L'Assomption

L'Assomption

Mater Dolorosa

Mater Dolorosa

La Vierge adorant l'hostie

La Vierge adorant l'hostie

L'Assomption

L'Assomption

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1800-1820

Date représentée :

H. : 216 cm

L. : 149 cm

Huile sur toile

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Mathieu Rabeau

Lien vers l'image

INV 7339 - 18-517162

Le culte de la Vierge Marie

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Ivan JABLONKA

Le XIXe siècle, contrairement au XVIIIe, est un grand siècle marial. Que ce soit dans les sanctuaires ou les cantiques, « Marie, Vierge, Mère, Madone et Reine est […] omniprésente » (J. Le Goff, R. Rémond, Histoire de la France religieuse. Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, XVIIIe-XIXe siècle, t. 3, Seuil, 1991, p. 494). Dès 1801, Chaminade rédige un Manuel du Serviteur de Marie. On observe à partir de 1826 la diffusion du Rosaire vivant, qui consiste en prières et méditations sur les mystères de la Vierge. La pratique du mois de Marie se développe ; l’année est scandée par les fêtes de la Vierge, comme la Purification, l’Annonciation, la Visitation, l’Assomption (fêtée le 15 août), etc.

Cette piété mariale est nourrie par de nombreuses apparitions. La Vierge se manifeste en 1830, rue du Bac à Paris, à la novice Catherine Labouré ; en 1846, deux jeunes bergers de La Salette (Isère) l’aperçoivent ; c’est à Lourdes, en 1858, qu’elle parle à Bernadette Soubirous, âgée de 14 ans ; en 1871, quatre enfants de Pontmain (Mayenne) disent l’avoir vue. Ces apparitions, revanches des humbles sur les puissants, suscitent d’importants mouvements de ferveur populaire. La « médaille miraculeuse », utilisée contre le choléra, est frappée à 8 millions d’exemplaires après le prodige de la rue du Bac ; en 1842, elle atteint une diffusion de 100 millions de pièces. La hiérarchie s’intéresse de près à ces affaires. Au cours du siècle, Bernadette Soubirous et Catherine Labouré sont canonisées.

Surtout, le pape prononce en 1854 le dogme de l’Immaculée Conception, selon lequel Marie a été conçue sans souillure.

La peinture porte la trace de cette glorification.

L’Assomption de la Vierge de Prud’hon (1758-1823), souvent comparée aux Madones de Raphaël et de Murillo, remporte dès les années 1820 un vif succès. Dans ce tableau, Marie est miraculeusement enlevée au ciel par des anges. La chaleur des tons, le geste de la Vierge et son drapé tumultueux emportent le fidèle dans un mouvement ascendant qui rappelle la peinture religieuse baroque.

La sensualité et l’atmosphère vaporeuse de cette Assomption contrastent avec la Mater Dolorosa de Flandrin (1809-1864). Élève et disciple d’Ingres, lauréat du prix de Rome en 1832, il représente Marie seule devant la Croix, le visage sévère, chargée des objets de la Passion. La sobriété de la palette et le style dépouillé dénotent la douleur, voire l’angoisse.

La Vierge adorant l’hostie d’Ingres (1780-1867), inscrite dans un cercle comme les tondi de la Renaissance, se recueille devant ce qui symbolise la chair de son fils.

Par-delà leurs différences, les trois tableaux se répondent : la frontalité de la composition tend à impliquer le spectateur, mais la majesté de Marie suscite un respect doublé de fascination.

Que la Vierge soit rappelée au ciel, dépositaire des instruments de la Crucifixion ou en méditation devant l’hostie, elle est toujours associée au Christ. Ici est illustrée l’ « idée d’une étroite participation au Salut, d’une Vierge corédemptrice ». C’est que la redécouverte des souffrances du Fils, au cours du premier XIXe siècle et dans le sillage de la pensée du Napolitain Liguori, attire naturellement l’attention sur Marie.

