Aller au contenu principal
Troupe militaire progressant à travers les décombres

Troupe militaire progressant à travers les décombres

Auteur : GODET Camille

Lieu de conservation : musée des Beaux-Arts (Rennes)
site web

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

H. : 31 cm

L. : 20,2 cm

Encre de Chine et aquarelle sur papier

Domaine : Dessins

© MBA, Rennes, Dist. RMN - Grand Palais / Louis Deschamps

Lien vers l'image

INV 1990-2-10 - 06-500673

Les Bretons dans la guerre de 1914-1918

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Patrick DAUM

Les Bretons dans la guerre

Le nombre des Bretons tués au cours de la Grande Guerre est estimé à 130 000, ce qui représente un pourcentage de combattants morts supérieur à celui de l’ensemble de la France. Les Bretons, dont la ténacité était bien connue du haut commandement, ont souvent été utilisés pour « tenir » des positions là où d’autres régiments lâchaient prise. Cette population, fortement rurale, d’un naturel assez discipliné, peu revendicative, constituait une « chair à canons » idéale, renouvelée par une forte natalité.
L’année 1917 est traversée par une profonde crise et une usure qui gagnent les combattants, après l’effroyable boucherie de la bataille de Verdun et le désastre de l’offensive du Chemin des Dames. Le désespoir des « poilus » se traduit par des mutineries dont la répression est confiée au général Pétain. Une série de procès et de condamnations à mort « pour l’exemple » s’ensuivent. Toutefois, les mutineries n’atteignirent jamais les unités situées en première ligne.

Godet, le reporter dessinateur

Dégagé des obligations militaires au moment de la mobilisation générale en août 1914, Camille Godet prend néanmoins part au conflit comme engagé volontaire.
Il est affecté à l’état-major du 10e corps d’armée, au service topographique. Son rôle consiste à effectuer des levées et corrections de cartes. Il rapporte de sa guerre, qui durera pendant les quatre années du conflit, un ensemble impressionnant de dessins. Observateur précis des régions qu’il traverse, il s’attache à la description de la vie des hommes, des champs de ruines ravagés par les bombardements qu’il rencontre au fil de ses missions. Troupe militaire progressant à travers les décombres nous plonge dans l’instantané des opérations militaires, dans un décor dévasté promis à la mort, sans toutefois nous conduire au cœur des combats. La mise en page audacieuse n’est pas sans évoquer l’univers de la bande dessinée.

L’engagement des artistes dans le conflit

Les artistes bretons ont été nombreux à participer au conflit et certains y ont laissé leur vie. D’autres ont été grièvement blessés, comme Jean-Julien Lemordant. Mais leur contribution à l’histoire de la Grande Guerre est aussi artistique. Godet et Lemordant ont couché sur le papier leurs années de guerre. Lemordant se fait visionnaire et tire de la guerre des images universelles. Godet appartient à cette nouvelle génération d’artistes qui, plutôt que d’exalter l’héroïsme des « poilus » prêts au suprême sacrifice pour la défense de la patrie, cherche à rendre les dures réalités d’une guerre en laquelle la population ne croit pas. Paradoxalement, les artistes choisissent le plus souvent l’évitement de la violence de la guerre et préfèrent la figurer à distance.

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

Annette BECKER et Stéphane AUDOIN-ROUZEAU La Grande guerre : 1914-1918 Paris, Gallimard coll. Découvertes, 1998.

Collectif Camille Godet, œuvres de guerre 1914-1918, catalogue de l’exposition au Musée du Souvenir des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan, 1er - 27 juin 1999.

Pierre MIQUEL La Grande guerre Paris, Fayard, 1983.

