Naturel de la côte du Mozambique.

Naturel de la côte du Mozambique.

Date de création : 1807

Date représentée : 1807

H. : 30

L. : 23,5

Gravé par Roger sous la direction de J. G. Milbert.

© Muséum d'histoire naturelle. Le Havre. Collection Lesueur

Coll. Lesueur, n° 19 050-2

Un « Mozambique », esclave à l'Ile de France

Date de publication : Décembre 2006

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS

L’esclavage à l’Ile de France (Maurice)

Les Français s’installent au XVIIIe siècle, dans l’ancienne colonie hollandaise de Maurice et baptisent Ile-de-France cette escale qui facilite et protège la route de leurs bateaux vers l'Inde. L’adaptation du Code Noir à l'usage des Mascareignes, en 1723, favorise l’arrivée de milliers d’esclaves provenant en majorité de l’île de Madagascar et de l'Afrique orientale. L’île cultive le café et les plantes à épices, exploite le bois puis se lance, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans la culture lucrative de la canne à sucre, grande consommatrice de main d’œuvre. La population de l’île passe d’un millier d’habitants en 1735, à 20 000, en 1767, dont 15 000 esclaves. Sous la Révolution, la colonie rejette toute modification de son régime politique et social. En 1796, lorsqu'arrive l’expédition du gouvernement français porteuse du décret d’abolition de l’esclavage de 1794, les commissaires du gouvernement sont contraints de rembarquer et le système esclavagiste est maintenu.

Des esclaves de diverses ethnies

Cette estampe a été gravée d’après un dessin de Nicolas Martin Petit (1777-1804), l’un des artistes embarqués par le capitaine Baudin pour l’expédition aux terres australes partie de France en 1800. A l'Ile-de-France on appelait « Mozambiques » les esclaves noirs d’Afrique pour les distinguer des Malgaches, des Indiens ou encore des créoles nés sur l’île. Mais en réalité, les Noirs transportés depuis la côte orientale de l’Afrique pour devenir esclaves à l’Ile-de-France pouvaient provenir de n’importe quelle ethnie d’Afrique orientale.

Nicolas Petit fait escale deux fois à l’Ile-de-France avec l’expédition Baudin : en 1801, à l’aller, et plus longuement en 1803, au retour. Les scarifications spectaculaires de cet esclave intriguent sans doute ce jeune dessinateur ethnographe, mais il ne peut le représenter dans son milieu naturel comme il l’a fait pour les indigènes d’Australie, de Tasmanie ou de Timor, selon les principes adoptés par l’anthropologie naissante.

Petit lui fait prendre une pose classique, appuyé sur un tronçon de pierre, dans le style à l’Antique qu’il a pratiqué dans l’atelier de David. Ainsi ressortent la plastique et l’étonnant décor corporel du visage, du cou et du buste du jeune Noir. Mais le regard diffère de l’expression sereine et souriante des nombreux indigènes que Petit a peints au cours de l’expédition et laisse filtrer une angoisse contenue. Sans doute l’artiste n’a-t-il rien pu savoir de l’origine de cet homme ni de son histoire, mais son dessin laisse pressentir une énigme.

Les scarifications, largement pratiquées par les sociétés primitives, forment des boursouflures obtenues en introduisant des morceaux de bois sous la peau. La main d’œuvre servile de l’Ile-de-France en présentait de nombreux exemples. En 1809, un voyageur, Epidariste Colin, relève que chaque ethnie a son mode de parure corporelle caractéristique et décrit avec précision celles des diverses ethnies africaines présentes dans l’île. Il est ainsi possible de situer l’origine des scarifications de cet esclave dans le peuple des Yao : « On les reconnaît à l’aide des étoiles qu’ils se font sur le corps et sur les joues, ainsi qu’à deux ou trois barres horizontales au-dessous des tempes. » Les Yao avaient noué des rapports anciens avec les peuplades côtières, pour le commerce ; installés près du lac Nyassa, ils acheminaient de l’ivoire et des esclaves en échange d’étoffes et de fusils.

Depuis le territoire des Yao, cet homme avait dû accomplir un voyage particulièrement éprouvant de mille kilomètres à pied, avant le transport par mer jusqu’à l’Ile-de-France, pendant lequel beaucoup de captifs mouraient exténués.

La perte de l’identité

Le portrait de cet esclave provenant d’une ethnie installée à mille kilomètres de la côte du Mozambique témoigne qu’en 1800, l’esclavage pratiqué en Afrique orientale drainait déjà des populations originaires de l’intérieur du continent, avant même son large développement au XIXe siècle.

