Aller au contenu principal
Vue du Salon du Louvre de 1779

Vue du Salon du Louvre de 1779

Date de création : 1779

H. : 19 cm

L. : 44 cm

huile sur bois, huile sur papier, marouflage

© RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

lien vers l'image

10-501240 / RF 1993-9

Vue du Salon du Louvre

Date de publication : Décembre 2014

Auteur : Joël CORNETTE

La cinquantaine d’œuvres que nous connaissons de Gabriel-Jacques de Saint-Aubin révèle un goût particulier pour des scènes de la vie courante, réalisées à partir de croquis rapides de choses vues. Carnet en poche, arpenteur inlassable de Paris, il n’a cessé de capturer l’instant : son œuvre fait figure de complément visuel au Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier. « Il dessine en tout temps et en tout lieu », écrit son frère Charles-Germain.

Saint-Aubin était particulièrement passionné par le marché des œuvres d’art : nombre de catalogues de peintures portent en marge des dessins de lui au crayon, des petits croquetons saisis sur le vif. Celui de 1776, porte la mention suivante : « Gabriel de Saint-Aubin, peintre de l’Académie de Saint-Luc, dessinoit sur ses catalogues les tableaux à mesure qu’on les exposoit en vente, une bonne partie de ces curieux catalogues est entre les mains du baron de Saint-Julien ».
Il fut l’un des rares artistes à représenter le salon du Louvre au XVIIIe siècle, d’où le vif intérêt documentaire de chacune de ses œuvres.

Sujet du tableau présenté ici, le salon de 1779 fut inauguré le 25 août, jour de la saint Louis, fête royale par excellence, et ferma le 3 octobre. En l’espace de deux mois, 35 000 personnes le visitèrent pour admirer plus de trois cents œuvres, représentant la production de soixante-dix artistes, dont quarante-six peintres (parmi eux Joseph Vernet, Hubert Robert ou Chardin), douze sculpteurs et douze graveurs.

La composition a été préparée au moyen d’une pointe sèche soulignant le contour des cadres, puis peinte sur trois feuillets de papier indépendants, qui ont été ensuite contrecollés sur une toile, un pour chaque mur du Salon carré.

Cette petite huile sur toile (44 cm sur 19 cm), est exposée au Musée du Louvre.
Le regard est ici celui d’un véritable reporter qui semble saisir au vol un instantané en un habile et rapide crayon. On devine au premier plan des groupes de visiteurs qui, sans doute, commentent ce qui est exposé. Le peintre présente l’ensemble des œuvres de la galerie en homogénéisant leur traitement : la représentation des tableaux est soumise à un style pictural abandonnant les contours au profit d’une dilution chromatique qui l’emporte sur la précision du dessin. On peut deviner de grands portraits en pied, des scènes historiques et allégoriques, des paysages, mais nous ne pouvons distinguer aucun sujet particulier, aucun peintre précis.

Pourtant, cette année-là, le public fut impressionné par quelques œuvres singulières, notamment le tableau de François-André Vincent représentant Le président Molé saisi par les factieux au temps des guerres de la Fronde.

Vibrante de vie, cette esquisse s’attache avant tout à traduire visuellement l’atmosphère d’effervescence qui règne dans le Salon carré du Louvre. Elle rend bien compte d’une transformation fondamentale de l’art au siècle des Lumières. Le XVIIIe siècle voit en effet le développement d’un espace ouvert de consommation de l’image : par le biais des salons et de la critique, le public est un nouvel acteur de la scène artistique. Il peut accéder à l’image, la soumettre à son jugement et former son goût.

La date clef est 1747 : à partir de ce moment-là, le Salon devint une institution régulière (tous les deux ans, le 25 août) et très fréquentée par laquelle l’Académie s’ouvrait à un nouveau public. Par là même, elle perdait le monopole de la légitimité de l’appréciation esthétique. Il existait bien désormais un marché, sur lequel n’intervenaient plus seulement les commanditaires aristocratiques ou ecclésiastiques, mais le simple amateur. Quant au portrait du roi, il est bien présent (dans la partie supérieure de l’image), mais extérieur à la représentation.