Patrick DAUM, « Les Bretons dans la guerre de 1914-1918 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 14/07/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/bretons-guerre-1914-1918

Anonyme (non vérifié)

que veux dire initialement le mot " bro " en 1918 ??
Quel mot venant d'une autre languge en devient le synonyme du mot "Bro" apres 1918 ?

dim 04/12/2011 - 17:44 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Présentation critique de "Mémoires d’un poilu breton" d’Ambroise Harel

http://ceuxde14.wordpress.com/2013/04/24/un-retour-peu-fete-pour-une-guerre-consentie/

sam 11/05/2013 - 19:46 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Enrichissement du texte apporté par Erwan LE GALL, Directeur du cabinet d'ingénierie mémorielle et culturelle En Envor
http://enenvor.fr

Si l'histoire a gardé l'image des bretons comme "chair à canon", aucun document d’archive n’atteste d’une volonté du commandement de placer les Bretons dans les secteurs les plus dangereux du front. Il est d'ailleurs bien difficile de définir ce qu'est un "régiment breton". De plus, si le recrutement est local en 1914, tel n’est plus le cas au cours du conflit.

Dans le douloureux contexte de l’après-guerre, le nombre de morts est volontiers considéré comme le maître-étalon de la bravoure et des sacrifices consentis par une région. D’où le chiffre régulièrement avancé de 240 000 tués, et non de 130 000 communément admis par l’historiographie.

Bibliographie :

- Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan, Petites patries dans la GrandeGuerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

- Guyvarc’h, Didier et Lagadec, Yann, Les Bretons et la Grande Guerre, images et histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

lun 07/07/2014 - 11:22 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le bal de la liberté

Le bal de la liberté

Cherbourg fête sa libération

Après le débarquement du 6 juin 1944, les troupes alliées progressent dans le Cotentin. À la tête de plusieurs…

« La journée du Poilu »

« La journée du Poilu »

Une guerre qui s’installe dans la durée

L’épisode de la bataille de la Marne, au début du mois de septembre 1914, soude les Français derrière…

« La journée du Poilu »
« La journée du Poilu »
La défaite de l'Empire

La défaite de l'Empire

Fin mars 1814, la campagne de France et le Premier Empire tirent à leur fin. Fortes de 800 000 soldats européens, rejointes par le comte d’Artois…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

L’imagerie populaire et l’imaginaire patriotique

Quand éclate la guerre, au début du mois d’août 1914, l’imagerie populaire a déjà amplement gagné…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Alliés, mais pas trop

Alliés, mais pas trop

Tous contre un

Six mois après le Débarquement de Normandie (6 juin 1944) et l’ouverture du « second front » à l’ouest tant réclamée par Staline,…

Alliés, mais pas trop
Alliés, mais pas trop
La chouannerie sous le regard de la III<sup>e</sup> République

La chouannerie sous le regard de la IIIe République

La chouannerie

La chouannerie est un vaste soulèvement de paysans hostiles à la politique des assemblées révolutionnaires et aux patriotes locaux…

Les Premiers aéroplanes militaires

Les Premiers aéroplanes militaires

La » nouvelle arme »

Durant les premières années du XXe siècle, l’aviation connaît sa véritable naissance : les machines se…

Les Premiers aéroplanes militaires
Les Premiers aéroplanes militaires
Les Premiers aéroplanes militaires
Aux Eparges, avril 1915

Aux Eparges, avril 1915

La guerre de positions, qui succéda rapidement à la guerre de mouvements de l’été et de l’automne 1914, fit perdre tout espoir de gloire. Le…

Images de l'Allemand

Images de l'Allemand

Entre 1914 et 1918, l’usage intensif d’images représentant la « cruauté de l’ennemi » sous diverses formes (dans les livres, les journaux, les…

Images de l'Allemand
Images de l'Allemand
Images de l'Allemand
Les Monuments aux morts de la Grande Guerre

Les Monuments aux morts de la Grande Guerre

La Première Guerre mondiale a fait environ 10 millions de morts dans le monde, et les survivants n’ont eu de cesse de commémorer les disparus. Dès…

Les Monuments aux morts de la Grande Guerre
Les Monuments aux morts de la Grande Guerre