Les délégués des colonies et Jules Ferry, novembre 1892.

Les délégués des colonies et Jules Ferry, novembre 1892.

Date de création : 1892

Date représentée : 1895

H. : 90

L. : 78

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - H. Lewandowski

http://www.photo.rmn.fr

96-002039 / AF 3612

Les délégués des colonies et Jules Ferry, novembre 1892

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Marie-Hélène THIAULT

La colonisation française, œuvre de la IIIe République

Durant les années 1880, la république des « Opportunistes », dominée par la personnalité de Jules Ferry, engage la reprise de l’expansion coloniale. Aux yeux de ses défenseurs, influencés pour beaucoup par l’ouvrage décisif de Paul Leroy Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes (1874), la colonisation est œuvre de civilisation, de progrès matériel et d’échanges, elle étend l’aire de l’industrialisation et ouvre de nouveaux débouchés. La grandeur de la nation est également invoquée alors que se fait sentir le désir de réparer l’humiliation de la défaite de 1870. Durant les années 1890 naît un « parti colonial » qui réunit hommes d’affaires et entrepreneurs, et donne naissance en 1892, à la Chambre des députés, à un « groupe colonial », présidé par Eugène Etienne, député d’Oran. La droite conservatrice et nationale, jusque-là hostile, devient favorable aux entreprises outre-mer, tandis que les catholiques les voient comme une chance pour les missions. De 1880 à 1895, l’étendue des possessions françaises passe ainsi de 1 à 9,5 millions de kilomètres carrés, les principales zones d’expansion coloniale étant la Tunisie, le Tonkin, Madagascar et l’Afrique noire.


Rares sont les voix dénonçant les atteintes portées aux droits de l’homme si l’on excepte les quelques personnalités de gauche et d’extrême gauche, notamment Clemenceau, Jules Guesde, Jules Vallès, qui dénoncent les « massacreurs de peuple » selon les mots d’Henri Rochefort dans L’Intransigeant. Aussi le mouvement d’opposition qui se dessine, principalement chez les tenants de l’économie libérale comme Frédéric Passy, dénonce-t-il avant tout le coût de cette politique, jugé excessif.

Le tableau met en scène une réunion du Conseil supérieur des colonies dans une salle du ministère, en novembre 1892.
Cette assemblée consultative des intérêts coloniaux regroupe des représentants désignés par les Français d’outre-mer. Jules Ferry y siège depuis 1890. Les délégués des différentes colonies sont regroupés sous la statue de Dupleix, directeur de la Compagnie des Indes puis directeur général des comptoirs français en Inde sous Louis XV, figure tutélaire et symbolique des échanges économiques. Y figurent, de gauche à droite de la table, Isidore Chessé pour Tahiti, Henri Mager pointant un document placé sur la table de réunion pour la ville de Diego-Suarez (Antseranana, Madagascar) et Dussac pour l’île de Nosy-Bé (Madagascar) ; de Faymoreau, délégué de Mayotte, Jules Ferry reconnaissable à ses favoris pour l’Annam et le Tonkin, Soller, debout derrière sa chaise, pour la Guinée française et Cudenet, assis au premier plan, pour la Nouvelle-Calédonie. Une chaise inoccupée chargée d’objets « d’artisanat indigène » ainsi qu’un « trophée » d’objets de Nouvelle-Calédonie, arrangé selon le goût qui présidait alors à la présentation des objets exotiques (notamment à l’Exposition universelle de 1878), servent de décor à cette réunion.

Peinture d’histoire et mise en scène de l’histoire coloniale française

Ce conseil a œuvré pour la mise en place d’une économie coloniale, la rentabilisation des terres conquises par des cultures spéculatives (café, cacao, vanille, caoutchouc, coton…) ou l’exploitation de minerais destinés à l’industrie et entrant dans le cadre des échanges commerciaux internationaux. Il était relayé localement par des Conseils coloniaux ainsi que par des chambres commerciales ou agricoles, antennes économiques du gouvernement colonial, à l’origine du développement foncier dans les territoires colonisés : mise en œuvre d’une politique d’achat à bas prix de terres auprès des indigènes et de dépossessions foncières sans compensation (comme en Nouvelle-Calédonie), recrutement forcé d’une main-d’œuvre locale ou émigrée, payée à très bas prix.


Ce tableau était exposé dans la section rétrospective du Musée permanent des colonies en 1931, section présentée comme un miroir de « notre histoire coloniale », miroir sentimental où à l’aide de tableaux et de souvenirs personnels étaient évoqués des scènes et des épisodes importants de l’histoire coloniale française.

Raoul GIRARDET L’Idée coloniale en France de 1871 à 1962 Paris, La Table Ronde , 1972, rééd.coll.« Pluriel », Hachette, 1978.Jacques MARSEILLE Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce Paris, Albin Michel, 1984 rééd.coll.« Points Histoire », 1989.Jean-Marie MAYEUR Les Débuts de la Troisième République (1871-1898) Paris, Seuil, coll. « Nouvelle histoire de la France contemporaine », 1973.Alban BENSA Nouvelle-Calédonie, un paradis dans la tourmente Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1990.

Marie-Hélène THIAULT, « Les délégués des colonies et Jules Ferry, novembre 1892 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/delegues-colonies-jules-ferry-novembre-1892

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

Une visite à l’Exposition coloniale de 1931

Les divers documents réunis permettent de découvrir trois pavillons d’aspect monumental élevés à l’…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

Madagascar. 1925. Travail d'écriture en plein air

Madagascar dans les années 1920 : l'intérêt croissant pour cette terre de missions, d'explorations et d'aventures

Depuis la loi de 1896, Madagascar…

La représentation d'une société coloniale complexe

Un peintre rémois aux Antilles

Rares sont les exemples aux Antilles d’œuvres peintes aussi anciennes que ce pastel représentant Quatre femmes…

Le recrutement de la Coloniale

Armée des colons, armée de colonisés

Les troupes coloniales, héritières des unités de Marine créées sous Colbert, ont été instituées en 1900. Au…

Le recrutement de la Coloniale
Le recrutement de la Coloniale
Le recrutement de la Coloniale
Plan and Section of a Slave Ship

Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste

La propagande abolitionniste

Vers 1770, apparaît en Angleterre et aux États-Unis l’abolitionnisme, mouvement d’une nouveauté radicale qui remet…

Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste
Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste
Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste

La guerre juste

Le choc des cultures

Dans une nation moins déchristianisée que la France, où la foi ne constitue pas le principe de ralliement d’un parti (comme…

La guerre juste
La guerre juste
La guerre juste

Révoltes armées d'esclaves en Guyane

La région des Guyanes, et particulièrement la colonie hollandaise qui rassemble près de 50 000 esclaves, se caractérise par des révoltes…

Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane

La IIe République abolit l’esclavage

1848, l’abolition de l’esclavage

Affirmant l’égalité entre les hommes et leur droit naturel à la liberté, les philosophes du XVIIIe

Henri de Rochefort et les déportés de la Commune

La déportation en Nouvelle-Calédonie

Plus de 4 000 communards furent condamnés par les conseils de guerre à la déportation en Nouvelle-Calédonie…

L'Empereur accorde la grâce à la tribu des Flittas - Alfred Darjou

Voyage de Napoléon III en Algérie, 1865

Napoléon III et l’Algérie

Conquis progressivement à partir de la prise d’Alger du 5 juillet 1830, les territoires algériens sont devenus…