La ménagerie impériale, portrait-charge n°5 de la Princesse Mathilde,

La ménagerie impériale, portrait-charge n°5 de la Princesse Mathilde, "la truie".

La ménagerie impériale, portrait-charge n°4 du Prince Napoléon,

La ménagerie impériale, portrait-charge n°4 du Prince Napoléon, "le lièvre".

La ménagerie impériale, portrait-charge n°6 de Pierre Bonaparte,

La ménagerie impériale, portrait-charge n°6 de Pierre Bonaparte, "le sanglier".

La ménagerie impériale, portrait-charge n°5 de la Princesse Mathilde,

La ménagerie impériale, portrait-charge n°5 de la Princesse Mathilde, "la truie".

Date de création : 1870

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

Lithographie coloriée

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

00-028972

La famille de l'Empereur dans la Ménagerie impériale

Date de publication : mai 2006

Auteur : Alain GALOIN

Après la chute du régime impérial en 1870, la presse républicaine se déchaîna contre les souverains déchus, mais n’épargna pas davantage la famille de l’empereur : le prince Napoléon (1822-1891) tout d’abord, mais aussi Pierre Bonaparte (1815-1881), fils de Lucien Bonaparte, ou encore la princesse Mathilde (1820-1904), cousine germaine du prince-président, qui présidait au bon déroulement des fêtes et réceptions organisées à l’Élysée, à Saint-Cloud ou à Compiègne. Dès son accession au pouvoir, le futur empereur fut en effet assailli par son entourage familial qui avait encore le souvenir de Napoléon Ier distribuant honneurs et couronnes à ses frères et sœurs. Cette organisation clanique des Bonaparte est d’ailleurs pour beaucoup dans l’hostilité qui se développa dans l’opposition à leur égard.

Dans La Ménagerie impériale de Paul Hadol, la princesse Mathilde est représentée sous les traits d’une grosse truie aux mamelles généreuses, vautrée dans sa soue. Son visage empâté, aux lourdes bajoues et aux petits yeux porcins, est surmonté d’une couronne de feuilles de chêne ornée de gros glands. Des boucles d’oreilles, un bracelet et un éventail rappellent les fastes de la cour impériale. Le dessinateur lui attribue deux défauts : la « luxure » et l’« impudeur ».

Le prince Napoléon, son frère, a l’apparence d’un lièvre apeuré – longues oreilles dressées, yeux écarquillés – qui détale dans un champ de blé. L’artiste a restitué la légendaire ressemblance du prince avec son oncle l’empereur Napoléon Ier. À l’arrière-plan , un bicorne napoléonien est abandonné sur un bâton fiché en terre. Un linge blanc est accroché au morceau de bois et flotte au vent. La « prudence » et la « pusillanimité » sont les traits de caractère soulignés par l’artiste.

Fils de Lucien Bonaparte – prince de Canino et frère de Napoléon Ier –, cousin germain de Napoléon III, Pierre Bonaparte est figuré sous les traits d’un sanglier agressif et menaçant. De sa bouche cachée par une moustache et une barbe abondantes jaillissent deux défenses. Il tient un revolver dans chaque « main ». Une dague et un pistolet sont passés dans sa ceinture. Il a l’aspect terrible d’un bandit corse sorti de son maquis insulaire, armé jusqu’aux dents. Paul Hadol stigmatise ici sa « sauvagerie » et sa « brutalité ».

Rentré à Paris en 1848, Jérôme Bonaparte, ex-roi de Westphalie, profita de la fulgurante ascension de son neveu Louis Napoléon, lien de famille qui lui valut les titres de gouverneur des Invalides (1848), de maréchal de France (1850) et de président du Sénat (1852). Dans le « Musée des Empaillés » de La Ménagerie impériale, Paul Hadol l’assimile à un boa glouton. La princesse Mathilde et le prince Napoléon – ses deux enfants survivants issus de son mariage avec Catherine de Wurtemberg – ne sont guère mieux traités par le caricaturiste. Intendante des fêtes de Louis Napoléon Bonaparte à son accession au pouvoir, Mathilde profita largement des libéralités de son cousin. La « luxure » dont elle est gratifiée fait allusion à la liaison affichée aux yeux du monde qu’elle entretint avec le « beau Batave », le comte Émilien de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-Arts de l’empereur. Quant au prince Napoléon, parti pour la Crimée en 1854, il rentra en France prématurément sous prétexte de maladie, mais on le soupçonna toujours de couardise : pour Horace de Viel-Castel, il est « le fuyard des champs de bataille de la Crimée ».

