A Loubet 1er.

A Loubet 1er.

Henri Barboux, avocat, élu à l'Académie française.

Henri Barboux, avocat, élu à l'Académie française.

A Loubet 1er.

A Loubet 1er.

Date de création : 1906

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

Format carte postale.

© Photo RMN - Grand Palais - J.-G. Berizzi

http://www.photo.rmn.fr

05-525542 / MAHJ97.17.056

Le scandale de Panama

Date de publication : Septembre 2011

Auteur : Alexandre SUMPF

Un « scandale » entré dans la postérité

Connue sous le nom de « scandale de Panama », l’affaire de corruption qui impliqua des industriels, des journalistes et des hommes politiques français éclate en 1892. Le plus grand scandale financier du XIXe siècle en France se solde en 1893 par les condamnations de Ferdinand de Lesseps ainsi que par la démission d’Émile Loubet, alors ministre de l’Intérieur et anciennement ministre des Travaux publics (1887-1888). Devenu président de la République (1899-1906), ce dernier continue pourtant de voir son nom associé au « scandale », comme l’indique la caricature réalisée en 1906 par Orens Denizard, A Loubet 1er, preuve que cette affaire demeure longuement et profondément ancrée dans les mémoires et l’imaginaire collectif.

Ce n’est par contre qu’indirectement que la plaquette sculptée sur cuivre « Henri Barboux, avocat, élu à l’Académie française », réalisée par Paulin en 1907, est liée à cet épisode. En effet, si Barboux fut bien l’avocat de Lesseps durant son procès, l’œuvre célèbre avant tout son entrée à l’Académie. Pour l’opinion, son nom reste cependant associé à l’affaire de Panama.

Une caricature suggestive

L’estampe A Loubet 1er figure dans un dépliant de petit format qui regroupe vingt-six caricatures d’hommes politiques. Graveur et peintre d’un certain renom, Denizard excelle alors dans la caricature politique au style très reconnaissable. Le trait volontiers grossier présente un Loubet enlaidi, vêtu du costume présidentiel, coiffé d’un chapeau usé et grotesque, et se prenant manifestement pour Napoléon (la main sur la poitrine). L’homme est « entouré » de petits personnages rappelant les épisodes marquants de sa carrière : Dreyfus (à qui il accorde la grâce), un moujik (il est l’un des artisans de l’alliance franco-russe de 1902), un militaire anglais (référence à l’alliance avec le Royaume-Uni) et un homme d’affaires ventripotent (possible allusion à son implication dans le scandale de Panama, qui concerne les milieux financiers). Loubet brandit aussi une canne surmontée d’un bonnet phrygien. Une série d’inscriptions au bas de l’image précisent ces suggestions déshonorantes, la mention Panama apparaissant significativement en premier dans la liste.

Beaucoup plus conventionnelle, l’œuvre « Henri Barboux, avocat, élu à l’Académie française » insiste sur la dignité et l’intelligence (regard droit et perçant, inspiré) de l’homme de droit et de lettres.

Retour sur le « scandale »

Président de la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama, Lesseps organise en 1879-1880 deux premières levées de fonds, à travers l’émission d’actions cotées en Bourse, pour financer les travaux. Mais devant les retards et le surcoût considérable du chantier, les titres s’effondrent, menaçant la réalisation du canal. Lesseps lance alors une nouvelle souscription publique, mais une partie de l’argent est utilisée de manière occulte par différents financiers (notamment Jacques de Reinach et Cornélius Herz) pour convaincre divers journalistes de promouvoir le projet, puis pour acheter des parlementaires afin qu’ils débloquent des fonds publics et promulguent des lois sur mesure pour l’émission d’un dernier emprunt en 1888. Des pratiques qui n’empêchèrent pas le dépôt de bilan de la Compagnie et par là la ruine de près de cent mille souscripteurs, en 1889.

Révélée par Drumont en 1892, l’affaire eut un retentissement considérable, qui devait changer le rapport des citoyens à la presse et au monde politique, libérant un peu plus une approche critique et satirique comme celle qu’exprime l’estampe A Loubet 1er.

Pierre-Alexandre BOURSON, L’Affaire Panama, Paris, Éditions de Vecchi, 2000.Thierry CORNILLET, Emile Loubet, ou la modération au pouvoir, Paris, Éditions les Grilles d’Or, 2008.Marc de BANVILLE, Canal français, l’aventure illustrée des Français au Panama (1880-1904), Panama, Éditions Canal Valley, 2003.Jean-Yves MOLLIER, Le Scandale de Panamá, Paris, Fayard, 1991.

Alexandre SUMPF, « Le scandale de Panama », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/11/2022. URL : histoire-image.org/etudes/scandale-panama

Anonyme (non vérifié)

Il est un peu dommage de ne pas préciser dans l'analyse de l'image que le chapeau haut de forme cabossé réfère à un attentat subit par Loubet à Auteuil le 4 juin 1899 par le baron Christiani (coup de canne sur la tête). Depuis cet événement, les dessinateurs hostiles à Loubet n'auront de cesse d'affubler le président d'un tel chapeau cabossé, élément fondamental de la personnalité caricaturale du chef de l'Etat.

ven 10/08/2012 - 11:13 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Une responsabilité des banques et des journalistes, corrupteurs des politiques, en particulier Jean Rouvier et Clémenceau. Une étude particulièrement basée sur la finance: Jean Bouvier Les 2 scandales de Panama, 1964 Julliard.

jeu 09/03/2017 - 20:49 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur