Le Souper de Beaucaire.

Le Souper de Beaucaire.

Date de création : 1869

Date représentée : 29 juillet 1793

H. : 76 cm

L. : 110 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Daniel Arnaudet

Lien vers l'image

MM. 85.2.1 - 97-017501

Bonaparte en révolutionnaire

Date de publication : Décembre 2009

Auteur : Jérémie BENOÎT

Ce tableau fait référence à un événement survenu au début de la carrière de Bonaparte, alors qu’il n’était encore que jeune capitaine.

Il était chargé de convoyer de la poudre destinée aux soldats de l’armée d’Italie, au milieu de l’insurrection fédéraliste du Midi. Le 28 juillet 1793, il descendait à Beaucaire dans la maison de M. Renaudet, pharmacien, et le soir il dînait dans une auberge avec quatre marchands venus pour la foire. C’est à la suite de ce repas qu’il écrivit un texte dialogué intitulé Le Souper de Beaucaire, dans lequel il faisait profession de foi républicaine, tentant de convaincre ses interlocuteurs de la nécessité de la Révolution.

Le tableau se présente comme une toile luministe mettant en valeur le jeune officier face à ses détracteurs interloqués. La lumière semble émaner de lui, il est déjà presque le dieu qu’il deviendra plus tard et semble réellement porter la vérité en lui.

Mais cette vision de l’artiste contraste avec le décor domestique de l’auberge : la cheminée, la table et les reliefs du repas. La composition s’inspire d’œuvres de Rembrandt comme Les Pèlerins d’Emmaüs, du Louvre.

Il est surtout intéressant de considérer les dates de la composition. Lecomte du Noüy commença son tableau à la fin du Second Empire, en 1869. Les événements de 1870 et la chute de Napoléon III le forcèrent à l’abandonner. Il ne fut achevé qu’en 1894. Pourquoi si tardivement ? En fait, les débuts de la IIIe République tournaient à l’avantage des royalistes, et, sans les maladresses du comte de Chambord, il est probable que la monarchie aurait été restaurée. Peindre une œuvre napoléonienne dans ces circonstances était donc très délicat, et ce ne fut que lorsque la République fut définitivement installée, et même après l’épisode du général Boulanger, que le peintre acheva son tableau.

L’esprit revanchard, entretenu par le souvenir des provinces perdues (Alsace et Lorraine), faisait monter alors une fièvre nationaliste qui ravivait le souvenir de l’Empire, et nombre d’artistes produisirent des sujets napoléoniens. Mais le sujet de Lecomte du Noüy n’était pas anodin : le peintre ne représentait pas un événement de la vie de Napoléon, du Premier consul ou du général victorieux en Italie et en Égypte. C’était bel et bien le jeune Bonaparte jacobin, proche d’Augustin Robespierre, le frère de l’Incorruptible, que Lecomte du Noüy mettait ici en scène. Le tableau ne pouvait donc paraître que dans le contexte strictement radical de la dernière décennie du XIXe siècle.

N. HUBERT, Alain POUGETOUX, Châteaux de Malmaison et Bois-Préau. Catalogue sommaire illustré des peintures et dessins, Paris, RMN, 1989.

Jérémie BENOÎT, « Bonaparte en révolutionnaire », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/bonaparte-revolutionnaire

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur