Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion.

Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion.

Date de création : 1942

Date représentée : 19-déc-42

H. : 0

L. : 0

© BPK, Berlin, Dist RMN - Grand Palais - image BPK

http://www.photo.rmn.fr

08-547126

Pierre Laval, le collaborateur en chef

Date de publication : Avril 2014

Auteur : Alexandre SUMPF

Une réunion assez exceptionnelle

Le 19 décembre 1942, Pierre Laval, chef du gouvernement de Vichy, rencontre Hitler dans son Wolfsschanze (« tanière du loup » en allemand), situé dans les bois du hameau de Forst Görlitz près de Rastenburg en Prusse-Orientale. Au cœur de ce « blockhaus » constitué de cabanes en rondins de bois aux toits couverts d’herbe, il assiste à une réunion en compagnie du Führer, de Gian Galeazzo Ciano (gendre de Mussolini et ministre italien des Affaires étrangères), du maréchal Hermann Göring (commandant en chef de la Luftwaffe et ministre de l’Air) et de Joachim von Ribbentrop (ministre des Affaires étrangères du Reich). Les discussions portent notamment sur la création d’une police française supplétive exigée par Hilter et censée collaborer avec les Allemands pour maintenir l’ordre en France.

Prises ou tournées par les services personnels d’Hitler, les images de la réunion sont diffusées principalement en Allemagne et en France, via la presse et les actualités animées. C’est notamment le cas du cliché « Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion » étudié ici. Si Laval et Hitler se rencontrent à quelques reprises entre 1940 et 1944, une telle entrevue dans l’un des lieux les plus « intimes » du pouvoir nazi reste unique et assez exceptionnelle. À ce titre, « Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion » possède une valeur documentaire mais aussi politique et symbolique.

Dans la « tanière du loup »

Prise dans l’une des maisons forestières du Wolfsschanze où se tient cette rencontre diplomatique, « Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion » montre un décor assez original pour ce type d’événement. C’est en effet dans une simple (et relativement petite) pièce aux murs faits de planches que ces hommes de pouvoir se réunissent. Le mobilier est aussi extrêmement sobre, dépouillé.


Autour d’une table ronde, on découvre six hommes assis dont, visibles de face et de gauche à droite, Laval (costume civil sombre), Hitler (costume civil décoré d’une croix de guerre), le comte Galeazzo Ciano et Hermann Göring (tous deux en uniforme). De dos mais visible de profil (deuxième en partant de la droite), on croit peut-être reconnaître von Ribbentrop.

Si quelques carnets servant à la prise de notes se trouvent sur la table, les hommes semblent à ce moment écouter Göring, qui se sert de ses notes. Laval est concentré sur son interlocuteur, l’air et le visage graves, la mâchoire presque serrée. Hitler, une main dans la poche et un peu ailleurs, semble regarder dans le vide. Ciano se gratte le menton de la main et, en pleine réflexion, fixe sans la voir l’une des feuilles de Göring.

Au cœur de la collaboration


C’est tout d’abord par son cadre assez étonnant que le cliché « Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion » est assez remarquable. En effet, il ne s’agit pas ici d’une rencontre officielle entre le chef de l’État allemand et son homologue français, mais d’une réunion de travail entre collaborateurs, sans faste et sans cérémonial. Le décor si simple où aucune marque du pouvoir n’est visible (sinon les uniformes de certains) dit ainsi une forme de familiarité, confirmée par les postures et les attitudes. C’est bien au cœur du pouvoir nazi, dans un endroit pratique et intime qu’est reçu Laval. Une rencontre qui témoigne tout autant (et paradoxalement) de l’étroitesse de cette collaboration (pas de distance formelle) que du manque d’égards pour un vassal.