Mais ces images pieuses célèbrent, outre la mère de Dieu, la beauté de la femme. Ce n’est pas un hasard : on observe, au sein de l’Église, une féminisation des fidèles, des clergés, mais aussi des croyances. L’enseignement des filles, futures épouses et mères, entre dans une stratégie de reconquête catholique, alors que la désaffection religieuse s’accuse chez les hommes. En 1876, les congrégations instruisent 60 % des filles. L’iconographie s’en ressent : les figures de Catherine d’Alexandrie, Sainte-Thérèse de Lisieux, Thérèse d’Avila et Jeanne d’Arc (sans parler de la Vierge) gagnent en importance. Plus largement, les écrits des saint-simoniens, d’Auguste Comte ou de Michelet, pourtant éloignés de toute préoccupation religieuse, traduisent une « véritable sacralisation de la femme » – ce qui n’empêche pas cette dernière d’être en état d’infériorité légale par rapport à l’homme, mari ou père, tout au long du siècle.

Gérard CHOLVY, Yves-Marie HILAIRE, Histoire religieuse de la France contemporaine, 1880-1930, t. 2, Toulouse, Privat, 1985.

Gérard CHOLVY, Être chrétien en France au XIXe siècle, 1790-1914, Paris, Seuil, 1997.

Claude LANGLOIS, Le Catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Éditions du Cerf, 1984.

Jacques LE GOFF, René RÉMOND, Histoire de la France religieuse. Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, XVIIIe-XIXe siècle, t. 3, Paris, Seuil, 1991.

Ivan JABLONKA, « Le culte de la Vierge Marie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/culte-vierge-marie

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Un retour aux sources du catholicisme

Retour à l'Evangile.

La fin du XIXe siècle, siècle du positivisme, du rationalisme, de la montée de la laïcisation des sociétés, est…

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIXe siècle

Alors que le XIXe siècle est souvent décrit comme un siècle de déchristianisation, due au déracinement que provoquent exode rural et…

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIX<sup>e</sup> siècle
Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIX<sup>e</sup> siècle

La ratification du traité de Münster de 1648

Une copie pour le musée de l’Histoire de France

Cette toile, peinte en 1837 par Claude Jacquand (1803-1878), est la réplique d’une œuvre réalisée…

La Lanterne - Journal républicain anti-clérical

Le mouvement anticlérical à la veille de 1905

La France à la veille de la loi de séparation de 1905

La France de la première décennie du XXe siècle est en proie à de nombreuses…

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II

Lille et le culte révolutionnaire

Dans l’histoire française, la « déchristianisation » entreprise à partir de brumaire an II (novembre 1793)…

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II
Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II
Assomption - Pierre-Paul Prud'hon

Le culte de la Vierge Marie

Le XIXe siècle, contrairement au XVIIIe, est un grand siècle marial. Que ce soit dans les sanctuaires ou les cantiques, «…

Le culte de la Vierge Marie
Le culte de la Vierge Marie
Le culte de la Vierge Marie

Le massacre de la Saint-Barthélemy

François Dubois, peintre protestant né à Amiens en 1529, a échappé aux massacres qui se sont produits à Paris le 24 août 1572 et les jours…

Le massacre de la Saint-Barthélemy
Le massacre de la Saint-Barthélemy

Être catholique à la fin du XIXe siècle

Au XIXe siècle, on observe une désaffection à l’égard de l’Église, un détachement qu’ont préparé l’essoufflement de la pratique…

Être catholique à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle
Être catholique à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle

Veto du roi au décret sur les prêtres réfractaires (juin 1792)

Les rapports de force à l’époque de l’Assemblée législative

Le vote de ce décret, qui condamne les ecclésiastiques non assermentés à la déportation…

Veto du roi au décret sur les prêtres réfractaires (juin 1792)
Veto du roi au décret sur les prêtres réfractaires (juin 1792)

L’anticléricalisme dans le premier XIXe siècle

Après la Révolution qui rompt brutalement avec l’Église en récusant l’association, fondatrice de l’Ancien Régime, entre ordre politique et ordre…