Le Siège de Paris.

Le Siège de Paris.

Date de création : vers 1884

Date représentée : 1870-1871

H. : 53,5 cm

L. : 70,5 cm

huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - H. Lewandowski

Lien vers l'image

RF 1249 - 06-524224

Le mémorial du siège de Paris

Date de publication : Novembre 2014

Auteur : Bertrand TILLIER

Le mémorial du siège de Paris

Le mémorial du siège de Paris

Le siège de Paris

Décrété le 19 septembre 1870, le siège dure jusqu’à l’armistice du 28 janvier 1871. Le commandement allemand s’est installé à Versailles d’où il dirige les opérations d’une guerre de mouvement et de position dont Paris est le pôle stratégique et symbolique. Les assiégeants ont installé leurs cantonnements tout autour de la capitale. Les troupes parisiennes tentent quelques sorties au Bourget, à Champigny et à Buzenval. Elles se soldent par des échecs et de lourdes pertes humaines qui affectent profondément l’opinion publique démoralisée par l’inaction.

Un mémorial du siège

Dès 1870, Ernest Meissonier (1815-1891) esquisse un tableau qu’il reprend en 1884 et conçoit comme un mémorial des morts inconnus ou célèbres du siège de Paris. Le critique Henri Delaborde l’a décrit comme un « pêle-mêle de morts de tout âge et de toute condition » (1892). Dans cette veine commémorative et honorifique, le peintre a expliqué : « J’ai voulu faire une sorte de symphonie héroïque de la France. »

Le tableau est construit sur l’opposition entre la figure centrale de la Ville de Paris – une femme imposante dans ses voiles de deuil, coiffée d’une peau de lion signifiant son courage et la main appuyée sur une épée – et le spectre de la Famine hideuse et décharnée, surgissant des ténèbres enfumées, accompagnée de l’aigle de la Prusse prédatrice. Au pied de l’incarnation parisienne gisent en nombre des blessés, des morts et des mourants, des gardes nationaux, des mobiles, des soldats, des marins… qui disent les pertes massives du siège.

Les morts illustres

Si Meissonier privilégie l’imbrication des corps anonymes symbolisant les souffrances du peuple, il n’en oublie pas pour autant les morts illustres à valeur exemplaire.

Au premier plan et dans l’entourage de l’allégorie féminine, l’artiste dispose quelques portraits mortuaires. Dans le coin inférieur droit gît le colonel Dampierre, identifiable à son écharpe rouge : sa mort à Bagneux en octobre 1870, alors qu’il conduisait ses hommes pour une mission de reconnaissance, suscita l’émoi populaire. À ce héros du siège, Meissonier adjoignit le capitaine Néverlée, chef d’un bataillon de francs-tireurs tué à Villiers, qu’il représenta écrasé sous un cheval blessé. Au pied de la figure de Paris, le gisant du colonel Franchetti rappelle qu’il fut mortellement blessé lors de la sortie de la Marne (30 novembre).

Mais l’artiste a surtout voulu rendre hommage au peintre Henri Regnault, tombé à Buzenval lors de la dernière tentative de libération de la capitale. Agenouillé contre le flanc de l’allégorie qui le protège en soulevant un pan de son voile, Regnault incarne cette jeunesse talentueuse et prometteuse que la défaite a engloutie.

Bernard NOËL, Dictionnaire de la Commune, 2 vol., Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

COLLECTIF, Meissonier, catalogue de l’exposition au musée des Beaux-Arts de Lyon, Paris, RMN, Lyon, musée des Beaux-Arts, 1993.

Bertrand TILLIER, « Le mémorial du siège de Paris », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 17/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/memorial-siege-paris

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'Année terrible

A l’issue des terribles années 1870 et 1871 qui ont vu se succéder la guerre, l’occupation prussienne et la Commune, Paris est exsangue, et la France…
revolte-papier-timbre-f

La révolte du papier timbré

La dernière grande révolte populaire

La révolte du papier timbré, ou des bonnets rouges, qui éclate en Bretagne en juillet 1675 est la dernière…

La France au service de l'unité italienne

Après les révolutions de 1848, l’Italie a retrouvé le régime de 1815 : d’un côté des petites souverainetés despotiques sans aucun lien confédéral…

La France et les cinq continents.

L'Exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale de 1931 se situe à la fois dans la lignée des expositions universelles de la seconde…

L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée

Plus jamais ça !

« Plus jamais ça ! »

La Grande Guerre, par sa durée insupportable, l’extension et la multiplication de ses fronts, l’expérience des tranchées et…

Plus jamais ça !
Plus jamais ça !

La Grande Mademoiselle

Un portrait allégorique

Les portraits d’Anne-Marie-Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier, dite la Grande Mademoiselle, sont nombreux et les…

La Défense de Paris

La défense de Paris

En obtenant la majorité au Sénat et le départ de Mac-Mahon, remplacé à l’Elysée par Jules Grévy, les républicains sont enfin…

La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix

Charles X et son impopulaire ministre, le prince de Polignac, remettent en cause les acquis de la Révolution. L’opposition libérale, par le biais…

Triomphe de la Liberté - Colinart

La Liberté

Au lendemain de la prise de la Bastille, étendards, affiches et gravures commencent à diffuser des emblèmes du triomphe de la Révolution sur le…

La Liberté
La Liberté
La Liberté

L’apothéose d’Henri IV et la proclamation de la régence de Marie de Médicis

La pièce centrale de la galerie Rubens

Dans le programme préparatoire aux travaux de la galerie de Médicis, négocié en 1622 entre le célèbre…