À ce titre, l’attitude d’Hitler peut aussi être interprétée comme le signe involontaire de sa supériorité. Si ce dernier peut se permettre d’être un peu absent, pensif sinon relâché, Laval semble plus tendu, nécessairement attentif. Remis au pouvoir le 18 avril 1942 à Vichy par les Allemands qui l’ont choisi parmi plusieurs personnalités, Laval est bien un collaborateur auquel on accorde une confiance modérée, mais aussi le représentant d’un État vaincu duquel on exige toujours plus sans beaucoup accorder en retour. Pour celui qui dit « souhaiter la victoire de l’Allemagne » (discours du 22 juin 1942), qui vient de voir la zone libre envahie par les Allemands (11 novembre 1942) et de recevoir les pleins pouvoirs accordés par Pétain sous pression nazie (13 novembre), le moment figuré par « Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion » est donc visiblement ambivalent : conforté dans son statut, il est aussi humilié et dominé. Convoqué dans « la tanière du loup », il ne peut que lui obéir.

· Jean-Pierre AZÉMA, Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome XIV « De Munich à la Libération, 1938-1944 », Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1979, nouv. éd. 2002.

· Jean-Pierre AZÉMA et Olivier WIEWIORKA, Vichy, 1940-1944, Paris, Perrin, 1997.

· Jean-Pierre AZÉMA et François BÉDARIDA, La France des années noires (2 vol.), Éditions du Seuil, Paris, 1993.

· Jean-Pierre AZÉMA et François BÉDARIDA (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1992.

· Robert PAXTON, La France de Vichy, Paris, Éditions du Seuil, 1973.

· Philippe VALODE, Le Livre noir de la collaboration 1940-1944, Paris, Acropole, 2013.

Alexandre SUMPF, « Pierre Laval, le collaborateur en chef », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/pierre-laval-collaborateur-chef

Anonyme (non vérifié)

Je souhaiterais un commentaire un peu plus distancié et équilibré. Nous ne sommes plus au temps des bons (les Résistants) et des méchants (les Kollaborateurs et les Allemands en général) de ma jeunesse. Je sais que je vais en faire sursauter plus d'un et d'une, mais je ne crois pas que tous les bons étaient dans un camp et les mauvais dans l'autre et je rappelle que l'Histoire est écrite par les vainqueurs, ce qui introduit un biais dont il serait bon, 70 ans plus tard, de tenir compte. Non à la pensée unique, fût-elle de gauche. Merci.

jeu 03/04/2014 - 15:36 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La collaboration par le travail

Promouvoir le travail en Allemagne

Depuis 1940, et durant toute la guerre, de nombreux volontaires étrangers choisissent de partir travailler en…

Londres, capitale de la résistance européenne

Une affiche « européenne »

De septembre 1939 à juin 1941, l’Allemagne nazie accumule les succès militaires en Europe. La Pologne, le Danemark, la…

Hitler à Paris

La « Blitz Besuch » (visite éclair)

L’armistice franco-allemand est signé le 22 juin 1940. La moitié nord et la côte atlantique du territoire…

Hitler à Paris
Hitler à Paris

La milice française

La milice française et le régime de Vichy.

La Milice française est créée par le régime de Vichy le 20 janvier 1943. Constituée d’environ 30 000…

Vichy et ses ennemis

L’affiche de propagande.

Très prisée pour la promotion de la Révolution Nationale, l’affiche de propagande connaît une diffusion et une…

L’Occupation en symbole

Le château de Chambord sous l’Occupation

Dès avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le château de Chambord est choisi pour mettre de…

Les artistes sous l’Occupation : Joséphine Baker

Joséphine Baker à Paris en 1940

Chanteuse, danseuse et meneuse de revue, Joséphine Baker (1906-1975) connaît un immense succès en France dans les…

Femme demandant des renseignements à un policier français - Harry Croner

La "Rafle du billet vert" 1/2

En reportage avec la Gestapo

Parmi la centaine de clichés documentant la « rafle du billet vert » récemment réapparus, nombreux sont ceux qui…

La
La

La propagande allemande

La première affiche de la propagande allemande diffusée en France

L’armistice du 22 juin 1940 rend officielle la défaite de la France face aux…

Les femmes des FTP-MOI

Le défilé du 29 août 1944 à Marseille vu par un témoin privilégié

Quatre jours après le débarquement en Provence qui commence le 15 août 1944, le…