Aller au contenu principal
Scène du déluge

Scène du déluge

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1819

H. : 97 cm

L. : 130 cm

Huile sur toile.

Domaine : Peintures

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

Lien vers l'image

RF 1950 40 - 14-500198

  • Scène du déluge

Un Déluge comme métaphore de l’histoire

Date de publication : Décembre 2023

Auteur : Paul BERNARD-NOURAUD

Une Restauration qui peine à se remettre de la chute du Premier Empire

Après l’épisode des Cent Jours, la chute définitive du Premier Empire laisse un pays exsangue et divisé. Près d’un million de Français ont péri dans les guerres napoléoniennes. Jusqu’en novembre 1818, les alliés occupent près des deux tiers du pays. L’entretien de ces troupes incombe à la France, auquel s’ajoute le paiement de lourdes indemnités de guerre, selon les termes du Traité de Paris signé en 1815. Si Louis XVIII entend en renégocier les conditions, il ne peut les lever complètement. D’autant qu’il doit maintenir à tout prix la cohésion du pays. Les ultras, favorables au retour de la monarchie absolue, veulent prendre leur revanche sur les républicains et les bonapartistes. Le 14 février 1820, l’un d’eux assassine l’héritier putatif du trône de France, le duc de Berry, provoquant un nouveau raidissement en faveur du parti ultra et de l’absolutisme.

C’est dans ce contexte que Théodore Géricault, désormais considéré comme l’un des artistes modernes les plus en vue, avait présenté au Salon de 1819 ce que la censure avait présenté comme une simple Scène de naufrage (1818-1819, musée du Louvre), en laquelle chacun avait aussitôt reconnu le radeau sur lequel avait péri plus de cent-cinquante membres d’équipage de la frégate La Méduse en 1816, ne laissant qu’une dizaine de survivants. L’allusion à ce qui était alors devenu une affaire d’État en raison de l’incompétence du commandant de La Méduse et des tentatives d’étouffer l’affaire était transparente, et elle raviva la polémique au sujet du drame et de ses implications politiques. En exécutant à la même période une toile plus modeste, intitulée cette fois par le peintre lui-même Scène du déluge, Géricault semblait en apparence troquer le pamphlet politique pour l’allégorie biblique.

Un déluge aux allures de naufrage

L’atmosphère orageuse dans laquelle Géricault a plongé ses figures, traitant nuées, ondes et rochers du même ton bitumeux, rend l’action difficilement discernable à première vue. La trouée lumineuse qu’écharpent des trombes au lointain provoquerait même un contre-jour si elle n’éclairait au proche l’anatomie des figures. Cette logique de clair-obscur exacerbé est particulièrement frappante au premier plan. On distingue un homme de dos, s’extirpant de la mer, un autre de face, au visage obscurci, tendant un petit enfant agrippé à son cou à un couple paniqué à genoux sur les restes d’une chaloupe. Derrière eux, dans l’ombre, deux mains s’accrochent désespérément à une barque échouée à la verticale tandis que le reste du corps demeure sous l’eau. Entre les deux, à droite, un cheval tente de les rejoindre. Sur son dos une femme expire tandis qu’un homme la retient d’un bras et de l’autre s’agrippe à la crinière de leur monture.

Le naufrage comme modèle du déluge et le déluge comme métaphore de l’histoire

Tous ces éléments avaient déjà été rassemblés par Nicolas Poussin dans L’Hiver (vers 1660-1664, musée du Louvre), auquel le maître du classicisme avait donné des allures de déluge. Mais le drame y demeurait contenu, et Poussin n’avait pas cédé à l’ambiance de chaos que lui confère Géricault. Chez Poussin, les figures conservent aussi bien leur contenance que leurs costumes. La barque elle-même est intacte, faisant ainsi fonction d’arche. La figure qui s’y raccroche apparaît en partie émergée, annonçant de la sorte son sauvetage, voire son salut.

