Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride.

Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride.

Un meeting au front.

Un meeting au front.

Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride.

Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride.

Auteur : ANONYME

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

H. : 0

L. : 0

© Tous droits réservés

Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)

Date de publication : Janvier 2005

Auteur : Jean-Louis PANNE

Le 12 mars 1917 (calendrier justinien), la garnison de Petrograd se soulève. Immédiatement un Conseil des délégués ouvriers et soldats se constitue et prend les affaires en main. Nicolas II abdique trois jours plus tard en faveur d’un gouvernement provisoire, présidé par le prince Lvov, qui dure jusqu’au 20 juillet laissant alors la place à un cabinet dirigé par Alexandre Kerenski.
Malgré leur rapide reconnaissance par les puissances alliées (France, Angleterre, Italie) et les mesures adoptées dans le droit fil du programme traditionnel des démocrates russes : suppression de la peine de mort, abolition des législations discriminantes envers les nationalités ou les religions, les nouvelles autorités se montrent incapables d’affronter la situation. Pour asseoir sa légitimité, le gouvernement provisoire décide alors de convoquer une Assemblée constituante, élue sur la base du suffrage universel direct, égal et secret, qui aura pour tâche de donner à la nouvelle Russie des lois fondées sur l’égalité et la liberté (Manifeste du 20 mars).

Renouant avec l’expérience de la révolution (vaincue) de 1905, les partis révolutionnaires - socialiste révolutionnaire, social-démocrate (menchevique) et bolchevique - misent sur les soviets. Ces conseils, apparus spontanément partout en Russie dans les centres industriels, les garnisons, les campagnes, se fédèrent et se réunissent en congrès régionaux puis nationaux. Une première conférence panrusse des soviets a lieu dès la fin mars. On dénombre environ 900 conseils de députés ouvriers, soldats et paysans à la veille du coup de force des bolcheviks en octobre.
Le soviet de Petrograd qui se réunit au palais de Tauride (photo n° 1), siège de la douma (parlement institué fin 1905) symbolise la phase démocratique de la révolution : un mythe qui enflammera les imaginations est en train de naître. Par sa structure, le soviet donne une impression de démocratie directe. En réalité, il s’agit d’une organisation complexe aussi bien du point de vue de la forme (pyramidale) que de celui des rivalités entre partis qui s’y donnent cours sur fond d’opposition sociale - les soldats en majorité d’origine paysanne y jouent un rôle déterminant.
L’influence des soviets grandit au fil des semaines alors que le gouvernement provisoire tarde à réunir la Constituante et perd pied dans la guerre contre l’Allemagne. Dès le 14 mars, le soviet de Petrograd place cette question au centre des débats en lançant un appel aux peuples du monde entier pour les inviter à « une action commune et décisive en faveur de la paix ». Bientôt certains soviets rejettent l’autorité du gouvernement, qui a pris auprès des Alliés l’engagement de poursuivre les combats, de respecter les traités, en appelle au « haut patriotisme » du peuple et promet d’assurer à l’armée le nécessaire pour combattre. Epuisée par trois années d’un conflit particulièrement meurtrier (1,7 million de soldats tués), la Russie n’est plus capable de fournir un tel effort. Sur le front, l’armée russe se décompose (photo n° 2). Le pacifisme se répand et la discipline s’effondre : on compte 2 millions de désertions de mars à octobre. L’introduction d’une juridiction de guerre rétablissant la peine de mort sur le front (25 juillet) n’est pas suffisante pour enrayer un phénomène qui touche 10 millions d’hommes assoiffés de paix.

La révolution de février 1917 (calendrier grégorien) échoue à instaurer une démocratie constitutionnelle. L’évolution politique interne de la Russie est subordonnée aux conséquences du conflit mondial qui par son ampleur et sa violence inédite bouleverse l’économie, la société et le système politique russes. Partisan de la guerre, le gouvernement provisoire se voit discrédité par les défaites militaires successives et subit la concurrence grandissante des soviets, véritable contre-pouvoir révolutionnaire, qui échappent bientôt à toute maîtrise. Acquis à Lénine et à ses « Thèses d’avril », le soviet de Petrograd procède en octobre, sous la responsabilité de Trotski, à un coup de force mené par un petit groupe armé : la « révolution » d’octobre remplace la révolution de Février.

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.Marc FERRO, La Révolution russe d’octobre 1917, Paris, Albin Michel, collection « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1997.Malia MARTIN, Comprendre la révolution russe, Paris, Seuil.Richard PIPES, La Révolution russe, traduit de l’américain sous la direction de Jean-Mathieu LUCCIONI, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

Jean-Louis PANNE, « Guerre et Révolution en Russie (1917-1918) », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/11/2022. URL : histoire-image.org/etudes/guerre-revolution-russie-1917-1918

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Scènes de Crimée

Le vin et l'armée

Les soldats et le vin du XIXe siècle à la fin de la Première Guerre mondiale

Depuis la Révolution française, et en particulier durant…

Le vin et l'armée
Le vin et l'armée

La chouannerie sous le regard de la IIIe République

La chouannerie

La chouannerie est un vaste soulèvement de paysans hostiles à la politique des assemblées révolutionnaires et aux patriotes locaux…

Les troupes coloniales françaises

En 1914-1918, les opérations militaires n’ont pas été très importantes en Afrique. En revanche, les soldats originaires des colonies ont joué un rôle…

Le mythe du soldat-laboureur

Un mythe tenace, transmis par des chansons, des vaudevilles et des gravures, prétend qu’après avoir combattu en héros dans les armées…

Création de la Légion d'honneur

Les distinctions avaient été supprimées en 1791. Une fois au pouvoir, Bonaparte décida de créer un ordre national pour récompenser le mérite civil…

Les femmes dans l’armée de Libération

Les « Merlinettes »

Dans le cadre de l’organisation des troupes françaises libres, le général d’armée Giraud, commandant en chef des forces…

Un ex-voto pacifiste

Rappelant par sa composition les représentations d’apparitions miraculeuses de la Vierge, le tableau de Jules Roméo est en fait un ex-voto tout à…

L’intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

L’intervention des Américains

Les Etats-Unis, qui avaient d’abord résolu de rester neutres, en 1914, sont entrés en guerre, le 6 avril 1917, aux…

Une armée en mal d’idéaux

Le Second Empire a toujours entretenu, en métropole et dans ses colonies, une armée importante afin de soutenir, avec des fortunes diverses, tant la…

Aux Eparges, avril 1915

La guerre de positions, qui succéda rapidement à la guerre de mouvements de l’été et de l’automne 1914, fit perdre tout espoir de gloire. Le soldat,…