Pierre Bonaparte, quant à lui, était l’enfant terrible de la famille impériale. Brillant cavalier, passionné de chasse et d’armes à feu, il participa en 1831 à l’insurrection des Romagnes aux côtés des carbonari, avec ses cousins Napoléon-Louis et Louis-Napoléon, les fils de Louis, roi de Hollande, et de la reine Hortense. Rentré en France en 1848, il fut élu député à l’Assemblée constituante de la IIe République et défraya la chronique en assassinant, le 10 janvier 1870, Victor Noir – de son vrai nom Yves Salmon –, journaliste au quotidien La Marseillaise, qui n’était d’ailleurs pas sa première victime. Traduit devant la Haute Cour de justice le 21 mars 1870, le prince Pierre Bonaparte fut finalement acquitté, mais les funérailles du journaliste donnèrent lieu à de violentes manifestations populaires, hostiles à Napoléon III, véritable prélude à la chute du régime impérial.

Annie DUPRAT, Histoire de France par la caricature, Paris, Larousse, 1999.Eugénie de GRECE, Pierre-Napoléon Bonaparte, 1815-1881, Paris, Hachette, 1963.Jacques LETHERE, La Caricature et la presse sous la IIIe République, Paris, Armand Colin, coll. « Kiosque », 1961.Jérôme PICON, Mathilde, princesse Bonaparte, Paris, Flammarion, 2005.Jean TULARD (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995.« La caricature, deux siècles de dérision salutaire », in Historia n° 651, Paris, mars 2001.

Alain GALOIN, « La famille de l'Empereur dans la Ménagerie impériale », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 19/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/famille-empereur-menagerie-imperiale

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Caricature et propagande

Le siècle de la presse

En France, en 1848, à la suite de la révolution de Février et grâce à l’abolition de la censure, Le Charivari connaît une…

Le peuple mangeur de rois

La Révolution française, période privilégiée pour les caricatures politiques, multiplie le recours aux allégories mythologiques malgré le décalage…

Ratapoil

C’est dans le climat politique tendu qui précéda le coup d’Etat du 2 décembre 1851, à la suite duquel Louis-Napoléon Bonaparte devint président de…

Ratapoil
Ratapoil
Ratapoil
Ratapoil

Le Cartel des gauches de 1924

L’apogée du parti radical-socialiste : le Cartel des gauches de 1924

En 1919, les Français, traumatisés par quatre années de guerre totale,…

Le Cartel des gauches de 1924
Le Cartel des gauches de 1924
Le Cartel des gauches de 1924
L'Éternel cartel - Raoul Cabrol

Capitaliste et " salopard en casquette "

L’Union nationale et les communistes en 1927

Depuis juin 1926, la France est dirigée par un gouvernement d’Union nationale ayant à sa tête…

Capitaliste et
Capitaliste et

Une caricature clandestine de Napoléon III

Caricature politique et édition clandestine

Ruiné par une défaite militaire sans appel, le Second Empire meurt dans les esprits dès la capitulation…

Une caricature d'Adolphe Thiers en 1871

Le gouvernement de la Défense nationale, mis en place après la chute du Second Empire, veut organiser au plus vite l’élection d’une Assemblée…

Napoléon III et Trochu - Faustin

Napoléon III et le général Trochu

Après la défaite de Sedan, la défense de Paris

En août 1870, une inéluctable succession de défaites mettent à terre le second Empire. La…

Napoléon III et le général Trochu
Napoléon III et le général Trochu

Charge anti-républicaine

Le 22 avril 1885, Le Figaro titre « Nouvel incident au Salon » : le tableau de Maurice Boutet de Monvel est définitivement refusé à l’exposition…

Charge anti-républicaine
Charge anti-républicaine
Charge anti-républicaine

La ménagerie impériale

La caricature – de l’italien caricare, « charger, exagérer » – est l’expression plastique la plus significative de la satire dans le graphisme, la…