IIe Congrès de l'Internationale communiste.

IIe Congrès de l'Internationale communiste.

Lénine s'adressant à des soldats.

Lénine s'adressant à des soldats.

Lénine s'adressant à des soldats, photographie retouchée.

Lénine s'adressant à des soldats, photographie retouchée.

IIe Congrès de l'Internationale communiste.

IIe Congrès de l'Internationale communiste.

Auteur : BULLA Viktor

Date de création : 1920

Date représentée : 21 juillet 1920-6 août 1920

H. : 0

L. : 0

De gauche à droite : Karakhane (1889-1937), Karl Radek (1885-1939), Nicolas Boukharine (1888-1938), Maxime Gorki (1868-1936), Lénine, Zorine (1890-1937), Zinoviev (1883-1936), M. N. Roy (1887-1954), la sœur de Lénine Maria Oulianova, Bombacci

© Tous droits réservés

L'histoire soumise à l'idéologie

Date de publication : Janvier 2005

Auteur : Jean-Louis PANNE

Le IIe Congrès de la IIIe Internationale communiste ou Komintern (de Kommunistiche Internazionale) marque la véritable fondation de cette nouvelle organisation dont le siège est fixé à Moscou. Y participent en effet des délégués réellement représentatifs de courants issus des partis socialistes ou des partis constitués, ce qui n’était pas le cas lors du premier. Les délégués y adoptent les statuts de l’IC qui stipulent que la « nouvelle association internationale des travailleurs est fondée dans le but d’organiser une action d’ensemble du prolétariat des différents pays, tendant à une seule et même fin : le renversement du capitalisme, l’établissement de la dictature du prolétariat et d’une république internationale des Soviets ». A ces statuts s’ajoutent vingt et une conditions destinées à faire obstacle aux socialistes réformistes, dont la constitution d’un « organisme clandestin » capable de se substituer aux structures légales en période de guerre civile (3e), la formation de noyaux communistes dans les syndicats (9e), l’obligation de procéder à des « épurations périodiques » des éléments « petits-bourgeois » (13e), le soutien « sans réserves des républiques soviétiques » (14e). Les axes de l’activité des communistes se trouvaient ainsi définis pour des décennies.

La première des trois photographies réunies ici a été prise à l’occasion du IIe Congrès de l’Internationale communiste (21 juillet-6 août 1920). De gauche à droite, on reconnaît : l’Arménien Karakhane (1889-1937) devant la colonne de gauche ; assis sur la balustrade, Karl Radek (1885-1939), à sa gauche Nicolas Boukharine (1888-1938), devant l’autre colonne Maxime Gorki (1868-1936) et au premier plan Lénine ; Zorine (1890-1937) portant un chapeau et immédiatement à sa gauche Zinoviev (1883-1936) ; avec cravate et chaussures blanches l’Indien M. N. Roy (1887-1954), la sœur de Lénine Maria Oulianova, avec la barbe l’Italien Bombacci.
La présence de M. N. Roy indique l’importance qu’accordait Lénine aux questions nationale et coloniale : la révolution bolchevique se destine à bouleverser le monde entier. D’ailleurs Roy rédige au cours du congrès les thèses sur la question nationale, et quelques semaines plus tard, du 1er au 8 septembre, se déroule le premier congrès des peuples de l’Orient à Bakou. Des délégués d’Europe centrale y côtoient les délégués arméniens, ouzbeks, persans, arabes, khirgiz, géorgiens, chinois, etc.
Cette photographie, comme tant d’autres, sera retouchée pour qu’en disparaissent les individus qui ont rompu avec l’IC comme N. Roy ou qui ont été purgés comme Radek ou Boukharine. Ne sont conservés que Lénine et Gorki dans un cadrage réduit.
La seconde photographie date du 5 mai 1920. Lénine prend la parole devant des troupes sur le point de partir combattre l’armée polonaise qui s’est avancée vers l’est dans des territoires que les bolcheviks considèrent comme les leurs. Le 2 juillet, le général M. Toukhatchevsky aurait alors proclamé : « La route de l’incendie mondial passe sur le cadavre de la Pologne... » Son offensive fut brisée aux abords de Varsovie du 15 au 20 août, l’armée rouge étant contrainte à une retraite rapide et désordonnée. Le rêve d’atteindre l’Allemagne industrielle pour relancer la révolution mondiale avait fait long feu. L’année suivante les deux adversaires signeront un traité de paix à Riga.
En contrebas de l’estrade se tiennent Léon Trotski et (devant lui) Lev Kamenev. Dès les années trente, la photo est retouchée ou recadrée (document n° 3). Trotski, exilé sur l’île de Prinkipo dans la mer de Marmara, en disparaît tout comme Kamenev qui, appartenant à l’opposition à Staline, ne « mérite » plus de figurer sur les clichés officiels.

