressentir - de façon 'littérale'?). Connaissant l'oeuvre de Vallotton, que j'aime beaucoup, j'étais assez sidéré par cette ressemblance et par cette vision apocalyptique.

lun 11/06/2018 - 21:19 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La Bataille de Fontenoy

Du « Bien-Aimé » au « Mal-Aimé »

Louis XV jouit du titre glorieux de « Bien-Aimé » pendant toute la première moitié de son règne. Sa popularité…

La Bataille de Fontenoy
La Bataille de Fontenoy

La bataille de la Marne : l'infanterie au combat

1914, la guerre des plans

La bataille de la Marne est une série d’affrontements à l’est de Paris, se déroulant pour l’essentiel entre le 6 et le 9…

La bataille de la Marne : l'infanterie au combat
La bataille de la Marne : l'infanterie au combat
Episode du siège de Saragosse : assaut de San Engracia - Louis-François Lejeune

Le siège de Saragosse

Depuis 1808, l’Espagne était livrée à une guerre complexe et cruelle entre les occupants français et les révoltés animés d’un fort sentiment…

Napoléon au combat

Formé à l’Ecole militaire de Brienne puis à l’Ecole militaire de Paris, Napoléon Bonaparte en sortit sous-lieutenant d’artillerie en 1785. Homme…

Napoléon au combat
Napoléon au combat

Le siège de Toulon (septembre-décembre 1793)

À la fin de 1792, après les victoires de Valmy et Jemmapes, la situation militaire de la France est excellente, mais la politique conquérante de…

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Une bataille de la Renaissance par un peintre troubadour pour servir la monarchie de Juillet

Dans le but de concilier les héritages…

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour
Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour
La bataille de l'USS Kearsarge et du CSS Alabama Manet Edouard (1832-1883)

La bataille navale du "Kearsarge" et de l'"Alabama"

Un écho de la Guerre civile états-unienne au large des côtes françaises

Au printemps 1864, la France du Second Empire a le regard dirigé sur les…

LOUIS XIV REÇOIT LE GRAND CONDÉ DANS LE GRAND ESCALIER DE VERSAILLES APRÈS SA VICTOIRE DE SENEFFE EN 1674

Louis XIV reçoit le Grand Condé dans le Grand Escalier de Versailles après sa victoire de Seneffe en 1674

La gloire par les armes

Charles Doërr est l’élève de Léon Cogniet (1794-1880), peintre de scènes historiques dont l’influence est indéniable au…

La bataille de Poitiers

Au secours de la patrie en danger

Si l’histoire de Charles Martel (688-741) est relativement mal connue des Français encore aujourd’hui, il n’en…

Le Courage guerrier - Baron Gérard

Regards sur les guerriers gaulois

À l’origine étaient les Gaulois

Jusque dans les années 1820, l’histoire de France se fonde sur celle des princes dont les historiens dressent les…

Regards sur les guerriers gaulois
Regards sur les guerriers gaulois
Regards sur les guerriers gaulois