Emile Zola.

Emile Zola.

Auteur : MANET Edouard

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1868

Date représentée : 1868

H. : 146 cm

L. : 114 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

RF 2205 - 07-529179

Zola, écrivain et ami des peintres

Date de publication : Décembre 2006

Auteur : Fleur SIOUFFI

Zola, écrivain et ami des peintres

Zola, écrivain et ami des peintres

Considéré comme le peintre de la rupture avec la peinture officielle au milieu du XIXe siècle, Manet n’a qu’une célébrité de scandale[1] au début de sa carrière.

Zola, qui n’est encore qu’un jeune journaliste débutant dans la critique d’art, décide de se constituer de manière retentissante l’avocat de Manet[2] et de défendre cette « nouvelle manière en peinture », libérée des conventions académiques au profit de l’observation directe de la réalité moderne.

Pour le remercier de son précieux soutien, Manet fait son portrait.

C’est dans son atelier que Manet a soigneusement « mis en scène » Zola, dans un univers destiné à rappeler ses activités et ses goûts.

Installé à sa table de travail, encombrée symboliquement d’un encrier avec une plume de paon et surtout de livres et brochures dont la plaquette bleu ciel au nom de Manet, en guise de signature du tableau, que Zola a publiée à l’occasion de l’exposition particulière du peintre en 1867, le jeune critique d’art lit distraitement un livre d’art illustré. Dans un cadre sur le mur sont glissées une estampe japonaise représentant un lutteur de sumo, l’une de celles que collectionnait le peintre, une gravure d’après Los Borrachos de Vélasquez et une photographie en noir et blanc d’Olympia qui, contrairement à l’original, détourne la tête vers Zola et lui lance un regard complice comme pour le remercier d’avoir été l’un de ses rares défenseurs.

À travers tous ces indices, le peintre dévie subtilement du seul portrait de Zola vers leurs goûts communs, et surtout sur lui-même.

Ce portrait, accepté au Salon de 1868, révèle au grand public l’effigie de ce jeune journaliste polémique qui vient de publier Thérèse Raquin et nourrit de grandes ambitions littéraires. De plus, il consacre publiquement l’association intellectuelle des deux hommes au moment même où Baudelaire qui, le premier, a vu en Manet « le peintre de la vie moderne », disparaît lentement.

Mais Zola, qui a offert au peintre la défense la plus vibrante et la plus nourrie de toute sa carrière, sera bientôt déçu par la direction « impressionniste » prise par le peintre dans les années 1870 et exprimera dès lors une grande incompréhension devant sa peinture et les nouveaux courants d’une manière générale.

Comme plusieurs peintres illustres – Delacroix avant lui, Picasso après lui –, Manet a eu, en plus de son génie propre, celui d’attirer de grands écrivains, de Zola à Mallarmé.

Françoise CACHIN, Manet, « j’ai fait ce que j’ai vu », Paris, Gallimard, Découvertes Gallimard – RMN, 1994.

COLLECTIF, Regards d’écrivains au musée d’Orsay, RMN, 1992.

Éric DARRAGON, Manet, Paris, Fayard, 1989.

Émile ZOLA, Écrits sur l’art, Paris, Gallimard, 1991.

Émile ZOLA, L’Œuvre, Paris, Garnier-Flammarion, 1985.

Émile ZOLA, Pour Manet, Paris, Éditions Complexe, 1989.

COLLECTIF, Catalogue d’expositions : Manet 1832-1883, RMN, 1983, notice no 106.

COLLECTIF, Fiches pédagogiques du musée d’Orsay : Édouard Manet, musée d’Orsay.

COLLECTIF, Fiches pédagogiques du musée d’Orsay : Zola et les peintres, musée d’Orsay.

Fleur SIOUFFI, « Zola, écrivain et ami des peintres », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/zola-ecrivain-ami-peintres

Anonyme (non vérifié)

Il est curieux que Zola se soit dépris de Manet lors de son "virage impressionniste", mais il est probable qu'ils se seraient opposés une ou deux décennies plus tard au sujet de l'Affaire Dreyfus : si l'on en croit le "Journal" de Julie Manet, sa nièce, les frères Manet et leurs amis Renoir, Degas, Berthe Morisot, peut-être aussi Mallarmé et Jules Boucherit (lorsqu'il avait 20 ans, car ensuite il évoluera) étaient antidreyfusards, pour ne pas dire antisémites. Et Zola aurait sans doute cessé de les fréquenter.

sam 08/09/2012 - 20:00 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Ce site est très bien formé, j'adore le concept. Vous m'avez bien aider merci.
ps: l’animation est parfaite
cordialement Damien

lun 17/11/2014 - 13:46 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Vue du Salon du Louvre

La cinquantaine d’œuvres que nous connaissons de Gabriel-Jacques de Saint-Aubin révèle un goût particulier pour des scènes de la vie courante,…

Zola, écrivain et ami des peintres

Considéré comme le peintre de la rupture avec la peinture officielle au milieu du XIXe siècle, Manet n’a qu’une célébrité de scandale[1…

Critique d'art et engagement

Un nouveau système

Le critique d’art est un acteur culturel aujourd’hui bien connu. Si Diderot peut être considéré comme le premier critique d’art…

Hommage à Cézanne

Hommage à Cézanne

En 1888, de jeunes peintres se sont donné entre eux le nom de nabis (“ prophètes ” en hébreu). Sans être une école, les nabis, qui regroupent des…

Un hommage au Greco

Du « culte du Moi » au nationalisme

Maurice Barrès entama sa carrière littéraire par des ouvrages exaltant l'émotion, « l'épanouissement de l'être…

Marchand d'art moderne

Au service de l’art moderne

Lorsqu’au début de la guerre, Paul Guillaume ouvre sa première galerie, il bénéficie des conseils éclairés d’un poète…

Julius Meier-Graefe

La vie intellectuelle à Berlin au tournant du XXe siècle

Nés respectivement en 1858 et 1867, Lovis Corinth et Julius Meier-Graefe sont deux…

L’Hommage à Delacroix, manifeste de Fantin-Latour

Cette toile est composée peu de temps après la mort de Delacroix, en hommage au peintre disparu en 1863. Érigé en chantre de la modernité dès les…

Félix Vallotton et la Revue blanche

La floraison des petites revues d’avant-garde

Les années 1880 et 1890, âge d’or de la presse en France, voient l’éclosion d’une multiplicité de…

Félix Vallotton et la Revue blanche
Félix Vallotton et la Revue blanche
Félix Vallotton et la Revue blanche