Une fois parvenu au pouvoir, Staline entend effacer des mémoires la place qu’occupent les grandes figures de la Révolution bolchevique. Ces montages photographiques illustrent bien sûr la volonté d’un homme de réécrire l’histoire à son profit en prenant soin de faire oublier ses rivaux. Mais elles révèlent également la nature profonde du régime totalitaire qu’est le communisme. Pour que triomphe le projet révolutionnaire, l’idéologie, la propagande et la manipulation des consciences se substituent en permanence à la réalité. Dans 1984, George Orwell évoque cette falsification du passé à travers le personnage de Winston, fonctionnaire au « ministère de la Vérité », dont la tâche est de détruire tous les jours de vieux documents et d’en fabriquer de nouveaux. Ainsi, grâce à la technique, même les traces de l’histoire peuvent être reconstruites en vue d’être conformes à la vérité officielle du moment.

Marc FERROLa Révolution russe d’octobre 1917Paris, Albin Michel, collection « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1997.Malia MARTINComprendre la révolution russeParis, Seuil.Richard PIPESLa Révolution russetraduit de l’américain sous la direction de Jean-Mathieu LUCCIONI, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

Jean-Louis PANNE, « L'histoire soumise à l'idéologie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/histoire-soumise-ideologie

Anonyme (non vérifié)

Je relève une légère erreur dans le commentaire : Kamenev est bien sûr derrière Trotski et non devant lui... Toutes les photos prises ce jour là montrent que Trotski portait un uniforme clair et Kamenev une tenue foncée. De plus la barbe fournie prolongeant la moustache de Kamenev est blanche, quand la moustache et le bouc de Trotski sont foncés.

sam 01/10/2016 - 18:21 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

De l'antibolchevisme à l'anticommunisme

L’antibolchevisme, puis l’anticommunisme qui lui succède, surgissent et s’apaisent en France au gré de la progression et du recul du mouvement…
De l'antibolchevisme à l'anticommunisme
De l'antibolchevisme à l'anticommunisme

La famine de 1921

Au cours de la guerre civile qui oppose les bolcheviks et leurs adversaires de toutes tendances, une terrible famine survient. Elle touche notamment…

La paix de Brest-Litovsk

Située sur le Bug, Brest-Litovsk a été choisie comme lieu de négociations entre l’Allemagne impériale et le pouvoir bolchevique. Les délégations…

La paix de Brest-Litovsk
La paix de Brest-Litovsk

L’affiche, arme fatale de la guerre civile russe

La révolution en état de siège

Les bolcheviks ont pris le pouvoir grâce à un habile coup d’État, mais il leur reste une nation entière à conquérir…

Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)

Le 12 mars 1917 (calendrier justinien), la garnison de Petrograd se soulève. Immédiatement un Conseil des délégués ouvriers et soldats se…

Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)
Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)

L'ennemi désigné par la propagande

Avec la création de la Commission panrusse extraordinaire de lutte contre la contre-révolution (Tchéka), le bras armé du pouvoir, puis la…

L'ennemi désigné par la propagande
L'ennemi désigné par la propagande
L'ennemi désigné par la propagande

La menace communiste dans la France de l'entre-deux-guerres

Au début des années 1920, les esprits sont marqués par les révolutions russes de février et d’octobre 1917. Lors du deuxième congrès de l’…
La menace communiste dans la France de l'entre-deux-guerres
La menace communiste dans la France de l'entre-deux-guerres

L'histoire soumise à l'idéologie

Le IIe Congrès de la IIIe Internationale communiste ou Komintern (de Kommunistiche Internazionale) marque la véritable…

L'histoire soumise à l'idéologie
L'histoire soumise à l'idéologie
L'histoire soumise à l'idéologie

Lénine, tête agissante de la révolution

Une révolution encore fragile

La photographie de Lénine en action, réalisée par un photographe anonyme le 7 novembre 1918, est l’un des plus…