Expédition de Madagascar : marche de la colonne légère sur Andriba

Expédition de Madagascar : marche de la colonne légère sur Andriba

Date de création : 1895

Date représentée : 15 septembre 1895

H. : 73,2 cm

L. : 100,2 cm

Huile sur toile. Personnages représentés : Jacques-Charles-René-Achille Duchesne, Louis-Joseph-Gilles de Torcy, capitaine Bassard, capitaine Duchâtelet, maréchal des logis Bernard.

Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

Lien vers l'image

MV 5445 - 21-557137

  • Expédition de Madagascar : marche de la colonne légère sur Andriba
  • Expédition de Madagascar : marche de la colonne légère sur Andriba
  • Expédition de Madagascar : marche de la colonne légère sur Andriba

L’expédition de Madagascar, 1895

Date de publication : Février 2022

Auteur : Guillaume BOUREL

Une conquête sous la pression du lobby réunionnais

L’intérêt français pour Madagascar se précise depuis les années 1860. L’enjeu est d’abord commercial car l’île exporte du riz, des peaux, des produits de teinture et beaucoup de bois exotique, et importe de plus de produits manufacturés, notamment textiles. Anglais et Français tentent d’obtenir des reines Ranavalona II (1868-1883) puis Ranavalona III (1883-1896) (1) l’ouverture du royaume Mérina (2) à leurs marchands. A Paris, les députés de la Réunion poussent les gouvernements de la IIIe République à une politique de la canonnière (3) qui aboutit au traité de 1885 par lequel la France « présidait aux relations extérieures » du royaume Mérina. Les Malgaches restent toutefois réticents à la présence des marchands français. L’Assemblée nationale vote en janvier 1894 les crédits d’une expédition qui doit imposer un protectorat effectif. Le commandant Duchesne est chargé de débarquer avec 18 000 hommes et de prendre la capitale Tananarive.

L’illustrateur Louis Tinayre couvre l’expédition pour le Monde illustré. Il appartient à cette nouvelle catégorie de « peintres-reporters » qui accompagne les campagnes coloniales de la IIIe République. Il suit de mai à août 1895 le commandant Duchesne (1837-1918) jusqu’à la veille de la prise d’Andriba en septembre à laquelle il n’assiste pas car l’officier a refusé que les journalistes accompagnent l’armée. Fort toutefois de ses dessins et photographies, il réalise ce tableau à son retour à Paris. Il fait partie d’un ensemble de trois peintures retraçant les moments forts de l’expédition commandées pour le musée de Versailles.

 

Madagascar conquise par des Africains

A l’arrière-plan, au centre de la toile, se dresse l’imposante crête d’Andriba que tiennent les soldats malgaches, soulignant le défi que les forces françaises doivent affronter. Les officiers coloniaux, qui se distinguent par leur casque blanc, l’observent comme s’ils défiaient un ennemi qui est autant l’armée du royaume mérina que le vaste espace hostile de l’île. Louis Tinayre s’est particulièrement attardé sur les tirailleurs sénégalais aux chéchias rouges et lourdement équipés. Ils forment deux colonnes qui convergent vers le centre du tableau dans une avancée qui paraît aussi inexorable que leur pas est décidé. Sous cette appellation générique, participent à la campagne de Madagascar des Malgaches, des Haoussas recrutés au Niger et également des Réunionnais. Le peintre s’attache à souligner la valeur de ces soldats, marchant pieds nus, sous une chaleur que rendent les teintes pâles des herbes sèches et des rochers.

Donner à voir la conquête coloniale aux Français

Les troupes indigènes ont joué un rôle décisif dans la bataille d’Andriba qui ouvre la voie à la prise de Tananarive. Leur recrutement est nécessaire pour pallier les moyens limités que la métropole consacre à la conquête coloniale et fournit à l’armée coloniale des troupes plus accoutumées aux conditions climatiques. La campagne de Madagascar ne fut pas aussi aisée que le tableau le suggère puisque Duchesne perdit 7000 hommes, succombant pour la plupart à la maladie. Au vu du sacrifice, la reconnaissance d’un protectorat par la reine le 1er octobre ne satisfait pas le gouvernement français qui, unilatéralement, rattache Madagascar au ministère des colonies. Alors que l’opinion publique française s’émeut des pertes élevées au sein du corps expéditionnaire français, le tableau de Louis Tinayre exalte à l’inverse l’épopée française à Madagascar et d’une certain façon la mission civilisatrice dont se réclame la République en mettant en avant les Africains enrôlés par la France. Cette vision à la fois héroïque et exotique s’impose en France et le tableau de la prise d’Andriba a été réutilisé par Louis Tinayre pour l’un des panoramas de 3 mètres sur 5 mètres sur Madagascar qu’il réalise pour l’exposition universelle de Paris de 1900.

