Guernica bombardée.

Guernica bombardée.

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : Agence AKG Images
site web

Date de création : 1937

Date représentée : 01-mai-37

H. : 0

L. : 0

Photographie 

La guerre civile espagnole

Date de publication : Janvier 2005

Auteur : Charlotte DENOËL

Offensive dans le Nord de l’Espagne

En mars 1937, l’Italie fasciste, qui apportait son soutien aux troupes nationalistes du général Franco en Espagne, décida de lancer une offensive sur Madrid par le Nord-Est. L’échec de l’intervention italienne à Guadalajara, chef-lieu de province situé à 80 km de Madrid, incita Franco à déplacer le théâtre des opérations militaires, en lançant une campagne dans le Nord du pays, pour conquérir dans un premier temps la Biscaye, une région qui possédait de riches ressources en minerai de fer, ainsi que de nombreuses industries à Bilbao. C’est à cette occasion que l’aviation du corps expéditionnaire italien et de la légion Condor, une unité

militaire allemande spécialement constituée pour intervenir aux côtés des nationalistes espagnols, menèrent pour la première fois des bombardements d’une grande ampleur sur les villes basques, parmi lesquelles Guernica.

Bombardement de Guernica

Petite localité de la province de Biscaye, Guernica était célèbre pour son fameux chêne sous lequel les monarques espagnols promettaient, selon la tradition, de respecter les libertés basques. Le bombardement massif de cette ville par la légion Condor, le 26 avril 1937, eut ainsi un grand retentissement dans le monde entier, dont se sont fait l’écho non seulement les peintres, Picasso en tête, mais aussi les photographes, comme en témoigne cette photographie anonyme d’une rue de Guernica en ruines, le 1er mai 1937, après les bombardements nazis et la prise de la ville par les nationalistes. Ce cliché met l’accent sur les effets dévastateurs de l’attaque allemande. C’est une cité entièrement détruite par les bombes qui s’offre à nos yeux : immeubles éventrés ou en flammes, câbles électriques arrachés... Au premier plan, plusieurs cadavres gisent au milieu des débris des explosions. La vision d’un chien errant, la queue basse - seul signe de vie au milieu de la rue dévastée -, et la verticalité de la composition, qui renforce l’aspect massif des immeubles en ruines, accentuent le caractère dramatique de l’événement. Prise sur le vif, cette image impressionnante constitue ainsi un témoignage direct sur les horreurs de la guerre civile espagnole, en montrant l’ampleur des dégâts matériels et humains causés par des bombardements intensifs. A cet égard, les clichés photographiques jouèrent un rôle documentaire sans précédent dans l’information sur la guerre civile espagnole, car, pour la première fois dans l’histoire de la photographie, le conflit fut largement couvert par des photographes du monde entier. Les photographes, qui n’hésitaient pas à se mêler aux combattants, ont ainsi conféré à leurs images un caractère émotionnel. Cette nouvelle vision personnelle et engagée de la guerre, qui ouvrit la voie à la pratique moderne du photojournalisme, contribua à remettre en cause le statut même du médium photographique, considéré jusque-là comme une transcription exacte et objective des faits réels.

Destructions massives et dommages civils


Ce cliché de Guernica constitue ainsi un témoignage humain sur les destructions survenues lors des raids aériens allemands. Lancées sans relâche sur la ville durant l’après-midi du 26 avril, les bombes explosives et incendiaires ont détruit entièrement le centre ville et causé 1654 morts et 889 blessés. Cette attaque sans précédent, dont la propagande nationaliste rejeta la responsabilité sur les Basques, fut pour la première fois à l’origine d’importants dommages civils, qui annonçaient ceux de la Seconde Guerre mondiale. Pour la Luftwaffe, cette intervention aérienne inaugure une nouvelle stratégie, et préfigure les assauts meurtriers des escadrilles allemandes contre les villes de Grande-Bretagne lors de la Bataille d’Angleterre de 1940.

