Maximilien de Robespierre (1758-1794).

Maximilien de Robespierre (1758-1794).

Date de création : 1793

Date représentée :

H. : 60

L. : 50

peinture à l'huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

87EE321/MV 5685

Robespierre, incorruptible et dictateur

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Robert FOHR et Pascal TORRÈS

D’origine bourgeoise, fils d’avocat et avocat lui-même, Robespierre est l’une des grandes incarnations de l’esprit de la Révolution. Formé chez les oratoriens à Arras, sa ville natale, puis au lycée Louis-le-Grand, à Paris, il subit l’influence de Rousseau, dont le Contrat social détermina ses positions politiques. Député du tiers état d’Artois, il fut le principal animateur du Club des jacobins. L’Incorruptible exerça un véritable magistère de la parole. D’apparence méticuleuse et respectable, il voulut consacrer sa vie au peuple. Après le 10 août 1792, sa popularité le mena à la Convention où il vota la mort du roi. Entré au Comité de salut public le 27 juillet 1793, il voulut réaliser son idéal démocratique en instaurant un gouvernement populaire fondé sur la vertu et, en temps de crise, sur la terreur. L’expression spirituelle de cette œuvre fut l’institution du culte de l’Etre suprême dont la première fête eut lieu le 8 juin 1794. Détesté non seulement par les modérés, mais aussi par les membres du Comité de salut public qui le discréditèrent en multipliant arrestations et exécutions après l’adoption du décret réorganisant la justice révolutionnaire (22 prairial an II, soit le 10 juin 1794), Robespierre finit par tomber le 9 thermidor an II (27 juillet 1794). Malgré le soulèvement de la Commune, il fut guillotiné le lendemain.

Dans ce modeste portrait anonyme, Robespierre, représenté en buste, nous apparaît dans la mise sévère des députés du tiers état : habit noir avec lequel contrastent un simple jabot blanc et une perruque commune à la plupart des représentants du troisième ordre, tel Mirabeau. Cette austérité, il faut le souligner, n’est pas aussi affirmée dans tous les portraits connus de Robespierre, personnage soucieux de respectabilité et soigné jusqu'à la méticulosité (voir par exemple le très élégant tableau en pied d’Adélaïde Labille-Guiard, exposé au Salon de 1791, aujourd’hui dans une collection privée 1, et le buste dû au sculpteur Claude-André Deseine 2, conservé au musée de la Révolution française, au château de Vizille). La vivacité du regard, l’autorité naturelle et le volontarisme du modèle sont en fait les seuls vrais arguments du portraitiste qui tente ici un portrait psychologique de « l’Incorruptible défenseur du Peuple ».

On conserve un autre portrait de Robespierre « dessiné d’après nature » par le graveur Vérité, d’un formalisme analogue à celui-ci. La légende en est : « Maximilien Marie Isidore ROBESPIERRE, Député de la province d’Artois / Du superbe oppresseur ennemi redoutable, / Incorruptible ami du peuple qu’on accable, / Il fait briller au sein des viles factions, / Les vertus d’Aristide et l’âme des Catons. » Cette référence explicite aux vertus patriotiques de l’Athènes et de la Rome antiques, incarnées par leurs grands hommes, rend compte mieux que ne le ferait aucun autre commentaire de l’intention qui sous-tend une telle image : portrait de l’âme et manifeste de l’engagement politique au prix d’un renoncement aux privilèges du superflu.