C’est bien le public, et le public seul, collectif, anonyme, qui dit et qui dicte par son regard et sa perception d’une œuvre, la qualité d’une création artistique. En 1785, dans Le Triumvirat des arts, Carmontelle écrit : « Le Salon est un vaste théâtre où ni le rang ni la faveur ni la richesse ne peuvent retenir des places pour le mauvais goût […]. Le public, juge naturel des beaux-arts, prononce déjà sur le mérite des tableaux que deux ans déjà ont fait éclore. L’expérience des uns, les lumières des autres, l’extrême sensibilité d’une partie et surtout la bonne foi du grand nombre parviennent enfin à produire un jugement d’autant plus équitable que la liberté la plus entière y a présidé. »
Le petit tableau de Gabriel-Jacques de Saint-Aubin traduit bien ce caractère nouveau d’un marché de l’art tout entier offert au jugement du public, où règne « la liberté la plus entière ».

CROW Thomas, La peinture et son public à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Macula, 2000.

DACIER Émile, Gabriel de Saint-Aubin : peintre, dessinateur et graveur (1724-1780), Paris/Bruxelles, G. van Oest, 1929-1931, 2 vol.

GLORIEUX Guillaume, À l’enseigne de Gersaint : Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », 2002.

GUICHARD Charlotte, Les amateurs d’art à Paris au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », 2008.

Académie : L’Institut de France est créé par la loi du 25 octobre 1795 sur l’organisation de l’instruction publique. Au sein du palais de l’Institut de France, travaillent cinq académies : l’Académie française (fondée en 1635), l’Académie des inscriptions et belles-lettres (fondée en 1663), l’Académie des sciences (fondée en 1666), l’Académie des beaux-arts (créée en 1816 par la réunion de l’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648, de l’Académie de musique, fondée en 1669, et de l’Académie d’architecture, fondée en 1671) et l’Académie des sciences morales et politiques (fondée en 1795, supprimée en 1803 et rétablie en 1832). (Source : https://www.institutdefrance.fr/les-cinq-academies/.)

Joël CORNETTE, « Vue du Salon du Louvre », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 21/02/2024. URL : histoire-image.org/etudes/vue-salon-louvre

Le Salon carré du musée du Louvre

Découvrir l'étude L’Enseigne de Gersaint

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Louis XIV par le Bernin

Louis XIV par le Bernin

Le jeune prince et l’illustre artiste

Dans le cadre du projet de reconstruction du Louvre, le cardinal Mazarin projetait de faire appel au…

La seconde mission française à Khorsabad

La seconde mission française à Khorsabad

Une seconde mission française à Khorsabad

En 1851, l’Assemblée nationale vote un crédit pour la poursuite des fouilles menées en 1843-1844 par…

La seconde mission française à Khorsabad
La seconde mission française à Khorsabad
Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Une bataille de la Renaissance par un peintre troubadour pour servir la monarchie de Juillet

Dans le but de concilier les héritages…

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour
Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour
La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

A la mort de Louis XVIII en 1824, son frère le comte d'Artois (1757-1836) accède au trône et porte jusqu’aux Trois Glorieuses le nom de Charles X…

Les artistes serviteurs de l'Empire

Les artistes serviteurs de l'Empire

Napoléon Ier poursuivit la politique entamée sous le Consulat pour reconstruire une société « atomisée » par la destruction de l’Ancien…

Vue de la Seine au XVIII<sup>e</sup> siècle

Vue de la Seine au XVIIIe siècle

L’œil de Paris

La vue de la Seine en aval du pont neuf est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite sur le quai Malaquais ou des…

Les fouilles de Khorsabad

Les fouilles de Khorsabad

Paul-Émile Botta, l’inventeur de l’assyriologie

En 1842, lorsque Louis-Philippe ouvre une nouvelle agence consulaire à Mossoul, le poste de…

Les fouilles de Khorsabad
Les fouilles de Khorsabad
Charles X distribuant des récompenses aux artistes à la fin du Salon de 1824

Charles X distribuant des récompenses aux artistes à la fin du Salon de 1824

A la mort de Louis XVIII le 16 septembre 1824, son frère, le comte d’Artois, accède au trône sous le nom de Charles X. N’ayant renoncé à aucune…

Louis XIV reçoit au Louvre les ambassadeurs des treize cantons suisses (11 novembre 1663)

Louis XIV reçoit au Louvre les ambassadeurs des treize cantons suisses (11 novembre 1663)

Louis XIV, chef de la diplomatie

Ce tableau est la copie réduite de l'un des 17 cartons dessinés par Charles Le Brun, pour la série de…

Vivant Denon (1745-1825), du Museum central des Arts au Musée Napoléon

Vivant Denon (1745-1825), du Museum central des Arts au Musée Napoléon

Forteresse édifiée à partir de 1190 sur l’ordre de Philippe Auguste pour protéger la capitale, le Louvre ne devient une résidence royale à part…