Chez Géricault, en revanche, point de salut. Sa Scène du déluge est d’autant moins biblique qu’elle apparaît plus vraisemblable que son modèle classique. Or cette vraisemblance tient au caractère historique qu’il lui donne, comme si le déluge devait désormais être représenté à la manière d’un naufrage. La peinture de naufrage avait connu au XVIIIe siècle un succès auquel reste attaché le nom de Joseph Vernet. Ce dernier s'était illustré dans le genre de la marine portuaire. Son petit-fils, Horace, spécialisé dans la peinture militaire, fut l’un des plus proches amis de Géricault avec lequel il partagea un temps son atelier parisien. Le paradoxe, pourtant, est que le traitement qu’il réserve à sa propre Scène du déluge s’inspire moins de cette tradition de la scène de naufrage qu’il n’investit celle-ci d’une historicité qui en décuple la puissance. Si Le Radeau de la Méduse ressemble à une scène de déluge, la Scène du déluge évoque quant à elle une scène de naufrage telle qu’il l’a interprétée dans Le Radeau de la Méduse : de façon moins mythologique qu’historique. Là où les spectateurs de la Scène de naufrage comprirent aisément en 1819 à quelle histoire le tableau faisait référence, de même ceux de la Scène du déluge pouvaient en comprendre tout aussi facilement la valeur métaphorique. Géricault y a peint sans le représenter le naufrage de la France. Mais un naufrage tel que seul un déluge lui est comparable. Comme l’a relevé Jean Sagne, la catastrophe que connaît la France depuis la débâcle de ses armées en Russie quelques années plus tôt n’est commensurable qu’à un événement diluvien. À l’appui de cette interprétation à la fois cryptée et transparente, Sagne signale que Géricault a peint sa Scène du déluge par-dessus une composition préexistante : une copie qu’il avait faite de la Bataille des Pyramides (1810, château de Versailles) d’Antoine-Jean Gros, toile qui commémore l’une des plus éclatantes victoires inaugurant la Campagne d’Égypte (1798-1801). Et Sagne d’en conclure que, symboliquement, « l’image de la défaite se superpose à celle de la victoire et l’efface. »

Alain CORBIN, Hélène RICHARD (dir.), La Mer. Terreur et fascination, Paris, Seuil, 2011.

Lorenz EITNER, Géricault. Sa vie, son œuvre, Paris, Gallimard, 1991.

Sylvain LAVEISSIERE, Régis MICHEL (dir.), Géricault, Paris, Réunion des musées nationaux, 1991.

Léon ROSENTHAL, Géricault, Paris, Librairie de l’art ancien et moderne, 1905.

Jean SAGNE, Géricault, Paris, Fayard, 1991.

Paul BERNARD-NOURAUD, « Un Déluge comme métaphore de l’histoire », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/02/2024. URL : histoire-image.org/etudes/deluge-metaphore-histoire

Découvrir l'analyse du Radeau de la Méduse de Panorama de l'art

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

A la mort de Louis XVIII en 1824, son frère le comte d'Artois (1757-1836) accède au trône et porte jusqu’aux Trois Glorieuses le nom de Charles X…

La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Lorsque Rossini arrive à Paris en novembre 1823, ce n’est pas un inconnu car douze de ses œuvres ont déjà été montées au Théâtre-Italien, dont quatre…
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
Le congrès de Vienne

Le congrès de Vienne

Du traité de Paris au congrès de Vienne

Le 30 mai 1814, l’Angleterre, l’Autriche, la Prusse et la Russie, après avoir triomphé ensemble pour la…

Le congrès de Vienne
Le congrès de Vienne
« Mal du siècle » et révolution romantique

« Mal du siècle » et révolution romantique

La période de la Restauration est traversée de courants contradictoires. Aidés des congrégations religieuses qu’animent les principes de la Sainte…

Le baptême du feu de la Restauration

Le baptême du feu de la Restauration

Une guerre victorieuse, le baptême du feu du drapeau blanc

Le congrès de Vienne puis les traités de Paris avaient réorganisé les frontières de l’…

Louis XVIII et l'instauration de la Monarchie constitutionnelle

Louis XVIII et l'instauration de la Monarchie constitutionnelle

En avril 1814, la chute du régime impérial est consommée. Talleyrand, le « diable boiteux », l’homme de tous les régimes et de toutes les…

Louis XIII et Poussin

Louis XIII et Poussin

Un grand décor historique

Initialement commandée en 1828 pour le musée Charles-X, qui accueillait les antiquités égyptiennes et gréco-romaines…

Le général La Fayette

Le général La Fayette

Le général La Fayette au service de la liberté

Peintre d’histoire reconnu et portraitiste talentueux, Joseph-Désiré Court a mis son art au service…

La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle

La sociabilité urbaine au début du XIXe siècle

La civilisation urbaine au début du XIXe siècle

Si le monde citadin, durant le premier tiers du XIXe siècle, reste encore…

La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle
La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle
Louis XVIII

Louis XVIII

Cette image est l’une des premières effigies du roi Louis XVIII marquant le retour de la monarchie en France.
Louis XVIII, frère de Louis XVI…