François FURET, Mona OZOUF « Robespierre », « Terreur », « Montagnards », « Thermidor », in Dictionnaire critique de la Révolution française Paris, Flammarion, 1988, rééd.coll.« Champs », 1992.Patrice GUENIFFEY La Politique de la terreur, essai sur la violence révolutionnaire Paris Fayard, 2000.CollectifDossier « Robespierre, portrait d’un tyran »L’Histoire n° 177, mai 1994.Collectif De David à Delacroix : la peinture française de 1774 à 1830 , Catalogue de l’exposition au Grand-PalaisEdition des Musées nationaux, Paris,1974-1975.Collectif La Révolution française et l’Europe 1789-1799 , Catalogue de l’exposition au Grand-PalaisParis, RMN, 1989.François FURET, Mona OZOUF « Robespierre », « Terreur », « Montagnards », « Thermidor », in Dictionnaire critique de la Révolution française Paris, Flammarion, 1988, rééd.coll.« Champs », 1992.Patrice GUENIFFEY La Politique de la terreur, essai sur la violence révolutionnaire Paris Fayard, 2000.CollectifDossier « Robespierre, portrait d’un tyran »L’Histoire n° 177, mai 1994.Collectif De David à Delacroix : la peinture française de 1774 à 1830 , Catalogue de l’exposition au Grand-PalaisEdition des Musées nationaux, Paris,1974-1975.Collectif La Révolution française et l’Europe 1789-1799 , Catalogue de l’exposition au Grand-PalaisParis, RMN, 1989.

Robert FOHR et Pascal TORRÈS, « Robespierre, incorruptible et dictateur », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/robespierre-incorruptible-dictateur

Anonyme (non vérifié)

Les auteurs de l'article me semblent à contre courant de la recherche historique et continuent de reprendre à leur compte le mythe historique des thermidoriens.
Je ne saurais trop leur recommander de mettre leu titre à jour après l'intéressante lecture de :
1- Jean-Clément Martin: Robespierre la fabrication d'un monstre (Perrin 2016
2- Hervé Leuwers: Robespierre. biographie ( Fayard 2014)

mer 23/11/2016 - 11:42 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les dernières heures de Marie-Antoinette

Le procès de la reine

Le peuple de Paris voit en Marie-Antoinette celle qui inspire au Roi ses tentatives de résistance au développement des…

Les dernières heures de Marie-Antoinette
Les dernières heures de Marie-Antoinette
Les dernières heures de Marie-Antoinette

La mort de Bara

Né en 1779, Joseph Bara est le fils du garde-chasse du seigneur de Palaiseau. Alors que ses deux frères aînés, engagés dans les armées…

Robespierre, incorruptible et dictateur

D’origine bourgeoise, fils d’avocat et avocat lui-même, Robespierre est l’une des grandes incarnations de l’esprit de la Révolution. Formé chez…

Les débuts de la Terreur

L’historiographie révolutionnaire, très développée au XIXe siècle bien qu’elle prît souvent la forme des opinions professées par ses auteurs, qu’…

Les débuts de la Terreur
Les débuts de la Terreur

L’abbé Grégoire, prêtre et révolutionnaire

Le portrait d’un « prêtre citoyen »

Né en 1750 près de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) dans une famille de modestes artisans ruraux, Henri-Baptiste…

1792, la Nation en arme

Le 11 juillet 1792, face aux défaites militaires et aux menaces d’invasion (des Prussiens du duc de Brunswick et des émigrés du prince de Condé),…

L’abolition de la Royauté - 21 septembre 1792

Le 21 septembre 1792, la Convention nationale décrète l’abolition de la royauté. Ce décret met fin à la longue décadence du pouvoir monarchique…

10 août 1792 - De la monarchie constitutionnelle à la République

Lors de la réunion des états généraux le 5 mai 1789, Louis XVI dispose encore d’un important capital de confiance et de popularité parmi ses…

La Fête de l'Etre suprême, 20 prairial an II (8 juin 1794)

Pourfendre l’athéisme à l’aide d’un simulacre pyrotechnique

La fête de l’Etre suprême du 20 prairial an II (8 juin 1794), voulue par Robespierre et…

La Fête de l'Etre suprême, 20 prairial an II (8 juin 1794)
La Fête de l'Etre suprême, 20 prairial an II (8 juin 1794)

Marat, martyr de la Révolution

Jean-Paul Marat est l’une des figures emblématiques de la Révolution dont il incarne l’ « extrême gauche ». Sa célèbre phrase : « Rien de superflu…