Pierre BROUÉ et Émile TÉMINE, La Révolution et la Guerre d’Espagne, Paris, éd.de Minuit, 1961.Catalogue d’exposition, La guerre civile espagnole. Des photographes pour l’histoire, Paris, Hôtel de Sully, 22 juin - 23 septembre 2001, Marval - MNAC, 2001.Guy HERMET, La guerre d’Espagne, Paris, Seuil, 1989.Hugh THOMAS, Histoire de la Guerre d’Espagne, 2 vol., R. Laffont, Paris, 1985.

Charlotte DENOËL, « La guerre civile espagnole », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/guerre-civile-espagnole

Anonyme (non vérifié)

Très bon article mais il manque le tableau Guernica avec des détail de l'image

lun 28/03/2011 - 19:53 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Très bien mais manque de détails sur Picasso

lun 14/12/2015 - 16:37 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Pour beaucoup d'entre nous, Guernica est un symbole de la guerre d'Espagne même sans le tableau de Picasso. Cette photo est dramatique. Tous, depuis que nous sommes sur la terre, avons connu, été émus par de semblables drames, en quelques endroits de la terre. Encore, toujours, partout...

mar 10/07/2018 - 13:59 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonsoir triste tableau qui fait penser à l'histoire de nos grands-parents mais nécessaire pour compléter les détails très intéressant de cette période bravo

ven 12/02/2021 - 20:33 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La paix d'Amiens (25-27 mars 1802)

Isolement diplomatique de l’Angleterre

Formée fin 1798 à l’instigation de l’Angleterre, la deuxième coalition opposée à la France subit, deux ans…

La paix d'Amiens (25-27 mars 1802)
La paix d'Amiens (25-27 mars 1802)
La paix d'Amiens (25-27 mars 1802)

Portrait du duc de Villars

Le duc de Villars, maréchal de France

Ce tableau est regardé comme la copie, une dizaine d’années plus tard, d’un premier portrait réalisé en 1704…

L’Exposition universelle de 1937

Miró et le pavillon espagnol de l’Exposition universelle de 1937

Du 25 mai au 25 novembre 1937, « l’Exposition internationale des Arts et des…

L’Exposition universelle de 1937
L’Exposition universelle de 1937
L’Exposition universelle de 1937

Le traité d'Amiens (27 mars 1802)

Les préliminaires de Londres, signés le 1er octobre 1801 entre le représentant de la France, Otto, et celui de la Grande-Bretagne, Hawkesbury,…

Le traité d'Amiens (27 mars 1802)
Le traité d'Amiens (27 mars 1802)
Le traité d'Amiens (27 mars 1802)

Une représentation de Louis XIV

Décidé peu après la paix de Nimègue (10 août 1678), le programme iconographique du plafond de la galerie des Glaces à Versailles constitue une…

Une représentation de Louis XIV
Une représentation de Louis XIV

Rigaud et les portraits royaux

La consécration officielle

Installé à Paris en 1681, le peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743) se forge rapidement une clientèle de prestige. En…

Rigaud et les portraits royaux
Rigaud et les portraits royaux
Rigaud et les portraits royaux

Le traité des Pyrénées

Après un séjour de quatre ans à Rome, Charles Le Brun arrive à Paris en mars 1646. Avec l’appui du chancelier Séguier, il obtient plusieurs…

La guerre d'Espagne vue à travers les affiches

L’intervention étrangère dans la guerre d’Espagne

L’échec du soulèvement militaire contre le gouvernement du Front populaire qui avait remporté…

La guerre d'Espagne vue à travers les affiches
La guerre d'Espagne vue à travers les affiches
La guerre d'Espagne vue à travers les affiches
La guerre d'Espagne vue à travers les affiches

L’assassinat de Concini

Dire l’événement en vignettes

Le 24 avril 1617, Concini, maréchal d’Ancre, est assassiné à l’entrée du Louvre par des fidèles serviteurs du jeune…

L’immigration des travailleurs en France

L’immigration des travailleurs en France de 1850 à 1914