Si les scarifications de cet esclave ont incité Nicolas Petit à faire son portrait, ces marques propres à une ethnie de guerriers noirs ne présentent plus qu’un caractère anecdotique dérisoire, dans l’univers des plantations esclavagistes de l’Ile-de-France. Les propriétaires font état de ce qu’ils savent des ethnies de leurs esclaves lors des recensements effectués à l’époque, mais cette origine n’a d’importance à leurs yeux que pour laisser préjuger de leurs qualités de travailleurs. Tout comme cet homme désigné par un vague terme de regroupement lié au transport depuis la côte, chaque captif, déraciné et marqué par l’horreur du voyage, perd son identité originelle.

En définitive, cette désignation de « Mozambique » revient à une étape de la créolisation : cet homme porte dans la chaire de son visage et de son corps la marque de son passé Yao, il est identifié à cette date sous le vague regroupement de « Mozambique » et, s’il survit, son avenir sera celui d’un créole mauricien.

Ile de la Réunion. Regards croisés sur l’esclavageCatalogue de l’exposition au musée Léon-Dierx, Saint-Denis de la Réunion, 1998-1999. Paris, Ed. Somogy, Saint-Denis de la Réunion, CNH , 1998.

Claude WANQUETLa France et la première abolition de l’esclavage. Le cas des colonies orientales Paris, Khartala, 1998.

Œuvres de Nicolas Martin Petit, artiste du Voyage aux Terres australes (1800-1804)Exposition du Muséum d’histoire naturelle du Havre. Collection Lesueur. Le Havre, 1997.

Edward A. ALPERS, Becoming ‘Mozambique’: Diaspora and Identity in MauritiusUniversity of California, Los Angeles.

Lire Epidariste COLINNotes sur le physique et le moral des diverses castes de noirs de la côte d’Afriquedans Annales des Voyages de la géographie et de l’histoire. T IX, Paris, 1809. Pp. 320-321.

Lire Guide des sources de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitionsDirection des Archives de France, La documentation française, Paris, 2007.

Luce-Marie ALBIGÈS, « Un « Mozambique », esclave à l'Ile de France », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mozambique-esclave-ile-france

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'Empereur accorde la grâce à la tribu des Flittas - Alfred Darjou

Voyage de Napoléon III en Algérie, 1865

Napoléon III et l’Algérie

Conquis progressivement à partir de la prise d’Alger du 5 juillet 1830, les territoires algériens sont devenus…

Ali Ben Ahmed, calife de Constantine, lors de la conquête française de l'Algérie

Les yeux tournés vers l’Orient.

Depuis 1830, le pays s’est lancé dans la conquête de l’Algérie. Inaugurée par Charles X, poursuivie par Louis-…

La fascination pour le Cambodge au début du XXe siècle

Le Cambodge à l’Exposition coloniale de Marseille

Entre le 15 avril et le 18 novembre 1906 se tient à Marseille, porte de l’Orient, la première…

Le général Marchand

De la « Mission Congo-Nil » à la Grande Guerre

La politique française d’expansion impérialiste en Afrique noire, engagée dès le second Empire, s’…

Le général Marchand
Le général Marchand
Apparition du Christ à un soldat russe blessé

La guerre juste

Le choc des cultures

Dans une nation moins déchristianisée que la France, où la foi ne constitue pas le principe de ralliement d’un parti (comme…

La guerre juste
La guerre juste
La guerre juste

L'abolition aux Antilles

A Saint-Domingue l’esclavage est caractérisé par l’arrivée constante de nouveaux esclaves du fait de l’ampleur de la traite. On évalue entre 500…

L'abolition aux Antilles
L'abolition aux Antilles
L'abolition aux Antilles
L'abolition aux Antilles
L'encyclopédie page 114, Agriculture, sucrerie et affinage des sucres, planche 1; vue d'une habitation, d'une plantation de canne à sucre, coupe verticale d'une étuve à mettre sécher les pains d esucre terrés, canne à sucre, outils

Images de l’habitation-sucrerie aux Antilles françaises du XVIIe au XIXe siècle

Les origines de l’habitation coloniale française

Depuis les débuts de la colonisation française en Amérique et dans l'océan Indien au XVIIe…

Images de l’habitation-sucrerie aux Antilles françaises du XVII<sup>e</sup> au XIX<sup>e</sup> siècle
Images de l’habitation-sucrerie aux Antilles françaises du XVII<sup>e</sup> au XIX<sup>e</sup> siècle
Images de l’habitation-sucrerie aux Antilles françaises du XVII<sup>e</sup> au XIX<sup>e</sup> siècle

École de jeunes filles en Algérie

Un intérêt croissant pour l'Algérie

Après la prise d’Alger par les Français le 5 juillet 1830, la monarchie de Juillet, un temps hésitante,…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

Une visite à l’Exposition coloniale de 1931

Les divers documents réunis permettent de découvrir trois pavillons d’aspect monumental élevés à l’…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)

Les « nouveaux citoyens » de Guyane replongés dans l’esclavage.

L’abolition de l’esclavage, votée par la Convention en 1794 n’a pas touché toutes…

Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)