Danseuse cambodgienne à mi-corps et les bras tendus.

Danseuse cambodgienne à mi-corps et les bras tendus.

Auteur : RODIN Auguste

Lieu de conservation : musée Rodin (Paris)
site web

Date de création : 1906

Date représentée : 1906

H. : 0

L. : 0

dessin à la mine de plomb, aquarelé et gouaché

© Musée Rodin, Paris - Cliché J. de Calan

http://www.musee-rodin.fr

D.4517

La fascination pour le Cambodge au début du XXe siècle

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Claudie JUDRIN

Le Cambodge à l’Exposition coloniale de Marseille

Entre le 15 avril et le 18 novembre 1906 se tient à Marseille, porte de l’Orient, la première exposition coloniale. A l’occasion de cet événement organisé par le riche armateur Jules Charles-Roux, président de la Compagnie générale transatlantique et de l’Union coloniale, le roi Sisowath est reçu solennellement par la France, accompagné par des danseuses cambodgiennes. Placé entre le Viêtnam et la Thaïlande, le Cambodge, protectorat français depuis 1863, cherchait un appui en France contre la Thaïlande sous le précepte bien connu qu’un étranger est moins redoutable qu’un voisin.

Exotisme

C’est à Paris, au bois de Boulogne et au Pré-Catelan que le soir du 10 juillet 1906, Rodin put admirer les petites princesses jaunes. Son éblouissement fut tel qu’il les suivit jusqu’à Marseille.

Ecoutons Rodin confier ses impressions à Georges Bois dans L’Illustration du 28 juillet 1906 : « Ces Cambodgiennes nous ont donné tout ce que l’antique peut contenir, leur antique à elles, qui vaut le nôtre. Nous avons vécu trois jours d’il y a trois mille ans. Il est impossible de voir la nature humaine portée à cette perfection […] leurs bras sont étendus comme en croix, elles donnent un mouvement qui serpente d’une main à l’autre, en passant par les omoplates. Ce mouvement appartient à l’Extrême-Orient, inconnu, jamais vu, c’est-à-dire que quand un mouvement du bras gauche fait un arc concave, l’autre fait un arc convexe, et elles font jouer ces bras, et l’éclair du mouvement passe dans les omoplates. »

La mine de plomb donne les lignes du corps et du vêtement ; la peau du visage, des bras et des jambes est rendue par une aquarelle allant du beige au brun, le plus souvent rehaussée de gouache. Il arrive que, pour traduire le modelé, Rodin alourdisse son pinceau d’un amas de gouache non diluée qui s’écaille avec le temps et qui ajoute à la fragilité du dessin. La réserve du papier suffit ici à exprimer l’étoffe du costume. La couleur ne suit pas le trait ; elle est en deçà ou au-delà. C’est une vue de sculpteur.

Echange entre l’Europe et l’Extrême-Orient

L’influence de l’Extrême-Orient, et notamment celle de la danse asiatique, marqua la fin de la vie de Rodin. Le Cambodge et le Japon furent les deux pays qui le fascinèrent alors que de nombreuses artistes étaient envoyées, au tournant du XXe siècle, pour la première fois en Europe.

Les estampes japonaises qu’il collectionna comme le firent les impressionnistes, les pointillistes comme Signac, mais aussi les Nabis, contribuèrent à la naissance du dessin moderne en prônant la ligne et le contour, bien avant Picasso ou Matisse.

BOIS G., « Le sculpteur Rodin et les danseuses cambodgiennes en France », L’Illustration , 28 juillet 1906.BOIS G., Les danseuses cambodgiennes en France, Hanoï, 1913.BUTLER Ruth, Rodin : la solitude du génie , Paris, Gallimard / musée Rodin, 1998. Trad. de l’anglais par Dennis Collins. Première édition Rodin : The Shape of Genius, Londres, Yale University Press, 1993.COLLECTIF, « Au temps des colonies », hors-série les collections de L’Histoire, n° 11, juin 2001.GIRARDET Raoul, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, La Table Ronde, 1972 (rééd. Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1978).JUDRIN Claudie, Inventaire des dessins. IV, Paris, musée Rodin, 1984-1992.

Claudie JUDRIN, « La fascination pour le Cambodge au début du XXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/fascination-cambodge-debut-xxe-siecle

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les tirailleurs sénégalais dans la guerre de 1914-1918

Cette peinture de Félix Vallotton est datée de juin 1917, quelques semaines à peine après les offensives d’avril-mai sur le front de l’Aisne et de…

La guerre juste

Le choc des cultures

Dans une nation moins déchristianisée que la France, où la foi ne constitue pas le principe de ralliement d’un parti (comme…

La guerre juste
La guerre juste
La guerre juste

Les Annamites dans la Grande Guerre

Le Tonkin et la mère patrie

Après avoir débarqué à Da Nang, en 1858, les Français ont fondé la colonie de Cochinchine en 1865 et établi un…

Les Annamites dans la Grande Guerre
Les Annamites dans la Grande Guerre
Les Annamites dans la Grande Guerre
La France et les cinq continents.

L'Exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale de 1931 se situe à la fois dans la lignée des expositions universelles de la seconde…

L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée

La représentation d'une société coloniale complexe

Un peintre rémois aux Antilles

Rares sont les exemples aux Antilles d’œuvres peintes aussi anciennes que ce pastel représentant Quatre femmes…

Révoltes armées d'esclaves en Guyane

La région des Guyanes, et particulièrement la colonie hollandaise qui rassemble près de 50 000 esclaves, se caractérise par des révoltes…

Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Révoltes armées d'esclaves en Guyane
Palais de la Porte-Dorée. Vue de la façade

Le palais de la Porte-Dorée, témoignage de l’histoire coloniale

Un palais permanent hérité de l’Exposition coloniale de 1931

Le palais de la Porte Dorée représente de seul vestige monumental de l’Exposition…

École de jeunes filles en Algérie

Un intérêt croissant pour l'Algérie

Après la prise d’Alger par les Français le 5 juillet 1830, la monarchie de Juillet, un temps hésitante,…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

Une visite à l’Exposition coloniale de 1931

Les divers documents réunis permettent de découvrir trois pavillons d’aspect monumental élevés à l’…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

"La Force Noire"

La colonisation française en Afrique à son apogée

La France achève, dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, la conquête de…