Stephen Ellis, Un complot colonial à Madagascar, Karthala, 1990

Jean Meyer, Jean Tarrade, Anne Rey-Goldzeiguer et Jacques Thobie, Histoire de la France coloniale des origines à 1914, Armand Colin, 2016

Jean-Pierre Rioux (dir.) Dictionnaire de la France coloniale, Flammarion, 2007

Lyne Thornton, Les Africanistes, peintres voyageurs (1860-1960), ACR éditions, 1990

1- Ranavalona III (1883-1896) : après l'établissement du protectorat français, la reine fut déposée et déportée à Alger. Elle est la dernière reine de Madagascar.

2- Le royaume Mérina : il naît au centre de l'île ; au XVIIsiècle, la capitale est Analamanga, la future Tananarive actuelle Antananarive. La puissance du royaume s'affirme au XVIIIe siècle, son roi traite avec les Anglais et ouvre l'île aux Européens. Anglais et Français sont présents sur l'île. En 1885, la France installe un résident français à Tananarive, instaurant de fait un protectorat sur Madgascar, protectorat reconnu par l'Angleterre en 1890. 

3 - La « politique de la canonnière » consistait à tirer depuis la mer au canon sur les côtes des États qui ne payaient pas leurs dettes financières. Elle a été abolie par la convention Drago-Porter en 1907.

 

Guillaume BOUREL, « L’expédition de Madagascar, 1895 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 06/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/expedition-madagascar-1895

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La France et les cinq continents.

L'Exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale de 1931 se situe à la fois dans la lignée des expositions universelles de la seconde…

L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée

École de jeunes filles en Algérie

Un intérêt croissant pour l'Algérie

Après la prise d’Alger par les Français le 5 juillet 1830, la monarchie de Juillet, un temps hésitante,…

"Le tour du monde en un jour", une exposition coloniale

La constitution de l’empire colonial français

Depuis les années 1890, la constitution de l’empire colonial français ne rencontre plus de…

La case, ancrage symbolique du Cahier d'un retour au pays natal d'Aimé Césaire

Cette petite construction, précaire, au bord de l’océan, est typique de l’habitat des « 50 pas géométriques ». Cette zone est une bande de…

Pigments de Léon Gontran Damas

L’école coloniale française promeut une petite partie de la jeunesse colonisée afin de l’assimiler et d’en faire la future élite destinée à…

Pigments de Léon Gontran Damas
Pigments de Léon Gontran Damas

Les tirailleurs sénégalais dans la guerre de 1914-1918

Cette peinture de Félix Vallotton est datée de juin 1917, quelques semaines à peine après les offensives d’avril-mai sur le front de l’Aisne et de…

Un « Mozambique », esclave à l'Ile de France

L’esclavage à l’Ile de France (Maurice)

Les Français s’installent au XVIIIe siècle, dans l’ancienne colonie hollandaise de Maurice et baptisent Ile…

Révoltes armées d'esclaves en Guyane

La région des Guyanes, et particulièrement la colonie hollandaise qui rassemble près de 50 000 esclaves, se caractérise par des révoltes…

Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Expédition de Madagascar : marche de la colonne légère sur Andriba

L’expédition de Madagascar, 1895

Une conquête sous la pression du lobby réunionnais

L’intérêt français pour Madagascar se précise depuis les années 1860. L’enjeu est d’abord…

Exposer l’autre : la muséographie des objets non occidentaux au tournant du XXe siècle

Le discours muséographique colonial

Avec l’exploration et la colonisation des pays non occidentaux se développent les expositions d’objets…