Les fausses nouvelles de la guerre | Histoire et analyse d'images et oeuvres

Restez

informés !

Abonnez-vous à notre

newsletter

Cliquez-ici

Les fausses nouvelles de la guerre

Date de publication : juin 2021

Partager sur:

Contexte historique

Censure et désinformation

Pendant le premier conflit mondial, les autorités civiles et militaires ont toutes expérimenté la tension entre information, mobilisation et contre-espionnage.

Un artefact produit en Allemagne en 1915 témoigne du fait que l’information était à la fois un enjeu militaire et un outil de propagande intérieure et internationale. Si ses auteurs sont restés anonymes, l’éditeur du pamphlet, Friedrich Blos, était un fournisseur officiel de la cour impériale installé à Karlsruhe, élu municipal depuis 1908. En commerçant avisé, il a sans doute vu là un moyen d’attirer la foule dans son magasin.

Son initiative, assez unique dans son genre, s’inscrit dans un contexte de censure à la fois militaire et civile de toute information précise sur ce qui se passe au front. Faute d’accès, les journalistes en sont réduits à se concurrencer en usant des ficelles du sensationnalisme utilisées pour les faits divers, tissé avec une ardeur patriotique sans bornes.

Analyse des images

Guerre juste et propagande

Le livret, édité à Karlsruhe, comprenait une soixantaine de pages détachables, faisant donc potentiellement office de papier toilette.

Sa couverture, avec son liseré noir et rouge (couleurs du Reich), imite à s’y méprendre celle de nombreux pamphlets nationalistes de l’époque. Il en reprend le titre – Les Nouvelles mensongères de nos ennemis – suivi d’un point d’exclamation, et la typographie aux tailles de police variées, déclinée en rouge et noir. Le sous-titre, en revanche, offre un contrepoint ironique, puisque ces nouvelles ne méritent pas mieux que de servir au nettoyage des excréments, un acte fort de patriotisme accessible à tous.

À l’intérieur, chaque page présente, sous le titre de l’ouvrage, un exemple de ces mensonges en flagrant délit. Selon l’éditeur, on n’aurait pas hésité à écrire à Paris : « L’armée allemande envoie des bataillons disciplinaires en uniforme avec l’ordre d’asperger d’essence des villages français, voire des hôpitaux et des couvents, et de les incendier. Les commandants allemands répondent aux pleurs et aux supplications de la malheureuse population par des ricanements. » Reuters à Saint-Pétersbourg, le Times de Londres ou d’autres journaux français sont placés sur le banc des accusés.

Interprétation

Un lourd héritage

Entre 1914 et 1918, la guerre de l’information a ouvert de nombreux fronts – non seulement entre nations ennemies, mais également au sein des systèmes d’alliance, et même au cœur des sociétés mobilisées. Ainsi, sous couvert de dénoncer la grossière propagande de l’Entente, le papier toilette humoristique allemand commet plusieurs erreurs sans doute volontaires, faisant passer pour fausses des exagérations ou des faits avérés. L’exemple venait de haut, puisque dès les premières semaines du conflit, Allemagne et France ont publié des livres (jaunes pour la France) censés rendre publics les documents authentiques attribuant à l’adversaire la responsabilité du déclenchement des hostilités. L’absence de certaines informations cruciales et le sentiment que la censure cachait bien des choses ont ouvert la porte aux multiples rumeurs du temps de guerre – assez véridiques pour être colportées, mais suffisamment douteuses pour qu’on n’y croit pas totalement. Puisque certaines vérités n’étaient pas bonnes à dire et que la propagande en faisait des tonnes, surtout quand la guerre promettait d’être courte et victorieuse, autant projeter sur le réel sa lecture personnelle de la guerre.

Bibliographie

BEURIER Joëlle, « La Grande Guerre, matrice des médias modernes », Le Temps des médias : revue d’histoire, no 4, 2005, p. 162-175.

BLOCH Marc, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre, Paris, Allia, 1999 (1re éd. 1921).

LE NAOUR Jean-Yves, Djihad (1914-1918) : la France face au panislamisme, Paris, Perrin, 2017.

Pour citer cet article
Alexandre SUMPF, « Les fausses nouvelles de la guerre », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/fausses-nouvelles-guerre
Glossaire
  • Artefact : Objet fabriqué ayant subi une transformation, même minime, par l’homme, et qui se distingue ainsi d’un autre provoqué par un phénomène naturel. L’artefact regroupe les ustensiles, les bâtiments et les œuvres d’art. À l’origine, le terme désigne un phénomène créé de toutes pièces par les conditions expérimentales.
  • Triple Entente : Ou Entente. Alliance élaborée entre la France, la Grande-Bretagne et la Russie à partir de 1898 pour contrebalancer la Triple Alliance (ou Triplice), formée par l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie.
  • Commentaires

    Albums liés

    La contre-propagande allemande sur le thème de la « barbarie »